https://www.nehs-digital.com

E-santé

Comité stratégique de filière "Industries de santé": les 14 membres du groupe consacré à la télésanté

0 459

PARIS, 15 mars 2011 (TICsanté) – Le groupe chargé d’émettre avant la fin 2011 des propositions pour l’émergence d’une industrie de la télésanté en France, dans le cadre du comité stratégique de la filière "Industrie de santé", réunit 14 représentants des institutions publiques et des diverses entreprises privées impliquées dans le développement de cette activité.

Le groupe "télésanté", constitué au sein du comité stratégique de filière "Industries de santé" créé en septembre 2010 par le ministère de l’industrie, compte 14 membres, selon la direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS), contactée par TICsanté.

L’Etat y est représenté par la DGCIS (ministère de l’économie, des finances et de l’industrie), la direction générale de l’armement (DGA, ministère de la défense) et l’agence des systèmes d’information partagés de santé (Asip santé, ministère de la santé).

L’agence régionale de santé (ARS) du Nord-Pas-de-Calais et le centre hospitalier universitaire (CHU) de Toulouse confortent la présence du secteur public dans ce groupe. Par ailleurs, le syndicat Force Ouvrière y prend part en tant qu’organisation professionnelle des personnels des services de santé.

Les entreprises du domaine des technologies de l’information et de la communication s’exprimeront par l’intermédiaire de la fédération des industries électriques, électroniques et de communication (FIEEC) et du syndicat Syntec numérique. Le groupement rhône-alpin I-Care Cluster participera également à ces travaux.

L’opérateur de télécommunications France Télécom, l’assureur Malakoff Médéric et les groupes pharmaceutiques Novartis et Sanofi-Aventis complètent ce tour de table, animé par le président de Philips France, Joël Karecki.

Le modèle économique de la télésanté sera "la première des réflexions" de ce groupe, déclare-t-il dans un entretien à TICsanté. "Pour qu’une industrie de la télésanté se développe en France, il faut d’abord qu’il y ait un marché. Et pour cela, il faut qu’il y ait un modèle économique. C’est sans doute une des difficultés, compte tenu de la multiplicité des acteurs".

Parmi ceux qui n’ont pas été retenus pour siéger dans ce comité, certains ont déjà été sollicités pour fournir une contribution écrite. C’est le cas de la haute autorité de santé (HAS), de l’institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), de la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), du conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET), du conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) et de celui des infirmiers (CNOI), indique la DGCIS.

D’autres encore seront auditionnés par les membres du groupe de travail "parce qu’il y a beaucoup d’interlocuteurs potentiels autour de ce thème", ajoute Joël Karecki.

Deux réunions se sont déjà tenues, la première début février 2011, la seconde un mois plus tard. Le groupe devrait ainsi se retrouver régulièrement afin de remettre ses recommandations avant la fin de l’année. "Notre mission est de définir des mesures pour aider au développement de l’industrie française dans le domaine de la télésanté", rappelle-t-il.

Un premier "point d’étape" pourrait être présenté lors de la semaine de l’industrie, début avril. "On communiquera sans doute sur les premières pistes, les premières idées ou les résultats partiels", annonce-t-il./gb/ar

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Les bornes numériques du GH Paris Saint-Joseph permettent à une part importante des patients d'être "complètement autonomes"

PARIS (TICsanté) - Le groupe hospitalier (GH) Paris Saint-Joseph a mis en place des bornes numériques facilitant suffisamment le parcours des patients pour qu'une grande partie d'entre eux soient autonomes, ont soutenu Christophe Nicolaï, directeur des systèmes d'information (DSI) et Bernadette Dureau, DRH et directrice des projets de l'établissement.

0 234

E-santé

La sérialisation inscrite dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies (JO)

PARIS (TICsanté) - Un arrêté publié fin février au Journal officiel inscrit la "lutte contre la falsification des médicaments", rendue possible grâce au dispositif de sérialisation, dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies.

0 254

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
5 + 8 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

https://www.santexpo.com/exposer/participer-au-salon/?utm_campaign=TICSANTE&utm_source=SW&utm_medium=BAN&utm_salon=SE