https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
https://www.medica-tradefair.com/

Systèmes d'information

Stockage et archivage des données numériques, attention danger!

1 118

PARIS, 7 janvier (TICsanté) - Un constat alarmant dressé par les spécialistes sur la dégradation silencieuse des fichiers numériques ne semble pas inquiéter outre mesure, bien que le domaine médical soit concerné. Précisions pour Ticsante par le physicien Franck Laloë et Jean-Marc Moschetta, chef du département Centre de qualification des produits et équipements (CQPE) au Laboratoire national de métrologie et d'essais (LNE).

"L'ensemble du patrimoine numérique abandonné à lui-même, ne fut-ce que quelques années, risque d'être définitivement perdu. Nos dossiers médicaux renferment, par exemple, des clichés numérisés dont on ne sait s'ils seront lisibles dans cinq ans", explique à Ticsanté Franck Laloë, directeur de recherche émérite du CNRS.

A l'heure où l'informatisation se généralise et où les données de l'ensemble du dossier médical du patient tendent à être de plus en plus numérisées, le domaine médical a donc du souci à se faire. Du dentiste qui effectue des radios dentaires en passant par l'ophtalmologiste qui réalise des clichés du fond d'oeil, ces images enregistrées sur CD peuvent être illisibles dans quelques années seulement.

Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme, les industriels se penchent sur la question mais la prise de conscience est loin d'être collective. L'information passe mais semble encore assez "volatile", estime Franck Laloë.

Un groupement d'intérêt scientifique (GIS), créé en 2004 sous l'impulsion du Laboratoire national de métrologie et d'essais et présidé par Franck Laloë, s'est donc fixé comme objectif d'améliorer la conservation des informations enregistrées sur les Disques Optiques Numériques (DON) et de proposer des solutions d'archivage stables.

Alors que les établissements de santé adoptent de plus en plus de systèmes d'archivage et de stockage de l'imagerie médicale (PACS, par exemple), la question de la longévité de ces données revêt aujourd'hui une importance capitale, d'autant plus qu'en termes de réglementation, les images ou données concernant le dossier médical d'un patient doivent être conservées au minimum 20 ans.

"Le fait de disposer de deux systèmes d'archivage indépendants sur des supports différents est une réelle précaution contre les incendies ou les crash de disques durs, mais cette mesure ne prolonge en rien la longévité des données numériques", précise Franck Laloë.

En outre, si le numérique permet de stocker de grandes quantités de données sur des supports organiques, la durée de vie de ce stockage est également courte", alerte Franck Laloë. "Le numérique, c'est pratique mais c'est aussi éphémère", insiste-t-il.

Il existe une solution mais celle-ci a un coût. "Il faut copier et recopier régulièrement pour ne pas perdre les données et les faire ainsi perdurer dans le temps", explique-t-il, tout en suggérant qu'une telle précaution suppose que du personnel doit être spécifiquement "habilité" à surveiller le patrimoine numérique et à le recopier avant que l'imparable ne se produise.

Au LNE, de nombreux travaux sont menés depuis plusieurs années dans ce domaine. "Nous essayons de mettre au point des méthodes pour surveiller les archives et nous travaillons afin d'élaborer des supports dont la durée de vie serait bien supérieure. Nous effectuons également des recherches pour améliorer les supports existants et développer des supports alternatifs", informe pour sa part Jean-Marc Moschetta./eg/ajr/vr

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

L'interopérabilité des SI et la codification des données: "clés" du succès du DMP

PARIS, 27 décembre 2018 (TICsanté) - Près de deux mois après sa généralisation, le dossier médical partagé (DMP) est très scruté et pour garantir son succès, "la compatibilité des logiciels des professionnels, l'implication de tous acteurs ou encore l'articulation du DMP avec les autres projets numériques sont essentielles", a estimé Pierre Albertini, directeur général de la CPAM de Paris.

0 734

Systèmes d'information

Début en 2019 des tests pour le projet SI Parcours sur l'AVC

ISSY-LES-MOULINEAUX (Hauts-de-Seine), 20 décembre 2018 (TICsanté) - Les tests pour le projet "Système d'information (SI) Parcours" débuteront en 2019 avec la prise en charge de l'accident vasculaire cérébral (AVC) à la phase aiguë pour un déploiement dans les agences régionales de santé (ARS) en 2020 et une déclinaison à d'autres pathologies, a-t-on appris lors de la journée des filières AVC à Issy-les-Moulineaux.

0 756

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (1)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
8 + 4 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
http://imaging.evolucare.com/Evolucare_aux_JFR_1.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=jfr2019

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • E-Health World Monaco

    Du 15/10/2019 au 17/10/2019

  • 4èmes Rencontres hospitalo-universitaires de santé connectée

    Le 17/10/2019

  • 2ème SOPHI.A Summit

    Du 20/11/2019 au 22/11/2019