https://www.nehs-digital.com

E-santé

Bluelinea en quête de partenaires pour développer une offre de télésurveillance à domicile des personnes "vulnérables"

0 465

PARIS, 29 septembre 2010 (TICsanté) – La société Bluelinea sollicite actuellement le concours d’institutions régionales et locales afin de distribuer, dès le premier trimestre 2011 dans cinq régions françaises, une solution électronique de prise en charge à domicile des personnes "vulnérables", reposant sur l’utilisation d’un bracelet électronique.

L’offre Blue Home Care combinera un dispositif de télésurveillance, fondé sur le bracelet électronique BlueTag Home, dérivé du modèle diffusé dans les maternités depuis 2007, et un service de télé-assistance médicalisée accessible en permanence, confié à la société H2AD, basée à Saint-Jean-Bonnefonds (Loire).

Cette offre sera destinée en priorité aux "patients en attente de placement en institution ou modérément atteints" et à leurs proches, précise Laurent Levasseur, directeur général de Bluelinea. "Nous voulons apporter du répit aux aidants", explique-t-il. Ainsi, le bracelet sera activé par défaut chaque nuit et "selon les besoins de l’aidant dans la journée", par exemple, en cas d’absence momentanée.

Blue Home Care doit "aider à maintenir la personne au domicile, pas à la retenir" et ne sera donc pas utilisé pour localiser un porteur de bracelet, ajoute-t-il. Le dispositif est également envisagé comme un moyen de "retarder la mise en institution d’un patient", ce qui constitue "un réel enjeu clinique et financier", souligne-t-il.

Selon Bluelinea, le "coût pour la société" du maintien en institution d’une personne "vulnérable" est compris entre 7.000 et 10.000 euros par mois, tandis que la solution Blue Home Care requerrait 1.000 à 1.500 euros lors de son installation, puis 50 euros par mois pour en assurer la pérennité.

Le lancement de cette offre est toutefois suspendu à l’adhésion de plusieurs partenaires institutionnels. A cette fin, Bluelinea s’est associé au Train Alzheimer, qui a sillonné la France du 7 au 21 septembre 2010, faisant étape à Paris et dans onze autres villes, dont dix capitales de régions.

Ce périple a été l’occasion de présenter Blue Home Care aux représentants des agences régionales de santé (ARS) et des collectivités locales, en particulier les conseils généraux. Bluelinea espère ainsi recueillir 5 des 10 à 12 millions d’euros du montant total estimé de son projet, principalement auprès des ARS, afin de déployer 5.000 bracelets électroniques dans cinq régions dès le premier trimestre 2011. "Nous voulons atteindre une taille critique dès le début", indique Laurent Levasseur.

La contribution des départements serait davantage logistique, la mobilisation des Centres locaux d’information et de coordination (Clic), dont ils assument la charge depuis 2004, devant faciliter le recrutement de 5.000 personnes "vulnérables".

Le projet prévoit aussi "la création d’un réseau d’aidants et de correspondants de proximité", qui s'appuiera sur un site Internet et un maillage d’agences locales animées par un partenaire industriel, qui reste à désigner. "Nous avons été approchés par plusieurs entreprises qui sont en contact avec le grand public", signale-t-il.

En cas de succès, Blue Home Care pourrait intégrer des fonctions de contrôle à distance, comme un carnet électronique de suivi ou divers capteurs physiologiques connectés./gb/ar

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Les bornes numériques du GH Paris Saint-Joseph permettent à une part importante des patients d'être "complètement autonomes"

PARIS (TICsanté) - Le groupe hospitalier (GH) Paris Saint-Joseph a mis en place des bornes numériques facilitant suffisamment le parcours des patients pour qu'une grande partie d'entre eux soient autonomes, ont soutenu Christophe Nicolaï, directeur des systèmes d'information (DSI) et Bernadette Dureau, DRH et directrice des projets de l'établissement.

0 233

E-santé

La sérialisation inscrite dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies (JO)

PARIS (TICsanté) - Un arrêté publié fin février au Journal officiel inscrit la "lutte contre la falsification des médicaments", rendue possible grâce au dispositif de sérialisation, dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies.

0 253

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
8 + 1 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

https://www.santexpo.com/exposer/participer-au-salon/?utm_campaign=TICSANTE&utm_source=SW&utm_medium=BAN&utm_salon=SE