https://www.nehs-digital.com

E-santé

Télésurveillance: peu d'aggravation clinique parmi les patients Covid+ suivis en ambulatoire avec Covidom

0 613

PARIS, LONDRES (TICsanté) - Seulement 4% des plus de 43.000 patients suivis en ambulatoire avec une suspicion ou un diagnostic confirmé de Covid-19 à l'aide du dispositif de télésurveillance Covidom se sont cliniquement aggravés et seulement 0,1% sont décédés, selon des données publiées dans Clinical Microbiology and Infection.

Lancé en mars 2020 par l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), le programme Covidom "représente à ce jour le plus grand programme de télésurveillance déployé dans le monde" dans le cadre de la crise sanitaire, avec "109.000 patients télésuivis depuis le début de l'épidémie et une source unique de données épidémiologiques concernant les patients ambulatoires atteints de Covid-19", se félicite l'AP-HP dans un communiqué.

Il s'agit d'une solution de télésurveillance médicale à domicile destinée aux patients porteurs ou suspectés de Covid-19, coconstruite par l'AP-HP, Nouveal e-santé et l'union régionale des professions de santé (URPS) médecins d'Ile-de-France, sous la direction du Pr Patrick Jourdain (AP-HP, université Paris-Saclay) directeur médical de Covidom. Les patients renseignent différentes informations sur leur état de santé quotidiennement, notamment la température, la fréquence respiratoire, des frissons, un malaise…

Les résultats publiés fin avril sont issus d'une étude promue par l'AP-HP et financée par la Fondation de France, la Fondation AP-HP, EIT-Health et un programme hospitalier de recherche clinique (PHRC) national sur le Covid-19. Il s'agissait pour le Dr Youri Yordanov de l'hôpital Saint-Antoine et ses collègues de mieux caractériser les patients initialement pris en charge en ambulatoire.

La majorité des travaux menés sur le Covid-19 porte sur des patients hospitalisés avec une forme sévère de la maladie, alors qu'on estime que plus de 80% des cas présentent initialement une forme plus légère voire asymptomatique. Mais 10-15% s'aggravent et il est important d'identifier les facteurs d'hospitalisation et de décès.

Entre le 9 mars et le 11 août 2020, plus de 3.800 médecins ont enregistré 62.273 patients d'Ile-de-France avec une suspicion ou un diagnostic biologiquement confirmé de Covid-19. L'analyse a porté sur 43.103 patients adultes suivis à domicile, sans nouveaux symptômes apparaissant après le 11 août. Ces patients avaient 42,9 ans en moyenne, avec la vaste majorité (93%) âgés de moins de 65 ans, et 61,9% étaient des femmes.

Le délai médian entre la survenue des premiers symptômes et l'enregistrement dans Covidom était de 4 jours (entre 2 et 8 jours). Les symptômes les plus fréquents étaient une fatigue (85,9%), une toux (61,9%), des frissons (54%), des douleurs musculaires (54%), un souffle court (49,3%) et de la fièvre (48,5%). L'anosmie et l'agueusie ont été rapportés par près d'un tiers des patients (31,5%).

Seulement 4% des patients ont vu leur état clinique s'aggraver au point de nécessiter une hospitalisation et 0,1% de décéder au cours du mois suivant les premiers symptômes de Covid-19. Cette proportion était plus élevée parmi ceux avec une infection confirmée par RT-PCR, avec 9% hospitalisés et 0,04% décédés.

Selon l'analyse des données, avoir plus de 65 ans et être un homme constituaient des facteurs prédictifs indépendants d'aggravation clinique, avec un risque relatif rapproché (OR) de respectivement 4 et 2,1. Parmi les comorbidités, l'obésité, une maladie rénale chronique et un cancer traité exposaient également à un risque d'aggravation, avec un OR de respectivement 1,6, 2,6 et 2,1.

La température, la respiration et la perte d'appétit étaient aussi des facteurs prédictifs d'aggravation mais ils étaient atténués pour les patients présentant une agueusie/anosmie, observent les chercheurs.

Par ailleurs, les fumeurs semblaient moins exposés à un risque d'aggravation de Covid-19 (OR de 0,7).

Les travaux menés montrent que l'aggravation clinique était rare chez les patients ambulatoires présentant une forme de Covid-19 légère ou modérée, suivis à distance à l’aide de la solution de télésurveillance Covidom.

Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer cette évaluation car il peut être considéré que cette cohorte a inclus des patients plus jeunes et en meilleure santé que dans la population générale, commentent les auteurs.

La fréquence respiratoire, "un très bon marqueur"

Ces résultats sont publiés alors que le ministère des solidarités et de la santé a décidé de promouvoir le recours à un oxymètre de pouls pour le suivi des patients en ambulatoire dans l'objectif de prévenir l'aggravation éventuelle des patients présentant des signes respiratoires et/ou ayant des facteurs de risque de forme grave de la Covid-19 et/ou ayant plus de 65 ans, suivant les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) de mi-avril, rappelle-t-on.

Interrogé par APMnews/TICsanté sur l'usage de cet outil dans le cadre de Covidom, le Pr Jourdain indique que des patients pouvaient avoir un oxymètre et entrer la mesure de sa saturation en oxygène dans le questionnaire à remplir quotidiennement. "Mais c'est surtout un complément des données cliniques usuelles; seule, cette mesure ne suffit pas et peut rassurer à tort le patient."

Alors que la Société française de médecine d'urgence (SFMU) plaide pour surveiller aussi la fréquence respiratoire, le responsable médical de Covidom estime également que c'est "un très bon marqueur", rappelant que la saturation en oxygène dépend de l'état initial du patient, plutôt à 99% pour une personne en bonne santé quand elle n'est qu'habituellement à 92% pour une autre avec une maladie pulmonaire chronique.

"On augmente sa cadence respiratoire sans nécessairement s'en rendre compte, c'est davantage une décompensation masquée qu'une 'hypoxémie heureuse'", terme parfois utilisé pour désigner cette aggravation brutale de la saturation sans que le patient le ressente. "Il est intéressant d'évaluer la fréquence respiratoire et la saturation en oxygène mais la fréquence respiratoire accélère avant que la saturation baisse; une hypoxémie signifie que le mécanisme compensatoire est déjà dépassé!"

Sur l'ensemble des patients suivis dans Covidom, les informations enregistrées sont analysées automatiquement et génèrent, le cas échéant, une alerte de niveaux différents et s'il le faut, l'intervention du Samu. Sur les 500.000 premiers patients suivis, une alerte du Samu a été déclenchée dans seulement 1.400 ou 1.200 cas, conduisant finalement à un taux très faible d'hospitalisations, a souligné le Pr Jourdain. "L'hospitalisation n'est pas systématique. Selon les données, on donne des conseils ou un avis médical d'orientation, on appelle le Samu ou on adresse le patient à son médecin traitant."

Pour lui, il serait "potentiellement plus intéressant de pérenniser cette prise en charge qui favorise le maintien à domicile sécurisé, en lien avec le médecin traitant, que se focaliser sur un outil de surveillance aussi performant soit-il". Le coût d'un saturomètre de bonne qualité n'est pas très élevé par ailleurs, note-t-on.

(Clinical Microbiology and Infection, Ă©dition en ligne du 26 avril)

Luu Ly Do Quang

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Numérique en santé mentale: le CCOMS préconise de développer un outil pour référencer les dispositifs existants

PARIS (TICsanté) - Il manque des outils de référencement des solutions numériques existantes en santé mentale, a constaté le Dr Déborah Sebbane, directrice du Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé pour la recherche et la formation en santé mentale (CCOMS), lors du 2e symposium Management & psychiatrie (Maps), organisé en visioconférence le 2 juin.

0 184

E-santé

La DNS ébauche la procédure de référencement au catalogue de l'Espace numérique de santé

PARIS (TICsanté) - La délégation ministérielle du numérique en santé (DNS) a ébauché la procédure de référencement au catalogue de l'Espace numérique de santé (ENS) lors d'une téléconférence organisée par l'Agence du numérique en santé (ANS) fin mai.

0 532

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
3 + 1 =
http://www.canyon.fr/
https://groupepsih.com/business-intelligence-en-sante-hospivision/
http://www.phast.fr/live-snomedct-medicament/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 23/09/2021 au 24/09/2021