https://www.nehs-digital.com

E-santé

La Loire-Atlantique, la Haute-Garonne et la Somme retenues pour la "phase pilote" de l'Espace numérique de santé

0 251

PARIS (TICsanté) - La "phase pilote" de l'Espace numérique de santé (ENS) aura lieu dans les départements de Loire-Atlantique, Haute-Garonne et Somme à partir du 1er juillet, selon un document de la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam) présenté au réseau de l'assurance maladie le 11 mars et dont TICsanté a obtenu copie.

Priorité de la délégation au numérique en santé (DNS) pour 2021, l'ENS pourra être créé automatiquement pour tous les citoyens à partir du 1er janvier 2022, sauf opposition, rappelle-t-on. Un décret précisant sa mise en oeuvre doit encore être publié.

L'expérimentation concernera 4 millions d'usagers en Loire-Atlantique, Haute-Garonne et dans la Somme, selon le document.

Des "actions de communication" sont prévues à compter du 1er juillet.

Du 1er au 9 septembre, les ENS seront créés automatiquement. La création de l'ENS entraîne automatiquement celle du dossier médical partagé (DMP) pour les usagers qui n'en possédaient pas. Ceux-ci disposeront d'un délai d'un mois et 10 jours pour s'opposer à la création.

Seuls le DMP et la messagerie sécurisée de santé (MSsanté) seront disponibles pour cette expérimentation, dont la messagerie permettant aux patients et professionnels de santé d'échanger.

L'agenda et le "store" d'applications pour les usagers ne seront disponibles qu'Ă  partir du 1er janvier 2022.

A la suite d'un appel à candidatures, 30 projets ont été retenus pour la construction de ce dernier, rappelle-t-on.

Au 1er janvier 2022, des "actions de communication" à destination des usagers sont prévues.

Les créations automatiques débuteront à partir du 12 février et s'étendront jusqu'au 21 avril.

Cela représente "50 à 56 millions de DMP à créer automatiquement", estime la Cnam. Elle estime que "que 5 à 9 millions de demandes d’opposition sont escomptées", soit "environ de 8 à 15%".

L'ENS est "le grand projet" de la Cnam en 2022, est-il indiqué dans le document.

"Le remplissage du DMP avant le déploiement de l’ENS est un enjeu important. La création des DMP", qui deviendra automatique en 2022 avec celle de l'ENS, "n’est plus le principal enjeu".

La Cnam entend "poursuivre la promotion du DMP auprès de professionnels de santé libéraux, des laboratoires de biologie, des établissements sanitaires et médico-sociaux afin d'alimenter le DMP pour l'arrivée de l'ENS" en 2021.

Par ailleurs, 9.727.479 DMP avaient été créés au 31 décembre 2020, dont 5.113.211 pour la seule année 2019, apprend-on dans le document.

Exactement 677 établissements de santé dont 26 CHU, 1.314 Ehpad, 59 laboratoires de biologie médicale et 20.583 professionnels de santé libéraux alimentent le DMP via leurs logiciels métiers, est-il indiqué.

54% des établissements de santé équipés d'une MSsanté

Un "enjeu de montée en charge" persiste pour la MSsanté en 2021, selon la Cnam. Des "améliorations" sont attendues "pour prendre en compte les 'irritants' remontés par les professionnels de santé".

A l'heure actuelle, 54% des établissements de santé, 32% des Ehpad et 49% des laboratoires de biologie médicale sont équipés d'une MSsanté.

Concernant les professionnels libéraux, ils sont 67,3% à être équipés, 68% des médecins et 77% des officines.

"Près de 5,4 millions de mails" sont échangés chaque mois par 360.000 boîtes aux lettres.

Des "pilotes de déploiement" pour étendre les MSsanté au secteur médico-social sont en cours dans 14 régions.

Pro Santé Connect dynamisé par les SI Covid

Pro Santé Connect, le fournisseur national d’identité sectoriel des professionnels de santé adossé à la e-CPS, enregistre 30.000 authentifications par mois, dont la moitié sont réalisée via la e-CPS.

"Une forte accélération des usages a été observée à partir de novembre 2020, liée aux outils numériques développés dans le cadre de la crise sanitaire", indique la Cnam. Les systèmes d'information (SI) Contact Covid et Vaccin Covid sont accessibles avec une e-CPS, et font donc appel à Pro Santé Connect.

"Plus de 90% de l'activité" de Pro Santé Connect est générée par le SI Sidep et le portail permettant la génération des codes de déclaration de positivité dans TousAntiCovid par un professionnel de santé, pro.tousanticovid.gouv.fr.

Au total 37 services sont "raccordés en production" à Pro Santé Connect, 140 "raccordés sur le bac à sable".

Par ailleurs, 32.000 e-CPS sont actives. Il y en avait moins de 5.000 en octobre 2020.

Enfin, la Cnam poursuit l'expérimentation de l'application carte Vitale, actuellement réalisée par un "panel d'assurés restreint" des caisses primaires d'assurance maladie (CPAM) du Rhône et des Alpes-Maritimes et des caisses de la Mutualité sociale agricole (MSA) Ain-Rhône et Provence-Azur.

En février, 2.099 assurés avaient activé l'application, soit 721 de plus qu'en décembre 2020, et 33 professionnels de santé participaient à l'expérimentation.

Elle doit se poursuivre jusqu'en novembre, avant d'être "ouverte plus largement aux assurés" des mêmes départements, dont ceux de la MGEN, dans une phase qui doit durer jusqu'en mars 2022.

Dans un deuxième temps, 10 départements supplémentaires intégreront l'expérimentation: 6 en avril, 2 en juin et 2 en septembre.

Un projet de décret relatif à l'expérimentation, consulté en décembre 2020 par APMnews/TICsanté, prévoyait notamment de l'étendre aux CPAM de Saône-et-Loire, de Seine-Maritime, du Bas-Rhin, du Nord, de Gironde, de l’Hérault, de Loire-Atlantique, de la Sarthe, du Puy-de-Dôme et de Paris, note-t-on.

Enfin, une phase de "généralisation" doit débuter en octobre 2022 sur tout le territoire et pour tous les régimes d'assurance maladie.

L'application "permettra de prendre en charge et faciliter la facturation des soins aux AMO et aux AMC, ainsi que les accès à l’espace numérique de santé", indique la Cnam.

Le même projet de décret élargit les finalités de l'application afin de lui permettre de "servir de moyen d’identification électronique des patients pour les services numériques en santé", note-t-on.

LĂ©o Caravagna
leo.caravagna@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Les bornes numériques du GH Paris Saint-Joseph permettent à une part importante des patients d'être "complètement autonomes"

PARIS (TICsanté) - Le groupe hospitalier (GH) Paris Saint-Joseph a mis en place des bornes numériques facilitant suffisamment le parcours des patients pour qu'une grande partie d'entre eux soient autonomes, ont soutenu Christophe Nicolaï, directeur des systèmes d'information (DSI) et Bernadette Dureau, DRH et directrice des projets de l'établissement.

0 226

E-santé

La sérialisation inscrite dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies (JO)

PARIS (TICsanté) - Un arrêté publié fin février au Journal officiel inscrit la "lutte contre la falsification des médicaments", rendue possible grâce au dispositif de sérialisation, dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies.

0 243

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
3 + 5 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

https://www.santexpo.com/exposer/participer-au-salon/?utm_campaign=TICSANTE&utm_source=SW&utm_medium=BAN&utm_salon=SE