https://vieviewer.com/

Politique

Vaccination Covid-19: la prise de rendez-vous en ligne démarre doucement

2 371

PARIS (TICpharma) - La prise de rendez-vous pour la vaccination contre le Covid-19 est disponible sur le site santé.fr depuis le 15 janvier au matin et se prépare à accélérer, alors que de nombreux patients font état de difficultés pour accéder aux services ou trouver un rendez-vous.

Initialement prévue pour le 14 janvier, la prise de rendez-vous en ligne pour se faire vacciner contre le Covid-19 a été ouverte ce le 15 janvier à 8h du matin à certaines catégories de personnes.

Le site santé.fr, chargé de recenser les centres de vaccination en ville ou à l'hôpital, était difficilement accessible toute la journée le 14 janvier, a constaté TICsanté.

Un numéro vert a également été mis en place, le 0800.009.110, a annoncé Olivier Véran le 14 janvier. Le 15 janvier à la mi-journée, celui-ci n'était pas indiqué sur santé.fr.

Le site a été partiellement rétabli le 15 janvier au matin. La seule page accessible recense les centres de vaccination par départements, leurs coordonnées et un lien vers un service de prise de rendez-vous en ligne si le centre en est équipé.

"L'organisation de la vaccination est très récente, les centres commencent à s'installer et à s'équiper en service de prise de rendez-vous en ligne", a expliqué Giovanna Marsico, déléguée au service public d'information en santé (SPIS) qui supervise santé.fr, à TICsanté le 15 janvier.

"On s'est rendu compte que, pour assurer l'exhaustivité des données [relatives aux centres de vaccination], il fallait retarder la publication jusqu'au [15 janvier au matin]. La proportion de centres équipés d'un service de rendez-vous en ligne était relativement modeste", de l'ordre de "20%" dans la journée du 14 janvier, a-t-elle ajouté. "L'importation de la liste des centres a débuté hier soir à 23h pour être prêts ce matin à 8h."

En parallèle, "la communication dans la presse [au sujet de santé.fr] a débuté le 14 janvier au matin, alors que le service devait être mis en ligne après l'allocution des ministres" du soir du 14 janvier.

Le site n'a pas tenu face à la surcharge de requêtes. Le 14 janvier au matin, "un service de sécurité a été mis en production, le site est maintenant beaucoup plus robuste. Il peut supporter jusqu'à 8.000 connexions par seconde".

Le SPIS a cependant fait le choix de ne pas rétablir l'ensemble des services de santé.fr, dont la carte des lieux de dépistage Covid, et de conserver uniquement la page recensant les centres de vaccination, "plus robuste".

"On ne veut pas prendre le risque que le service de vaccination soit inaccessible", a indiqué Giovanna Marsico.
Le site restera en l'état "pendant quelques jours" et "rebasculera vers le service classique dès que possible, avec la carte des lieux de dépistage et de vaccination et la géolocalisation", a-t-elle ajouté.

854 centres de vaccinations sur santé.fr

Le 15 janvier en milieu de matinée, santé.fr recensait 854 centres de vaccinations sur l'ensemble des départements de métropole et d'outre-mer, a constaté TICsanté.

Parmi ceux-ci, 444 proposaient un lien vers un service de prise de rendez-vous en ligne édité par les sociétés Maiia, Doctolib et KelDoc.

Les centres sont majoritairement équipés de la solution de Doctolib, pour 348 d'entre eux, a constaté TICsanté le 15 janvier au matin. Keldoc arrive en deuxième position avec 79 centres de vaccination, suivi par Maiia avec 17 centres.

Ces chiffres sont amenés à évoluer, la liste des centres recensés sur santé.fr étant mise à jour "deux fois par jour", a précisé Giovanna Marsico à TICsanté.

Le 15 janvier à la mi-journée, le nombre de centres proposant la prise de rendez-vous en ligne est passé à 569, le total étant toujours de 854, a-t-elle ajouté.

D'autre part, les plateformes ont communiqué un nombre nettement supérieur de centres équipés.

Doctolib a équipé 670 centres, a fait savoir la société dans un communiqué le 15 janvier matin.

Contactés par TICsanté, Keldoc et Maiia ont indiqué avoir équipé respectivement 110 et "à peu près une centaine" de centres.

Ce décalage est dû au fait qu'une fois équipés d'une solution de prise de rendez-vous, les centres de vaccination doivent encore paramétrer la solution, et notamment y indiquer les plages horaires, a expliqué Maiia.

Ceci explique pourquoi, en cliquant sur certains centres recensés sur santé.fr, les internautes rencontrent un message d'erreur leur indiquant que le centre ne propose pas de rendez-vous en ligne, et ne peuvent donc pas prendre rendez-vous par ce biais.

Par ailleurs, le 15 janvier à la mi-journée, 11 départements disposaient d'un seul centre de vaccination proposant la prise de rendez-vous en ligne.

Dans un département, l'Indre, aucun service de rendez-vous en ligne n'était proposé par les cinq centres listés.

Dans un autre, les Landes, les quatre centres de vaccination proposaient la prise de rendez-vous en ligne, mais pas de numéro de téléphone.

Le "chemin de croix" de la réservation

Si les pouvoirs publics s'attèlent à rendre la prise de rendez-vous pour la vaccination plus facile, les internautes ont été nombreux à faire part de leurs difficultés ce matin.

A Paris, Christophe doit prendre rendez-vous pour sa mère, nonagénaire, "très stressée par l'épidémie et son isolement forcé".

"Sur leur site [sante.fr], la dĂ©marche me paraissait compliquĂ©e, il fallait appeler les centres de vaccination deux fois sur trois donc j'ai voulu passer directement par Doctolib que j'utilise rĂ©gulièrement. Je lui avais dĂ©jĂ  crĂ©Ă© un compte et lĂ , j'ai eu un autre problème : les crĂ©neaux n'Ă©taient pas disponibles ou disparaissaient… Je retenterai ce soir mais ça ressemble Ă  un chemin de croix", a-t-il confiĂ© Ă  TICsantĂ© le 15 janvier après-midi.

En Saône-et-Loire, Aimée*, 92 ans, est confinée avec son frère Jean-Luc*, 79 ans et sa belle-soeur, Jeanne*, 75 ans. C'est à cette dernière, "plus à même de servir des outils informatiques", qu'a incombé la tâche de réserver des créneaux de vaccination à Mâcon, sans succès.

"Elle est passée par sante.fr et après avoir sélectionné son centre de vaccination à Mâcon, elle a appelé le numéro indiqué. Au bout du fil, on lui demandait de prendre rendez-vous en ligne alors que ce n'était pas possible pour ce centre. Elle a choisi un autre centre dans la même ville qui proposait la réservation en ligne mais en l'ouvrant, la page Doctolib associée proposait des dates pour la ville de Chalon-sur-Saône qui est plus loin", a détaillé Aurélie, la petite-fille d'Aimée, qui a volé au secours de ses aïeux.

"J'ai pris les choses en main en allant directement sur le site de Doctolib, via l'onglet 'vaccination' et j'ai pris des rendez-vous pour eux, en choisissant le centre de vaccination de Mâcon. Les trois seront finalement vaccinés début février."

Moins chanceux, le Lyonnais Pierre* n'a pas encore réussi à bloquer un rendez-vous. Âgé de moins de 75 ans, il souffre néanmoins d'une pathologie incluse dans les critères d'éligibilité pour la vaccination prioritaire.

"J'ai essayé d'appeler le numéro vert pendant une heure et demie ce matin [le 15 janvier] mais il était saturé. Je suis passé par Doctolib pour prendre rendez-vous à la Croix-Rousse: leur plateforme n'en propose pas, alors j'ai appelé l'hôpital de Lyon-Sud où je suis suivi et ils n'étaient même pas au courant. Pour l'instant, j'ai abandonné, je ne suis pas à 24 heures près", a-t-il confié à TICsanté.

Dans le Puy-de-Dôme, Hélène a passé 24 heures "difficiles". "Hier le site était en rade mais ma mère -âgée de 86 ans- avait réussi à prendre rendez-vous pour dans six semaines. C'est long et la communication n'est pas claire. On a voulu ressayer ce matin: j'ai tenté d'appeler le numéro vert dès 6h du matin, il était saturé. En passant par sante.fr et en sélectionnant notre centre de vaccination, on était redirigées vers Doctolib qui proposait un numéro de téléphone auquel personne ne répondait. On a continué et finalement ma mère a réussi à bloquer un rendez-vous vers 10h", a-t-elle rapporté.

"Ma mère est encore en capacité de le faire mais elle était stressée par la situation. La solution n'est pas pratique techniquement, surtout pour des personnes qui ne sont pas digital natives", a-t-elle déploré.

Force est de constater que sante.fr n'est pas encore la solution préférée des Français pour prendre rendez-vous pour la vaccination. La plupart semble encore privilégier les sites des plateformes, plus efficaces.

A Lyon, Anne* a réussi "par chance" et avant tout le monde à bloquer une date de vaccination pour sa mère, octogénaire.

"J'y suis arrivée en me connectant, complètement par hasard, sur Doctolib [le 13 janvier]. Ils avaient ouvert les créneaux de réservation pour la vaccination et j'ai pu réserver pour les deux injections dans les prochaines semaines. C'était par chance, une amie a fait la même chose et ça a fonctionné pour elle aussi."

Plus au Nord, à Valenciennes, Marie*, chargée de trouver une date de vaccination pour sa mère, a choisi la même voie.

"Je n'ai pas compris tout de suite comment faire, l'onglet 'vaccination' ne fonctionnait pas à ce moment-là, il fallait taper le nom du centre dans la barre de recherche mais grâce à Twitter, j'ai compris la manipulation et lui ai trouvé un créneau."

"Les difficultés techniques ont été les plus agaçantes et, notamment, le fait que le site du gouvernement soit en rade. Ce n'est pas comme s'ils ne savaient pas que les gens allaient s'y précipiter, ils auraient pu le dimensionner pour!"

(*Les prénoms ont été modifiés)

LĂ©o Caravagna
leo.caravagna@apmnews.com
Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com
http://www.computer-engineering.fr/

Politique

Soins psychiatriques sans consentement: le CGLPL veut favoriser l'accès à internet des patients

PARIS (TICsanté) - Le contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) recommande, dans un avis publié au Journal officiel en février, de favoriser l'accès à internet des personnes privées de liberté, dont les patients psychiatriques accueillis dans des établissements de santé sans leur consentement.

0 935

Politique

Télémédecine: le Cnom appelle à faire évoluer l'avenant n°6 face à l'épidémie de coronavirus

PARIS (TICsanté) - Le président du Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom), Patrick Bouet, appelle les partenaires conventionnels à "faire évoluer" l'avenant n°6 à la convention médicale "dans les jours et semaines qui viennent" pour faire face à l'épidémie de coronavirus Sars-CoV-2, a-t-il indiqué à TICsanté le 4 mars.

0 4695

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (2)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
9 + 6 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • WebconfĂ©rence "Les grandes tendances de la e-santĂ© en 2021"

    A partir du 26/01/2021

  • SANTEXPO LIVE

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021