https://www.nehs-digital.com

Politique

La DNS veut faire de 2021 "l'année du citoyen" via l'espace numérique de santé

0 573

PARIS (TICsanté) - Les responsables ministériels du numérique en santé, Dominique Pon et Laura Létourneau, veulent faire de 2021 "l'année du citoyen" pour accompagner le lancement des expérimentations de l'espace numérique de santé (ENS) et de la messagerie sécurisée de santé de l'usager, ont-ils expliqué le 4 décembre à l'occasion d'un Conseil du numérique en santé (CNS) organisé en ligne.

Présentée par l'ex-ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, le 25 avril 2019, la feuille de route du numérique en santé comprend 30 actions déclinées en cinq orientations, rappelle-t-on.

Accompagnés de représentants de la direction générale de l'offre de soins (DGOS) et de l'Agence du numérique en santé (ANS), Dominique Pon et Laura Létourneau ont profité du dernier CNS de 2020, ce vendredi 4 décembre, pour détailler les différentes actions de la feuille de route. Ils ont garanti que le calendrier établi en 2019 "n'a pris aucun retard" en dépit de l'épidémie de Covid-19.

"Malgré la crise, les engagements de la feuille de route ont été tenus: chantier sur l’opposabilité des référentiels, auto-évaluation de conformité via l’outil 'convergence' par les industriels, entrée des régions à la gouvernance de l’ANS et publication de leur trajectoire de convergence à la doctrine, livrables sur l’éthique, dizaines de milliers de requêtes au téléservice INSi [identifiant national de santé intégré], clarification de la doctrine sur l’identification électronique et accélération massive du déploiement de la e-CPS", ont-ils listé.

Les responsables de la délégation ministérielle du numérique en santé (DNS) ont également salué l'ouverture du serveur multi-terminologies et de l’espace de test d’interopérabilité, le déploiement des messageries sécurisées dans le secteur médico-social, le lancement de 132 projets e-parcours, l'appel à candidatures pour le store de l'ENS, "l'explosion de la télésanté", le lancement du guichet d'innovation G_Nius ou encore la sélection des "structures médico-sociales 3.0".

Plusieurs de ces avancées ont été présentées tout au long de l'année à l'occasion de divers événements organisés par l'ANS et la DNS, notamment lors des Journées nationales des industriels (JNI) le 10 novembre ou lors d'un premier point d'étape du CNS en juin dernier.

Laura Létourneau, déléguée ministérielle du numérique en santé, a introduit le CNS avec un focus sur les outils numériques mis à la disposition des acteurs de la lutte contre la propagation du virus pour les enquêtes sanitaires et le suivi épidémiologique.

"L'année a vraiment été extraordinaire et le Covid-19 reste encore notre actualité à tous. Il y a de gros projets qui ont été lancés ces six derniers mois", a-t-elle déclaré vendredi 4 décembre, se félicitant des développements de Contact Covid, Sidep ou encore TousAntiCovid, et appelant les citoyens à télécharger ce dernier outil.

L'ENS, chantier prioritaire en 2021

"L'année 2020 a été celle de la mise en œuvre de la feuille de route. La e-santé doit pénétrer dans toutes les maisons en 2021 pour préparer l'arrivée de l'ENS au 1er janvier 2022", a notamment souligné Dominique Pon, responsable de la DNS.

Action n°16 de la feuille de route, l'ENS doit permettre à l'usager d'accéder à ses données administratives, à son dossier médical partagé (DMP), à ses constantes de santé éventuellement produites par des applications ou objets connectés référencés, à ses données de remboursement et à des outils permettant des échanges sécurisés avec les acteurs du système de santé, rappelle-t-on.

La Cnam a lancé fin mai un appel d'offres pour "la réalisation, l'hébergement, l'exploitation et la maintenance" de l'ENS d'un montant estimé à 156 millions d'euros et d'une durée de trois ans.

Le marché a été notifié en novembre et un appel à candidature pour les industriels, afin de tester le processus de référencement et de coconstruire avec les pouvoirs publics la connexion au store de l’ENS, a été lancé le mois dernier.

Par ailleurs, 2021 sera l’année du développement et de l'expérimentation de l’ENS, avant sa généralisation en 2022. Ainsi, une phase pilote est prévue "à partir de juillet 2021 pour environ 1,3 million de personnes", a annoncé la DNS.

La délégation ministérielle et l'ANS planchent également sur le développement de la preuve de concept ou POC (proof of concept) de la messagerie sécurisée de santé (MSSanté) des usagers, qui doit, elle, permettre aux patients de communiquer avec les professionnels. Cette messagerie sécurisée des usagers fera partie intégrante de l'ENS.

Pour rappel, 8 Français sur 10 se déclarent prêts à autoriser l’accès à leurs données de santé aux professionnels de santé qui les suivent dans le cadre de l’ENS et 7 Français sur 10 se déclarent prêts à donner l’accès à leurs données de santé dans le cadre de l’ENS à certains services pour améliorer le suivi de leur santé, d'après une étude OpinionWay pour l'ANS, présentée le 19 novembre dernier.

Brique de stockage des données et documents de santé en back-office de l’ENS, le déploiement du dossier médical partagé (DMP) figure aussi parmi les actions prioritaires du ministère pour 2021. L'assurance maladie a compté près de 9,7 millions de DMP créés "à début novembre", a-t-on appris vendredi matin.

Enfin, la DNS a déjà noté plusieurs applications "utilisées durant la crise sanitaire ayant vocation à rejoindre l’ENS". Parmi elles, DépistageCovid ou MesConseilsCovid, ainsi que "toutes les applications référencées" par le ministère et destinées aux professionnels et au grand public.

Nomination d'un président suppléant à l'ANS

Outre le point sur la feuille de route numérique et les avancées enregistrées en e-santé depuis le début de la crise sanitaire, l'ANS a détaillé le 4 décembre sa nouvelle gouvernance.

L'agence, qui s'apprête à piloter la maîtrise d'ouvrage du projet de service d'accès aux soins (SAS), a élargi sa convention constitutive pour être "au plus proche des territoires" et va intégrer les groupements régionaux d'appui au développement de l'e-santé (Grades) et agences régionales de santé (ARS) à son conseil d'administration dès 2021.

L'ANS a, en outre, renforcé ses effectifs en 2020 avec le recrutement de 31 nouveaux collaborateurs et prépare activement son nouveau projet d'entreprise "Transform'2024".

Le dernier recrutement date de novembre dernier et il n'est pas le moindre puisqu'il s'agit de celui du gériatre Jean-Pierre Aquino, comme président suppléant de l'ANS.

Cet expert du médico-social, délégué général de la Société française de gériatrie et gérontologie (SFGG), avait notamment plaidé en 2019 pour "un pack technologique" financé par l'assurance maladie pour tous les établissements et services de soins pour personnes âgées, dans le cadre d'un rapport sur les nouvelles technologies et le grand âge.

Le Dr Jean-Pierre Aquino a également évolué dans les cabinets ministériels. Il a notamment été conseiller de la ministre déléguée aux personnes âgées et à l'autonomie Michèle Delaunay (2012-2014) et de la secrétaire d'Etat chargée de la famille, des personnes âgées, de l'autonomie et de l'enfance Laurence Rossignol, en 2014-2015.

Cette nomination à l'ANS reflète le virage numérique du médico-social opéré récemment et l'impulsion donnée par les pouvoirs publics à la modernisation de ce secteur, réputé "parent pauvre" du numérique en santé.

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Télésurveillance: peu d'aggravation clinique parmi les patients Covid+ suivis en ambulatoire avec Covidom

PARIS, LONDRES (TICsanté) - Seulement 4% des plus de 43.000 patients suivis en ambulatoire avec une suspicion ou un diagnostic confirmé de Covid-19 à l'aide du dispositif de télésurveillance Covidom se sont cliniquement aggravés et seulement 0,1% sont décédés, selon des données publiées dans Clinical Microbiology and Infection.

En bref

Les Hospices civils de Lyon certifiés hébergeur de données de santé

Les Hospices civils de Lyon (HCL) ont obtenu les certifications hébergeur de données de santé (HDS) et ISO 27001 le 20 avril, ont-ils annoncé dans un communiqué le 3 mai.

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
5 + 7 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

https://www.universite-esante.com/visiter/