https://www.nehs-digital.com

Acteurs

Covid-19: l'accès des pharmaciens à Sidep perturbé par les logiciels de gestion d'officine

0 377

PARIS (TICsanté) - De nombreux pharmaciens de ville ont rencontré des difficultés à se connecter à Sidep, le système d'information de traçage de l'épidémie de Covid-19, leur logiciel de gestion d'officine (LGO) ne leur permettant pas d'accéder à la lecture de leur carte de professionnel de santé (CPS), a relayé le 17 novembre le président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (Uspo), Gilles Bonnefond, lors d'une conférence de presse.

Les pharmaciens et les infirmiers ont été autorisés à accéder à Sidep par un décret publié le 15 novembre au Journal officiel afin de renseigner les résultats des tests antigéniques de dépistage du Sars-CoV-2 qu'ils peuvent désormais réaliser.

Un arrêté publié le 17 novembre a élargi la population cible et conditionné le remboursement de ces tests à l'enregistrement du résultat, le jour de la réalisation de l'examen, dans le système d'information national de dépistage Sidep.

Lors d'une connexion au portail Sidep, les officinaux doivent saisir un code envoyé sur le téléphone portable sur lequel ils ont téléchargé une carte de professionnel de santé (CPS) virtuelle, ou "e-CPS", qui permet d'authentifier la connexion au système d'un professionnel de santé autorisé, a expliqué Gilles Bonnefond le 17 novembre.

La "e-CPS" est "un outil simple et pratique" qui "prend cinq minutes à créer" après téléchargement d'une application mobile dédiée, mais sa création nécessite un accès à la CPS physique, dans le lecteur du pharmacien connecté au LGO, a-t-il poursuivi.

Mais "certains éditeurs de logiciels n'ont rien trouvé de mieux à faire que d''encapsuler' la CPS pour la rendre inaccessible à toute application", a-t-il déploré, empêchant de fait la création de la "e-CPS" et donc l'accès à Sidep. Il a cité le logiciel LGPI* (Pharmagest) et "une partie de SmartRX*" (Cegedim), les deux principaux LGO sur le marché.

Le président de l'Uspo a expliqué avoir alerté le ministère des solidarités et de la santé dimanche, permettant l'organisation d'une "réunion en urgence" avec les éditeurs de logiciels lundi midi, au moment où Sidep s'ouvrait aux pharmaciens et aux infirmiers.

Plusieurs solutions "en mode dégradé" ont été exposées, comme le fait de connecter le lecteur de carte CPS en dehors des heures d'ouverture de l'officine sur un autre ordinateur pour pouvoir lire la CPS et créer la carte virtuelle. Il est aussi possible de télécharger l'application Atsam sur le site Amelipro, "qui permet de débloquer la carte CPS qui est dans le lecteur" mais "parfois ça marche, parfois ça ne marche pas", a constaté Gilles Bonnefond.

Il a demandé à "tous les éditeurs de logiciels", d'"aider tous les pharmaciens qui ne s'en sortent pas".

RĂ©unions hebdomadaires avec l'assurance maladie

Le président de l'Uspo a par ailleurs salué la modification des populations cibles du dépistage par test antigénique et notamment son ouverture aux cas asymptomtiques, en dehors de ceux identifiés dans des clusters. "Si on attrape 5% de la population asymptomatique qui est positive, on va casser beaucoup plus rapidement les chaînes de contamination", a-t-il affirmé.

Il a ajouté avoir obtenu que le pharmacien puisse facturer à l'assurance maladie "la première boîte" de tests antigéniques achetés par l'officine, en plus des 34 euros facturés à chaque acte de dépistage réalisé.

Par ailleurs, la participation des pharmaciens au "contact tracing" a fait l'objet d'une réunion avec le directeur général de la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam), Thomas Fatome, le 17 novembre.

Comme pour les médecins, il s'agit de recueillir dès l'obtention du résultat du test antigénique à l'officine, s'il est positif, les personnes qui ont été en contact avec le malade et leur numéro de téléphone pour qu'elle soient appelées par l'assurance maladie.

Gilles Bonnefond a indiqué que des réunions entre la direction de l'assurance maladie et les représentants des pharmaciens devaient avoir lieu chaque semaine, le "mardi matin", pour "régler tout ce qui est en train de se mettre en place à une vitesse phénoménale".

L'Uspo défend aussi la possibilité de facturer un honoraire de dispensation de garde pour les tests antigéniques réalisés par les officines le dimanche.

Raphael Moreaux
raphael.moreaux@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Acteurs

Covid-19: des plateformes misent sur la data pour ne perdre aucune dose et accélérer la vaccination

PARIS (TICsanté) - Pour aider les publics prioritaires à obtenir un rendez-vous de vaccination anti-Covid ou pour éviter que des doses ne soient jetées, faute de volontaires, les plateformes CovidListe, ViteMaDose ou encore Medicamentum s'appuient sur les données afin de soutenir la campagne vaccinale.

0 106

E-santé

La sérialisation inscrite dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies (JO)

PARIS (TICsanté) - Un arrêté publié fin février au Journal officiel inscrit la "lutte contre la falsification des médicaments", rendue possible grâce au dispositif de sérialisation, dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies.

0 265

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
1 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

https://www.santexpo.com/exposer/participer-au-salon/?utm_campaign=TICSANTE&utm_source=SW&utm_medium=BAN&utm_salon=SE