https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniere_gif_ticsante_octobre&utm_term=&utm_content=

Acteurs

Covid-19 et télémédecine: les fédérations professionnelles ne veulent pas "laisser le soufflé retomber"

0 469

PARIS (TICsanté) - Les représentants de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP), de la Fédération hospitalière de France (FHF), de la Fédération nationale des établissements d'hospitalisation à domicile (Fnehad) et du réseau Unicancer, ont salué, le 15 octobre lors d'une conférence virtuelle du Catel Visio, l'accélération du recours à la télémédecine depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19 et ont appelé à "ne pas laisser le soufflé retomber".

Invités par le centre de ressources et d’expertises en e-santé -Catel- à partager leur "retour d'expérience" sur la téléconsultation et son essor récent, Lamine Gharbi, président de la FHP, Elisabeth Hubert, présidente de la Fnehad, Alexandre Mokede, responsable du pôle offre de soins de la FHF et Sophie Beaupère, déléguée générale d'Unicancer, ont chacun partagé les enseignements tirés depuis le début de la crise, notamment concernant l'impact des outils numériques en santé, sur la prise en charge des patients et dans le quotidien des professionnels.

Depuis le 15 septembre 2018, le remboursement de droit commun des actes de télémédecine est entré en vigueur, rappelle-t-on, sans pour autant connaître le déploiement massif attendu par les pouvoirs publics.

Néanmoins, la pratique de la télémédecine -et plus spécifiquement de la téléconsultation- a connu une accélération spectaculaire depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, qui a favorisé l'usage du fait des mesures de confinement en vigueur ou parce qu'elle a permis de limiter les déplacements de patients fragiles dans les cabinets médicaux.

Pour rappel, l'assurance maladie a enregistré 4,52 millions de téléconsultations pour le seul mois d'avril, contre environ 25.000 en décembre 2019 .

Ce déploiement des téléconsultations a également été rendu possible par une série d'assouplissements du cadre réglementaire contenu dans l’avenant 6 de la convention et une prise en charge à 100% des actes de téléconsultation.

"Pendant la crise, on a pu constater les efforts de la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam) et la réussite que ça a été. J'en ai marre d'entendre les sceptiques, quand ça marche, il faut le dire et ça a marché", a d'emblée affirmé Lamine Gharbi.

Rappelant que les établissements de la FHP ont rapidement pris le pli de la téléconsultation -notamment pour compenser les hospitalisations de jour-, le président de la Fédération de l'hospitalisation privée a fait savoir que son organisation "a accentué cette nouvelle norme de prise en charge pour les consultations de pré-anesthésie".

"Oui, nous y sommes favorables [à la téléconsultation] mais nous n'en sommes que des facilitateurs", a-t-il ajouté.

Un enthousiasme partagé par Elisabeth Hubert, présidente de la Fnehad, qui a souligné les particularités de l'hospitalisation à domicile (HAD).

"L'HAD est hybride, elle est à la fois du monde hospitalier et de l'ambulatoire. Tout ce qui touche à l'e-santé, au sens large du terme, de l'échange d'informations à la téléconsultation est majeur pour nous car nous avons pour souci de répondre aux demandes des patients partout, en temps réel, et de porter un diagnostic à distance", a-t-elle détaillé.

"Les mesures prises pendant la crise sanitaire ont été importantes et s'il faut en pérenniser certaines, il ne faut pas négliger la relation entre le patient et son médecin: le présentiel est important", a expliqué la présidente de la Fnehad, précisant qu'un certain nombre de téléconsultations en HAD se déroulent déjà en présence d'un tiers, professionnel de santé qui accompagne le patient.

Néanmoins, Elisabeth Hubert a fait savoir que la Fnehad et ses adhérents sont tout à fait disponibles pour développer des expérimentations en e-santé.

"Nous sommes un tout petit univers, très concentré, nous sommes donc un terrain d'exception pour faire des expérimentations et nous sommes volontaires pour le faire!", a-t-elle scandé. "C'est un credo à l'appropriation et au déploiement de la e-santé."

L'appropriation des nouvelles pratiques de soins

La nécessaire appropriation des outils d'e-santé, et notamment en matière de télémédecine, fait également partie des enseignements tirés par la FHF, dont le responsable du pôle offre de soins, Alexandre Mokede, a partagé la vision.

"Nous tirons globalement les mêmes leçons que celles énoncées par les autres fédérations sur la gestion de la crise. Elle a consacré la notion de territorialisation, de gradation des soins et de coopération entre professionnels", a-t-il d'abord salué.

"Cette coopération a eu besoin d'outils et notamment d'outils numériques. Nous avons mené deux enquêtes flash dans le cadre des 'dispositifs innovants Covid-19', la première a été menée auprès de nos établissements de HAD et 85% d'entre eux nous ont dit que la crise a été l'occasion pour eux de développer la téléconsultation et la télésurveillance", a rapporté Alexandre Mokede.

"La deuxième enquête a été menée auprès de tous nos établissements, nous avons eu 200 réponses et parmi celles-ci: 150 établissements ont cité la téléconsultation, la télé-expertise et la télésurveillance comme étant des innovations majeures pendant la crise et des solutions qu'ils ont largement déployées pour la prise en charge de leurs patients, notamment malades chroniques ou en psychiatrie", a-t-il détaillé.

Le représentant de la FHF a, cependant, insisté sur le fait que ces outils de télémédecine "ne doivent pas se substituer aux consultations physiques", même s'ils ont permis de pallier les conditions de soins offertes par l'épidémie de Covid-19 et les mesures de confinement induites. "Ces outils doivent rester complémentaires", a-t-il répété.

Dernière personnalité représentante d'une fédération à s'exprimer le 15 octobre dans le cadre de ces retours d'expérience sur la téléconsultation depuis le début de la crise sanitaire, Sophie Beaupère, déléguée générale d'Unicancer, a souligné l'importance de cet outil pour "assurer la continuité des soins" en oncologie.

"En cancérologie, la priorité dans le cadre de l'épidémie, a été de pouvoir assurer la continuité de la prise en charge des patients, en toute sécurité et d'éviter au maximum les retards de diagnostic. La téléconsultation et la télé-expertise ont contribué fortement à permettre cette continuité des soins", a-t-elle insisté.

"Avant la crise, il n'y avait que quelques dizaines de téléconsultations réalisées pour l'ensemble des 18 CLCC, en trois mois [mars-juin], nous sommes passés à 40.000 actes de téléconsultation pour l'ensemble des CLCC", a-t-elle illustré.

Se félicitant que la télémédecine ait permis de maintenir le suivi des patients atteints de cancer à distance, Sophie Beaupère a également évoqué le "renforcement de la coordination entre professionnels et notamment entre professionnels médicaux et paramédicaux" rendu possible par la téléconsultation.

"Une téléconsultation médicale, notamment en cancérologie, n'implique pas seulement un médecin mais toute une équipe de soins", a commenté la déléguée générale d'Unicancer.

Le Collectif téléconsultation du Catel accélère

En outre, le Collectif téléconsultation a présenté le 15 octobre ses nouvelles fiches consacrées à accompagner le déploiement de la télémédecine et à guider les professionnels de santé dans l'exercice de ces nouvelles pratiques de soin.

Ainsi, cinq fiches au total ont été rédigées et mises à disposition sur le site teleconsultez.fr, elles proposent des focus sur:

  • les rĂ´les et interactions entre acteurs
  • la rĂ©glementation et la rĂ©munĂ©ration
  • les outils et types d'usages de la tĂ©lĂ©consultation
  • les Ă©tapes clĂ©s d'une tĂ©lĂ©consultation
  • un guide pour les patients.

Le Collectif a également mis en ligne six autres fiches pratiques "par filières de soins": premier recours, kinésithérapie, diététique, périnatalité, chirurgie et psychiatrie.

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

La Fnehad émet une série de recommandations pour le développement de la télésanté

PARIS (TICsanté) - La Fédération nationale des établissements d'hospitalisation à domicile (Fnehad) a émis une série de recommandations "pour un déploiement rapide" de l'e-santé en hospitalisation à domicile (HAD), a-t-elle fait savoir dans un communiqué le 26 octobre.

1 489

E-santé

Coronavirus: Lifen publie une application de suivi des patients en quarantaine

PARIS (TICsanté) - La société spécialisée dans l'échange sécurisé de documents médicaux Lifen a publié en "open source" une solution de suivi à distance des patients atteints de Covid-19 présentée comme une "alternative" à la quarantaine à l'hôpital et réalisée avec le Pr Philippe Ravaud, directeur du centre d'épidémiologie clinique de l'Hôtel-Dieu de Paris (AP-HP), a-t-elle annoncé le 6 mars.

1 2101

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
3 + 5 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/
https://mipih.fr/votre-projet-mipih/piloter-la-performance/desionnel2.html

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • SantExpo Live (Ex-Paris Healthcare Week)

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021