https://vieviewer.com/
https://digital-solutions2.konicaminolta.fr/FR-20201126-WBR-0-SAN-WBR-HVF-0-digital-sante_LP-01-Page-dinscription.html?utm_campaign=FR-20201126-WBR-0-SAN-WBR-HVF-0-digital-sante&utm_source=TicSante&utm_content=webinar&utm_medium=display

Politique

Un arrêté autorise la collecte de données de santé en cas d’"alerte sanitaire"

0 693

PARIS (TICsanté) - Un arrêté publié le 2 juillet au Journal officiel autorise de nombreux organismes et institutions publics à "mettre en oeuvre des traitements de données à caractère personnel dans le domaine de la santé ayant pour seule finalité de répondre, en cas de situation d’urgence, à une alerte sanitaire et d’en gérer les suites".

Sont concernés:

  • la direction gĂ©nĂ©rale de la santĂ© (DGS)
  • le service de santĂ© des armĂ©es (SSA)
  • les agences rĂ©gionales de santĂ© (ARS)
  • SantĂ© publique France "dans le cadre de ses missions de gestion et de suivi du risque pour la santĂ© humaine ou des alertes sanitaires".

Les organismes suivants peuvent également traiter ces données "à la demande du ministère chargé de la santé":

  • la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam)
  • l'Institut Pasteur
  • l'Inserm
  • les CHU
  • l'Ecole des hautes Ă©tudes en santĂ© publique (EHESP)
  • l'Agence du numĂ©rique en santĂ© (ANS, ex-Asip santĂ©)
  • la Plateforme des donnĂ©es de santĂ© (PDS, ou Health Data Hub), Ă  condition de pseudonymiser les donnĂ©es
  • l'Agence technique d'information sur l'hospitalisation (ATIH)
  • les services des dĂ©partements chargĂ©s de la prĂ©vention et de la prise en charge des personnes en situation de handicap ou de perte d’autonomie ou ceux intervenant au soutien et Ă  la protection des personnes vulnĂ©rables, dont les maisons dĂ©partementales des personnes handicapĂ©es (MDPH) et les directions dĂ©partementales de la cohĂ©sion sociale et de la protection des personnes (DDCSPP).

L'arrêté ne détaille pas les données concernées, note-t-on.

Dans une délibération sur le projet d'arrêté datée du 11 juin et publiée le 2 juillet au Journal officiel, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) estime que plusieurs de ces institutions "ne devraient pas figurer dans l’arrêté".

Elle vise les organismes et services de recherche, les DDCSPP, l'ANS, la PDS et l'ATIH, au motif qu'ils agissent en tant que sous-traitant ou destinataire des données au sens du règlement général sur la protection des données (RGPD).

"Dans l’hypothèse où le gouvernement souhaiterait maintenir [l'autorisation de] ces organismes, ils devront être expressément chargés, au moyen d’une lettre de mission par exemple, de participer à la gestion d’une alerte sanitaire afin de mettre en oeuvre de tels traitements" comme l'a été l'Institut Pasteur avec le projet Covid-télé, juge la Cnil.

Par ailleurs, "les traitements ainsi mis en oeuvre ne devront pas prévoir de sous-finalités qui ne rempliraient pas l’ensemble des critères mentionnés. Par exemple, devraient être exclus du périmètre […] les traitements ayant pour objet la constitution d’entrepôts visant à permettre la réalisation de traitements ultérieurs".

La Cnil constate également que "la notion d’alerte sanitaire n’est pas définie dans les textes législatifs ou réglementaires", et qu'il revient à Santé publique France de lancer une alerte sanitaire.

"La Commission considère que les traitements ne pourront être mis en oeuvre que dans le cadre d’une alerte sanitaire lancée par l’ANSP" et que "les organismes et services énumérés dans le projet d’arrêté ne pourront pas procéder eux-mêmes à l’évaluation de la situation d’alerte sanitaire".

Elle souligne qu'"un certain nombre de projets récemment soumis pour autorisation et liés à la Covid-19, qui constitue un exemple d’alerte sanitaire, ne remplissent pas les critères énoncés" et "rappelle que près d’un tiers des projets de recherches n’impliquant pas la personne humaine liés à la Covid-19 a fait l’objet d’avis réservés ou défavorables du Comité d’expertise pour les recherches, les études et les évaluations dans le domaine de la santé (Cesrees), le plus souvent en raison de lacunes ou de difficultés méthodologiques".

(Journal officiel, jeudi 2 juillet, textes 28 et 96)

LĂ©o Caravagna
leo.caravagna@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Politique

Intelligence artificielle en santé: création d'un comité pilote d'éthique du numérique

PARIS (TICsanté) - Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a constitué un comité pilote d’éthique du numérique chargé de plancher sur "les enjeux éthiques du numérique et de l’intelligence artificielle" (IA), notamment en santé, a annoncé l'instance dans un communiqué paru le 2 décembre.

1 761

Politique

Virage numérique du médico-social : un fonds d’amorçage de 30 millions d’euros prévu (DGCS)

MARSEILLE (TICsanté) - Le plan "ESMS numérique" bénéficie d’un fonds d’amorçage de 30 millions d’euros pour accompagner à partir de 2020 les établissements sociaux et médico-sociaux dans le virage numérique, a précisé Virginie Lasserre, directrice générale de la cohésion sociale (DGCS), lors d’une intervention au congrès de la Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs (Fehap), qui s'est tenue le 27 novembre à Marseille.

0 1061

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
8 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/
https://mipih.fr/votre-projet-mipih/piloter-la-performance/desionnel2.html

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • SantExpo Live (Ex-Paris Healthcare Week)

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021