https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniereticsanteseptembresite&utm_term=&utm_content=

E-santé

Plus de 4,5 millions de téléconsultations enregistrées en avril (Cnam)

0 598

PARIS (TICsanté) - La Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam) a enregistré 4,52 millions de téléconsultations pour le seul mois d'avril, contre environ 25.000 en décembre 2019, selon des documents présentés aux syndicats de médecins libéraux dont APMnews a eu connaissance.

Les données communiquées en commission paritaire nationale (CPN) médecins le 10 juin confirment l'explosion du recours à la télémédecine pendant l'épidémie du Covid-19, sans commune mesure avec la tendance de l'automne 2019, révèlent les documents consultés par APMnews (site d'information du groupe APM International dont fait partie TICsanté).

Dans le cadre de la lutte contre l'épidémie, le gouvernement a temporairement assoupli début mars les conditions de réalisation de la téléconsultation, rappelle-t-on.

Une ordonnance publiée le 18 juin au Journal officiel (JO) a encore prolongé le remboursement à 100% des actes de télémédecine par l'assurance maladie "jusqu'à une date précisée par décret, et au plus tard jusqu'au 31 décembre 2020".

Dans son article 5, l'ordonnance dispose que la prolongation de la prise en charge intégrale des actes de télésoin doit permettre de "faciliter le recours et limiter les déplacements des patients dans les cabinets médicaux, et en conséquence de limiter encore les risques de propagation de la maladie".

Cette décision devrait encore favoriser le déploiement de la télémédecine. Avant le début de la crise sanitaire, pour le seul mois de février, la Cnam enregistrait environ 40.000 téléconsultations, impliquant plus de 3.000 médecins téléconsultants.

Entre février et mars, le nombre de téléconsultations a été multiplié par 30, constate la Cnam, qui a comptabilisé près de 5,8 millions de téléconsultations cumulées depuis septembre 2018, dont 5,5 millions effectuées entre les seuls mois de mars et avril 2020, où leur nombre a encore quadruplé.

La quasi-totalité des téléconsultations réalisées depuis septembre 2018 a été facturée par les médecins libéraux (96%), devant les centres de santé (2%) et les consultations externes (2%) des établissements.

Le nombre de médecins téléconsultants a atteint 36.000 en mars, avant de passer à 56.000 en avril.

Près de 83% des téléconsultations effectuées depuis septembre 2018 ont été effectuées par des médecins généralistes, 6% sont le fait de psychiatres et 2% des pédiatres.

Depuis septembre 2018, c'est l'Ile-de-France qui concentre le plus grand nombre de téléconsultations réalisées (1,09 million dont 320.000 à Paris) devant Auvergne-Rhône-Alpes (741.000), Occitanie (560.000), Nouvelle-Aquitaine (541.000), Paca (533.000), Grand Est (532.000), Hauts-de-France (437.000), Pays de la Loire (296.000), Bretagne (248.000), Normandie (231.000), Bourgogne-Franche-Comté (229.000) et Centre-Val de Loire (171.000).

Leur nombre sur la période a atteint près de 28.000 en Corse, près de 85.000 en Guyane, 21.000 à Mayotte, 13.000 en Guadeloupe, près de 3.000 à La Réunion et 2.300 en Martinique.

La Cnam observe que depuis septembre 2018, plus de 57.000 professionnels de santé ont facturé en moyenne 100 téléconsultations chacun.

Leur profil est plutôt jeune puisque près de la moitié d'entre eux a 50 ans, quand cette classe d'âge ne représente que 37% des médecins généralistes, souligne la Cnam, qui constate par ailleurs une répartition assez homogène chez les patients: 1 patient sur 5 a moins de 30 ans et 1 sur 5 plus de 70 ans.

Parmi les autres données notables, la Cnam note que 26% des téléconsultations ont été effectuées au bénéfice de patients en affection de longue durée (ALD) et 80% ont été facturées en tiers payant.

Par ailleurs, la Cnam entend proposer un élargissement des conditions de réalisation de la télé-expertise, après avoir constaté sa "lente montée en charge", avec seulement 2.785 actes facturés depuis février 2019.

Les entreprises de télémédecine appellent à "pérenniser la pratique"

"L’usage de la consultation vidéo a explosé pendant l’épidémie de Covid-19: 4,6 millions de rendez-vous ont été pris en consultation vidéo sur Doctolib depuis début mars, contre 200.000 avant l’épidémie", a annoncé dans un communiqué diffusé le 8 juin le leader de la téléconsultation en France.

Au total, 1,41 million de patients ont effectué au moins une consultation vidéo avec le service de Doctolib depuis le début de l'épidémie et 32.500 professionnels de santé ont pratiqué la téléconsultation.

"Malgré le déconfinement, Doctolib enregistrait 41.000 consultations vidéo par jour en mai contre 1.500 avant l’épidémie (soit 30 fois plus) et 110.000 consultations vidéo ont été par ailleurs réalisées au cours des seuls 3 premiers jours de juin", apprend-on également.

"Il faut désormais maintenir un fort niveau d’usage de la consultation vidéo tout en préservant les grands principes de notre système de santé", a déclaré Stanislas Niox-Chateau, cofondateur et président de Doctolib, cité dans le communiqué.

Pour "pérenniser la pratique", la société a formulé cinq recommandations:

  • permettre aux professions autorisĂ©es Ă  rĂ©aliser des consultations vidĂ©o remboursĂ©es pendant l’épidĂ©mie de continuer après celle-ci (en particulier les infirmières, les sages-femmes, les masseurs-kinĂ©sithĂ©rapeutes et les orthophonistes)
  • crĂ©er une aide financière plus incitative pour encourager les professionnels de santĂ© Ă  utiliser la consultation vidĂ©o
  • encourager l'usage des solutions sĂ©curisĂ©es de consultation vidĂ©o et mettre un terme au remboursement des actes rĂ©alisĂ©s via des solutions non mĂ©dicales de consultation vidĂ©o ou par tĂ©lĂ©phone, dĂ©cidĂ© Ă  titre exceptionnel pendant l’épidĂ©mie
  • faciliter l’accès des patients Ă  la consultation vidĂ©o auprès de leur mĂ©decin gĂ©nĂ©raliste et spĂ©cialiste
  • produire des indications de bonnes pratiques Ă  destination des professionnels de santĂ© et des patients pour les guider dans l’adoption de ce nouvel usage.

Même tonalité du côté de l'entreprise de télémédecine MesDocteurs, qui a vu les inscriptions de professionnels de santé à son service de téléconsultation "AvecMonDoc.com" progresser de 400% pendant la période de confinement (entre le 16 mars et le 11 mai).

Le volume de téléconsultations non programmées a lui connu une progression de "+700%" pendant la même période. Depuis la levée progressive des mesures de confinement, le volume de téléconsultations non programmées a baissé de 50% mais le nombre de professionnels utilisateurs est en "quasi-stabilité", a indiqué la société à TICsanté.

"Cette crise a permis de lever des freins réglementaires -je pense plus particulièrement aux patients qui ne disposent pas d’un médecin traitant- mais elle a aussi apporté des réponses concrètes et rassurantes par l’usage. C’est le cas par exemple des perceptions erronées qui laissaient à penser que la téléconsultation déshumanisait la relation patient-médecin", a commenté auprès de TICsanté Marie-Laure Saillard, directrice générale de MesDocteurs.

"Cette crise a aussi considérablement raccourci les distances et abattu des cloisons entre les acteurs de la santé. Nous avons la chance de travailler étroitement avec les pouvoirs publics et le corps médical depuis trois mois en mesurant combien cette collaboration fait gagner un temps précieux, au bénéfice du patient", a-t-elle ajouté.

"Nous allons continuer sur notre lancée. Le Covid-19 a accéléré l’adoption de la téléconsultation. Il s’agit à présent de transformer l’essai. La télémédecine ne doit pas rester une médecine de guerre", a complété Marie-Laure Saillard.

La solution AvecMonDoc sera, elle, encore proposée gratuitement aux professionnels utilisateurs "jusqu'en octobre prochain", a fait savoir la directrice générale de MesDocteurs.

Vincent Granier
Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com
http://www.computer-engineering.fr/

En bref

La SFSD et LET s'allient pour accélérer le virage numérique en santé grâce au "développement de la télésanté"

L'association des entreprises de télémédecine (LET) et la Société française de santé digitale (SFSD) ont annoncé le 10 février la signature d’une lettre d’engagement pour "favoriser l’accélération du virage numérique en santé au travers du développement de la télésanté".

0 531

Systèmes d'information

Le GHT Grand Paris Nord-Est accélère la convergence de ses systèmes d'information

MONTFERMEIL (Seine-Saint-Denis) (TICsanté) - Quelques mois après son arrivée à la tête de la direction des systèmes d'information (DSI) du groupement hospitalier de territoire (GHT) Grand Paris Nord-Est (GPNE; ex-93 Est), Quentin Demanet fait le point sur les chantiers de convergence à mener et revient sur le projet avorté de "DSI commun à deux GHT" avec le groupement hospitalier de la Plaine de France.

2 626
https://www.lacharente.fr/boite-a-outils/emploi/medecin-generaliste/

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
4 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/
https://www.cegi.fr/nos-solutions/

Les offres APMjob.com

https://exed.mines-paristech.fr/formations/certificat-management-hospitalier-et-du-secteur-de-la-sante/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021