https://www.nehs-digital.com

E-santé

Prévenir la perte d'autonomie: l'application "Icope Monitor" est lancée

0 1162

PARIS (TICsanté) - Développée par le gérontopôle du CHU de Toulouse en lien avec l'Organisation mondiale de la santé, l’application mobile permet aux professionnels de santé et du médico-social d'évaluer rapidement les fonctions essentielles des personnes âgées pour identifier d'éventuels déclins et agir.

L'approche "Icope" (Integrated Care for Older People), vous le savez peut-être, a été conçue par l'Organisation mondiale pour la santé (OMS) et rendue publique en 2019.

Elle vise à maintenir chez les personnes âgées les cinq fonctions essentielles que sont la mobilité, la mémoire, la nutrition, l'humeur, la vue et l'audition.

Le ministère des solidarités et de la santé s'appuie notamment sur cette démarche pour sa stratégie globale de prévention de la perte d’autonomie présentée en janvier dernier.

L'idée est que les professionnels de l’aide et de l’accompagnement, via une application numérique, dépistent les fragilités des personnes âgées et leur proposent des solutions adaptées. Objectif affiché, diminuer de 15 millions le nombre de personnes âgées dépendantes d’ici 2025.

Cette application, annoncée pour juin 2019, tardait à arriver. Elle est finalement opérationnelle, a annoncé le gérontopôle du CHU de Toulouse dans un communiqué daté du 6 mai.

Il y rappelle qu'il est centre collaborateur de l’OMS sur la fragilité, et donc associé au programme. L'application mobile, baptisée Icope Monitor, est lancée en lien avec l'agence régionale de santé (ARS) Occitanie, dans le cadre du projet Inspire.

L'outil permet "d’évaluer en quelques minutes le maintien des fonctions des personnes âgées, dont le risque de déclin a pu s’accroître durant le confinement", détaille le gérontopôle, expliquant que le déploiement de l'outil "a été accéléré en raison du contexte épidémique, le confinement prolongé pouvant avoir un effet néfaste chez les seniors, particulièrement chez les sujets pré-fragiles et fragiles".

"L’enjeu est de permettre au professionnel d’évaluer et de suivre l’évolution des fonctions et de former le senior à s’auto-évaluer dans le cadre de son suivi", ajoute-t-il.

Les données saisies dans l’application "sont directement collectées dans une base de données sécurisée et en cas de perte de fonction chez le sujet, une alerte est générée automatiquement", indique le gérontopôle.

Lorsqu'un déclin est signalé, une alerte est envoyée dans son centre de télésuivi Icope. Dans la foulée, une infirmière de l'Equipe régionale vieillissement et prévention de la dépendance rappelle la personne âgée. Si la perte fonctionnelle est confirmée, "le médecin traitant reçoit une alerte de l’infirmière pour se mettre en lien avec son patient et lui proposer une évaluation plus poussée".

Le médecin traitant pourra aussi "s’appuyer sur la téléconsultation ou la télé-expertise si l’avis d’un gériatre ou d’un autre médecin spécialiste s’avère nécessaire", précise le gérontopôle.

En région Occitanie, le CHU de Toulouse "ambitionne le suivi de 200.000 personnes d’ici cinq ans via Icope Monitor".

Il recense à 200 le nombre de professionnels de santé (infirmiers et pharmaciens) déjà formés par les équipes du gérontopole.

L’application est téléchargeable gratuitement pour les professionnels de santé, sur smartphone ou tablette (via Google Play ou Apple Store) depuis le 23 avril.

Elle est Ă©galement disponible en auto-Ă©valuation pour les seniors eux-mĂŞmes depuis le 15 mai.

Le gérontopôle met trois tutoriels à disposition. L'un pour s'inscrire à l'application, l'un pour y intégrer un nouveau patient et un relatif au test du "lever de chaise" .

Claire Beziau
claire.beziau@gerontonews.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Numérique en santé mentale: "un facteur d'émancipation" pour les patients (Frank Bellivier)

PARIS (TICsanté) - Le développement des outils numériques et des nouvelles technologies dans le champ de la santé mentale est "un facteur d'émancipation" et de développement du "pouvoir d'agir" des patients, a fait valoir le délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie, Frank Bellivier, lors du 2e symposium Management & psychiatrie (Maps), organisé en visioconférence début juin.

E-santé

Numérique en santé mentale: le CCOMS préconise de développer un outil pour référencer les dispositifs existants

PARIS (TICsanté) - Il manque des outils de référencement des solutions numériques existantes en santé mentale, a constaté le Dr Déborah Sebbane, directrice du Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé pour la recherche et la formation en santé mentale (CCOMS), lors du 2e symposium Management & psychiatrie (Maps), organisé en visioconférence le 2 juin.

0 250

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
3 + 6 =
http://www.canyon.fr/
https://groupepsih.com/business-intelligence-en-sante-hospivision/
http://www.phast.fr/live-snomedct-medicament/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 23/09/2021 au 24/09/2021