Quelques perturbations mineures sont prévues ce week-end, veuillez nous en excuser.

https://vieviewer.com/

Systèmes d'information

Dedalus poursuit sa croissance dans les GHT

0 968

PARIS (TICsanté) - L'éditeur spécialisé dans l'informatique hospitalière Dedalus poursuit sa croissance dans les groupements hospitaliers de territoire (GHT) et "se positionne comme une entreprise de services numériques autour du client", a expliqué la semaine dernière à TICsanté son directeur général, Frédéric Vaillant.

Dedalus France (ex-Medasys) est actuellement présent dans 27 établissements supports de GHT contre 24 en 2018, "sans compter la douzaine de GHT à dominante Orbis, qui fait qu'on est largement n°1", a indiqué le directeur général.

Pour rappel, l'éditeur a signé fin janvier un accord en vue de l’acquisition, pour 975 millions d'euros, d’une partie de l'activité logiciels de santé du groupe belge Agfa-Gevaert, dont le dossier patient informatisé (DPI) Orbis* équipe notamment l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP). L'intégration des équipes d'Agfa débutera "à partir de fin juin" et il n'y aura pas de suppression de postes, a précisé Frédéric Vaillant.

Sur les deux dernières années, "Dedalus est entré dans quatre nouveaux GHT et n'a eu aucune perte", a-t-il vanté, sans préciser les groupements concernés.

Il a réalisé "environ 56 millions d'euros de chiffre d'affaires hors acquisitions, et environ 62 millions avec les acquisitions" en 2019, selon des chiffres encore provisoires.

L'an dernier, l'éditeur a acquis la société d’édition de logiciels de gestion médico-administrative et médicale Web100T pour 26 millions d'euros, rappelle-t-on. Cette acquisition "marque une entrée plus forte dans le secteur des Espic [établissements de santé privés d'intérêt collectif] et privé", a commenté le directeur général.

La société "a triplé de taille en deux ans, sans compter l'acquisition d'Agfa", a-t-il ajouté. Elle emploie aujourd'hui presque 600 personnes et passera à 1.000 avec les équipes d'Agfa.

Elle a embauché 65 personnes en 2019 "dans tous les secteurs, notamment des commerciaux, développeurs, consultants et support client" et prévoit de continuer d'embaucher en 2020. Elle s'est notamment dotée d'une "équipe RH [ressources humaines] solide avec deux recruteurs à temps plein".

Sa stratégie d'éditeur s'articule autour du "module d'interopérabilité et de rétrocompatibilité" DxCare Evo*, qui remplace le DPI DxCare* et peut être installé "module par module" pour compléter, sans remplacer, le DPI d'un établissement, qu'il s'agisse de DxCare*, d'Orbis* ou d'une solution concurrente.

"On veut conserver les investissements faits par nos clients sur leur DPI en intégrant les nouveaux modules sans supprimer les anciens", a expliqué Frédéric Vaillant, citant des modules "de travail collaboratif entre établissements pour obtenir un second avis ou consulter une radio, de prescription et plan de soins, d'alertes sur mobile…"

La société a vu ses commandes globales augmenter de 40% en 2019. "C'est le véritable démarrage des GHT au deuxième semestre qui a généré cette croissance", a expliqué le directeur général, mentionnant le déploiement de solutions et "des commandes d'extensions dans quelques GHT".

"Beaucoup de groupements hospitaliers n'ont pas encore lancé le déploiement. Nous prévoyons encore une belle croissance pour 2020", a-t-il relevé.

Stratégie de diversification

Dedalus poursuit également sa stratégie de diversification. Les commandes d'outils pour les systèmes d'information de laboratoire (SIL) ont augmenté de 10% en 2019, et la société a atteint 75% de parts de marché sur le secteur de l'anatomopathologie.

Deux premières commandes pour le robot de préparation des chimiothérapies Pharmoduct* ont été passées par le CHU de Poitiers et le GHT de la Dordogne (CH de Périgueux).

"Les ventes à l'export ont quasiment doublé", a ajouté le directeur général. L'éditeur est présent au Liban et au Koweït, et "très présent" au Maroc.
L'entreprise s'est également dotée d'une direction de l'innovation. Dedalus a "presque une activité d'incubateur" et est "en contact avec une quinzaine de start-up dont 3 ou 4 sont très actives", a souligné Frédéric Vaillant.

Elle "travaille beaucoup autour de l'innovation et de l'IA" et a notamment acquis la start-up spécialisée dans l'information des professionnels de santé Quarness l'an dernier. "On ne fait pas que des acquisitions, on fait beaucoup de partenariats pour ne pas emboliser les start-up et garder leur créativité", a relevé le directeur général.

"PĂ©riode de guerre ouverte" entre Ă©diteurs

La société "a besoin d'une position dominante" dans "un marché difficile", comme le démontre par exemple la décision de Cerner d'arrêter la vente de son DPI Millenium* en France, a-t-il observé.

"J'étais assez circonspect sur l'arrivée de Cerner en France. Les prix en France sont très différents des Etats-Unis, ils sont trop bas et tirés vers le bas par certains éditeurs qui viennent du privé", a-t-il commenté. "On est entrés dans une période de guerre ouverte et de consolidation", a-t-il encore estimé.

"Maincare a lancé les hostilités avec les premières acquisitions, puis Dedalus a suivi. Softway, qui était plutôt présent dans le secteur privé, est très agressif commercialement pour se forger une place dans le public et collecte des victoires. Il perturbe le monde bien établi des éditeurs."

Frédéric Vaillant a par ailleurs salué la feuille de route du numérique de santé annoncée par l'ancienne ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, en avril 2019. "C'est la première fois qu'il y a une véritable dynamique, un vrai virage numérique", a-t-il observé.

"Ça se ressent au niveau des établissements, on nous demande d'accélérer, notamment la mise en place des messageries sécurisées de santé [MSsanté] et l'alimentation du dossier médical partagé [DMP]".

Dedalus participe au Conseil du numérique en santé et a contribué à la concertation sur la doctrine technique du numérique en santé, qui a été publiée en février.

Frédéric Vaillant a "regretté" que le programme Hop'EN ait "démarré un peu en retard par rapport au plan Ma santé 2022. Il nous reste moins de deux ans pour y parvenir, mais on est structurés, on est prêts".

Enfin, il s'est dit "inquiet" des conséquences de l'entrée en vigueur du nouveau règlement européen sur les dispositifs médicaux (DM), prévue le 26 mai 2020. Ce règlement va notamment augmenter les exigences pour la certification des logiciels dans le domaine de la santé. "On a beaucoup investi pour que nos logiciels puissent être certifiés CE. Je ne sais pas si tous les éditeurs seront prêts, et j'espère que tous seront vérifiés car ces investissements pèsent sur la rentabilité."

LĂ©o Caravagna
leo.caravagna@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Acteurs

Dedalus France acquiert Web100T

PARIS (TICsanté) - L'éditeur de logiciels Dedalus France (ex-Medasys) a annoncé le 30 juillet dans un communiqué l'acquisition de la société d’édition de logiciels de gestion médico-administrative et médicale Web100T.

0 633

Systèmes d'information

Le DPI unique, "projet phare" du GHT Cœur Grand Est jusqu'en 2024

VERDUN (Meuse) (TICsanté) - Le "projet phare" de la stratégie informatique du GHT Cœur Grand Est est le déploiement du dossier patient informatisé (DPI) Hopital Manager de Softway Medical dans l'ensemble des établissements, avec 13 M€ alloués jusqu'en 2024, a exposé à TICsanté Joël Louisy, directeur des systèmes d'information (DSI) du groupement hospitalier de territoire.

0 1294
https://www.lacharente.fr/boite-a-outils/emploi/medecin-generaliste/

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
6 + 8 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • VPH 2020

    Du 24/08/2020 au 28/08/2020

  • SIDO 2020

    Du 03/09/2020 au 04/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021