https://www.nehs-digital.com

E-santé

Plus de 12.000 e-prescriptions transmises Ă  l'assurance maladie en 7 mois

0 1086

PARIS (TICsanté) - Après sept mois d'expérimentation dans les départements du Maine-et-Loire, de la Saône-et-Loire et du Val-de-Marne, la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) a reçu "plus de 12.000 délivrances d'e-prescriptions", a-t-on appris le 28 février dans un document bilan dont APMnews (site du groupe APM International dont fait partie TICsanté) a eu copie.

Service socle du numérique en santé, l'e-prescription consiste à dématérialiser les échanges entre les prescripteurs et les professionnels qui délivrent les prestations prescrites contribuant ainsi l’amélioration de la coordination des soins entre professionnels.

Pour rappel, l'e-prescription a été intégrée dans la loi relative à l'organisation et à la transformation du système de santé (article 55), qui permettra de procéder par ordonnance afin d’accélérer son déploiement et répondre à l'objectif de l’exécutif de faire de la prescription électronique "l’unique vecteur de prescription".

Testée dans les départements du Maine-et-Loire, de la Saône-et-Loire et du Val-de-Marne auprès de 63 médecins et 48 pharmacies, l'e-prescription des médicaments et des dispositifs médicaux (DM) est "techniquement" rendue possible par les logiciels de six éditeurs: Cegedim (Crossway), CompuGroup (AxiSanté 5), Imagine Editions (HelloDoc) pour les médecins de ville et Pharmagest (LGPI), SmartRX (Alliance+ FES) et Everys (WinPharma) pour les pharmaciens.

Depuis le 29 juillet 2019, "plus de 87.000 e-prescriptions ont été rédigées par les médecins et plus de 12.000 e-prescriptions ont été transmises à l'assurance maladie par les pharmaciens", peut-on lire dans le document bilan de la Cnam.

Cette différence notable entre les e-prescriptions rédigées et celles transmises à la Cnam s'explique par le fait que seulement 17% des prescriptions enregistrées sont délivrées car:

  • les patients ne choisissent pas nĂ©cessairement la pharmacie "binĂ´me" du mĂ©decin
  • il n'y a pas assez de pharmacies Ă©quipĂ©es dans le voisinage proche des mĂ©decins.

"Deux solutions équipent 77% des expérimentateurs", a souligné la Cnam. Il s'agit de Crossway de Cegedim qui équipe 53 médecins testeurs sur 63 et LGPI de Pharmagest chez 32 pharmaciens expérimentateurs sur 48.

Les axes d'amélioration retenus

"Ce bilan a été présenté le 26 février à tous les syndicats de médecins et de pharmaciens signataires du protocole d’expérimentation. Celui-ci a montré de manière générale un bon accueil de l'e-prescription, tant par les médecins que par les pharmaciens interrogés", s'est félicitée la Cnam auprès d'APMnews.

"Un certain nombre de champs d’amélioration ont été identifiés et sont en cours de mise en œuvre comme par exemple la taille des mentions légales sur l’exemplaire patient ou la nécessité de paramétrer certains lecteurs en pharmacie pour leur permettre de lire des QR code", a-t-elle ajouté.

"Il a été convenu avec les syndicats d’étendre l'e-prescription dans les trois départements à l’ensemble des médecins et des pharmaciens volontaires, équipés des logiciels évalués dans le bilan et de poursuivre l’expérimentation avec les quatre autres logiciels", a également indiqué la Cnam.

Les deux logiciels cités sont Crossway de Cegedim pour les médecins et LGPI de Pharmagest pour les pharmaciens. Dans le cadre de la poursuite des expérimentations, les médecins et pharmaciens ont formulé d'autres axes d'amélioration:

  • demande des mĂ©decins d'Ă©tendre l'e-prescription "au-delĂ " des mĂ©dicaments
  • demande des pharmaciens d'Ă©tendre l'e-prescription Ă  tous les dispositifs mĂ©dicaux.

La prochaine réunion de bilan est prévue "en juin", a-t-on appris auprès de la Cnam.

"Les travaux vont se poursuivre dans les prochaines semaines avec les syndicats pour définir les prochaines étapes permettant de déployer l'e-prescription au-delà du champ des médicaments, d’ici à 2022", a souligné l'assurance maladie.

Après l'expérimentation de l'e-prescription pour les médicaments et les dispositifs médicaux (DM) qui est menée en ville depuis sept mois, et une généralisation aux établissements de santé en 2020, une expérimentation de l'e-prescription de biologie et des actes infirmiers est prévue en 2020, une expérimentation des actes de kinésithérapie en 2021, le début de généralisation de l'e-prescription biologie et actes infirmiers en 2021, et le début de généralisation à l’ensemble des auxiliaires médicaux en 2022, rappelle-t-on.

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com
Vincent Granier
http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Plus de 300.000 e-prescriptions délivrées en 19 mois

PARIS (TICsanté) - Fin février, plus de 300.000 e-prescriptions avaient été délivrées par les médecins participant à l'expérimentation menée dans trois départements depuis juillet 2019, selon un document de la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam) présenté en mars et dont TICsanté a eu connaissance.

Acteurs

Covid-19: des plateformes misent sur la data pour ne perdre aucune dose et accélérer la vaccination

PARIS (TICsanté) - Pour aider les publics prioritaires à obtenir un rendez-vous de vaccination anti-Covid ou pour éviter que des doses ne soient jetées, faute de volontaires, les plateformes CovidListe, ViteMaDose ou encore Medicamentum s'appuient sur les données afin de soutenir la campagne vaccinale.

0 106

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
5 + 9 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

https://www.santexpo.com/exposer/participer-au-salon/?utm_campaign=TICSANTE&utm_source=SW&utm_medium=BAN&utm_salon=SE