https://vieviewer.com/

E-santé

Le CHU de Dijon a recruté un médecin spécialiste de l'intelligence artificielle

0 1119

DIJON (TICsanté) - Le CHU de Dijon a nommé "pour la première fois en France" un médecin spécialiste en intelligence artificielle (IA), le Dr Davide Callegarin, au sein du laboratoire de génétique chromosomique et moléculaire (GCM) dirigé par le Pr Patrick Callier, a-t-on appris auprès des intéressés en janvier.

Le Dr Davide Callegarin a indiqué faire "du développement informatique au GCM et de l'assistance informatique" dans les différents laboratoires et services du CHU.

Il a notamment développé un logiciel utilisant l'apprentissage automatique non supervisé afin d'extraire les données non structurées des comptes rendus médicaux.

"J'ai démarré ce travail à la fin de mes études à Trieste" (Italie), a-t-il détaillé. "A l'origine, le logiciel permettait d'extraire des informations sur les cancers du poumon et du sein: la localisation, la dimension des tumeurs… et de faire une carte 3D des lésions."

Pour le GCM, il a poursuivi son développement en partenariat avec le laboratoire CIAD (Connaissance et intelligence artificielle distribuées) de l'université de Bourgogne.

Il permet maintenant "une recherche programmable et une analyse la plus générique possible", afin d'être utilisé par toutes les spécialités.

Il est "en cours de chargement dans le cloud pour le rendre le plus accessible possible" et sera disponible en mode SaaS (Software as a Service) "dans quelques semaines".

Une étude de marché est en cours pour sa commercialisation, a rapporté le Pr Callier.

Le Dr Callegarin "est un profil très rare", a-t-il commenté. Sa double compétence "facilite le travail". "On n'a pas besoin d'expliquer le côté médical comme on le ferait à un informaticien. J'ai tout de suite vu son potentiel."

"A ma connaissance, il s'agit du premier poste d'assistant IA en France", a-t-il déclaré.

Davide Callegarin a démarré ses études supérieures par une année en école d'ingénieur informatique avant de s'orienter vers la médecine. "Ça peut paraître bizarre, mais on change quand on est jeune", a-t-il noté. "Je suis passionné par les ordinateurs. Je fais de la programmation depuis le lycée et je n'ai jamais arrêté depuis."

Arrivé en France en 2015, il a effectué son internat de biologie médicale au sein de la plateforme de biologie hospitalo-universitaire (PBHU) du CHU de Dijon. En parallèle à sa thèse en intelligence artificielle en santé qu'il a validée en octobre 2019, il a suivi un master de bio-informatique à l'université Claude-Bernard Lyon I.

Interrogé sur son choix de travailler dans un CHU plutôt que dans une entreprise privée où ses compétences sont très recherchées, le Dr Callegarin a mis en avant "l'environnement très dynamique" qui l'entoure.

"Le Pr Callier a cru en moi, les gens de l'hôpital ont cru en moi", a-t-il répondu. "C'est vrai que nous n'avons pas les moyens d'une grosse entreprise, mais tout le monde travaille, on n'est qu'aux débuts des projets. Et je ne sais pas ce que je vais trouver ailleurs."

Patrick Callier développe actuellement un projet de développement de l'IA au CHU. "L'idée est de créer un laboratoire qui permette aux professionnels de santé de toutes les spécialisés d'automatiser les tâches répétitives grâce à l'IA, et de dégager du temps pour les tâches à forte valeur ajoutée."

Au GCM, Davide Callegarin travaille également sur plusieurs projets "confidentiels" autour de l'anatomie pathologique, ont-ils indiqué sans plus de détails.

LĂ©o Caravagna
leo.caravagna@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Le Hacking Health Camp prépare son édition 2020 sur le terrain

STRASBOURG (TICsanté) - En amont de la 7e édition du Hacking Health Camp de Strasbourg, l'un des plus grands hackathons européens dans le domaine de la santé, qui se tiendra du 20 au 22 mars, la société organisatrice Health Factory a animé des ateliers dans cinq villes de France pour "faire se rencontrer les acteurs de terrain" et préparer l'événement, a expliqué à TICsanté Sébastien Letélié.

0 1214

E-santé

Plus de 12.000 e-prescriptions transmises Ă  l'assurance maladie en 7 mois

PARIS (TICsanté) - Après sept mois d'expérimentation dans les départements du Maine-et-Loire, de la Saône-et-Loire et du Val-de-Marne, la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) a reçu "plus de 12.000 délivrances d'e-prescriptions", a-t-on appris le 28 février dans un document bilan dont APMnews (site du groupe APM International dont fait partie TICsanté) a eu copie.

0 1028

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
1 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • WebconfĂ©rence "Les grandes tendances de la e-santĂ© en 2021"

    A partir du 26/01/2021

  • SANTEXPO LIVE

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021