https://vieviewer.com/
https://digital-solutions2.konicaminolta.fr/FR-20201126-WBR-0-SAN-WBR-HVF-0-digital-sante_LP-01-Page-dinscription.html?utm_campaign=FR-20201126-WBR-0-SAN-WBR-HVF-0-digital-sante&utm_source=TicSante&utm_content=webinar&utm_medium=display

Acteurs

CES 2020: l'application de dépistage de l’endométriose MyEndoApp à la conquête des Etats-Unis

1 699

LAS VEGAS (Nevada) - Présente au CES de Las Vegas jusqu'au 10 janvier, la start-up MyEndoApp est venue présenter son application du même nom, destinée à "lutter contre l’endométriose, grâce à un dépistage plus rapide et un pré-diagnostic" et "se mettre à la recherche de partenaires et de financements", a expliqué à TICsanté son cofondateur, le Dr Jean-Philippe Estrade.

Plusieurs start-up françaises du monde de la santé étaient présentes du 7 au 10 janvier au CES 2020 afin de bénéficier de la visibilité de l'évènement, trouver des partenaires et des investisseurs potentiels pour assurer le développement de leurs innovations.

C'est le cas de MyEndoApp, jeune pousse cofondée par Jean-Philippe Estrade, gynécologue-obstétricien à Marseille, le Pr Charles Chapron, gynécologue-obstétricien à l'hôpital Cochin (AP-HP), Raymond Auphan, ingénieur des Mines et entrepreneur et Benjamin Richier, spécialiste de la communication et entrepreneur.

Après trois années de recherche, les quatre associés ont lancé leur application le 15 juin 2019 afin de mieux diagnostiquer l'endométriose et mieux la traiter.

"L'endométriose touche 12% de femmes en âge de procréer. C'est une maladie compliquée qui est aujourd'hui mal dépistée", a expliqué à TICsanté le Dr Estrade. "Il peut s'écouler 10 ans entre l'évocation des premiers symptômes par une patiente et l'établissement d'un diagnostic. Ce sont ces délais que nous voulons réduire."

Pour cela, MyEndoApp propose un test de dépistage (MyEndoApp Préditest) sous la forme d'un questionnaire disponible depuis l’application.

La patient obtient un résultat qui l’informe du risque d’endométriose en fonction des symptômes décrits et se voit proposer plusieurs orientations sur la prise en charge médicale.

Concrètement, l'application fonctionne grâce à "un algorithme testé sur 2.500 patientes et fiable à 88%", a précisé Jean-Philippe Estrade. "Il indique si les femmes qui ont répondu au questionnaire présentent un risque faible, intermédiaire, élevé ou très élevé d'être atteintes d'endométriose."

Les résultats d’imageries, les comptes rendus opératoires, les bilans biologiques peuvent également être archivés via un service d’hébergement de données de santé sécurisé (HDS) assuré par GMI Expert, et ces informations peuvent être partagées avec un professionnel de santé afin d’assurer un suivi plus rigoureux et "faciliter la communication entre patientes et médecins".

MyEndoApp permet également de planifier ses rendez-vous et de les synchroniser avec l’agenda de son mobile, de mettre en place des alertes, et de prendre des notes.

Par ailleurs, les participantes au projet MyEndoApp viennent enrichir un recueil de données sécurisées et anonymisées dont l’analyse doit contribuer à "faire avancer la recherche clinique" sur l'endométriose.

Un modèle économique en cours de construction

Téléchargeable sur Google Play (Android) et l'AppStore (Apple), l'application coûte 9,99 € à chaque patiente qui souhaite faire le test et l'enregistrer.

"Les applications gratuites, c'est bien mais généralement, elles ne valent pas grand chose", a expliqué le Dr Estrade. "Notre application est parfaitement fonctionnelle aujourd'hui mais pas encore complète, à terme, nous souhaiterions développer d'autres algorithmes pour permettre aux patientes de mieux se situer encore."

Pour cela, la start-up, qui veut "rester indépendante", se met en quête de partenaires industriels et de financements à Las Vegas, où elle s'est rendue avec la région Sud.

"Notre modèle économique est en train de se construire, le monde des thérapies digitales s'invente encore", a souligné le praticien marseillais.

Jusqu'alors la start-up s'est financée sur fonds propres pour un montant non communiqué. Elle espère que l'événement américain lui permettra de lever des fonds internationaux et accélérer ses développements. "Le CES est une première pour nous, nous faisons des salons scientifiques mais là, nous sortons de notre zone de confort pour tâter ce terrain."

MyEndoApp a déjà été téléchargée "plus de 10.000 fois depuis son lancement" et elle déjà en cours de déploiement dans "50 pharmacies de la région Sud", a dénombré Jean-Philippe Estrade.

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Acteurs

CES 2020: comment la santé prépare son show à Las Vegas

PARIS (TICsanté) - Année après année, la santé se taille la part belle au Consumer Electronics Show (CES) et pour cette édition 2020, ce sont une cinquantaine de start-up françaises du monde de la santé qui feront le voyage à Las Vegas pour dévoiler leurs innovations et se mettre en quête de partenaires.

0 1060

Acteurs

CES 2020: Hygia va exposer son fauteuil médical connecté à Las Vegas

TOULOUSE (TICsanté) - Présente au CES de Las Vegas en janvier prochain, la start-up toulousaine Hygia va présenter son application mobile et web "Hygia Care" et son fauteuil médical connecté "Hygia Pulse" destinés à "rendre le patient acteur de sa santé et à faire gagner du temps de visite au médecin", a expliqué à TICsanté Pierre-Jean Brousset, fondateur de la jeune pousse.

0 1161

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (1)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
3 + 9 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/
https://mipih.fr/votre-projet-mipih/piloter-la-performance/desionnel2.html

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • SantExpo Live (Ex-Paris Healthcare Week)

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021