https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniere_gif_ticsante_octobre&utm_term=&utm_content=

Politique

Dossier médical partagé: 425 établissements de santé "dans une dynamique d'alimentation"

0 764

PARIS (TICsanté) - La délégation ministérielle au numérique en santé (DNS) et la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam) ont annoncé le 19 décembre que 425 établissements de santé, dont 21 CHU, sont "dans une dynamique d'alimentation" du dossier médical partagé (DMP).

Plus de 705 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ont par ailleurs signé la convention d'accompagnement au déploiement du DMP auprès de leurs résidents, s'engageant ainsi à créer et à alimenter les dossiers de liaisons d'urgence (DLU) d'ici fin 2020, ont ajouté la Cnam et la DNS.

Cette annonce est intervenue dans le cadre d'un point d'avancement de la feuille de route du numérique en santé du gouvernement, un exercice de "transparence" destiné à se répéter plusieurs fois par an, a déclaré le responsable ministériel du numérique en santé, Dominique Pon.

Du côté des professionnels, 11.600 généralistes alimentent le DMP, "contre 350 en 2016" et 24.790 le consultent, "contre 840 en 2016".

Les créations continuent avec 8,4 millions de dossiers ouverts, soit plus de 2,4 millions de dossiers supplémentaires par rapport à juin.

Plusieurs nouveautés sont attendues en 2020. Une preuve de concept (Proof of Concept, PoC) de consultation de l'imagerie médicale via le DMP a été développée en novembre, mais aucune date d'intégration n'a été évoquée. Le carnet de vaccination devrait également intégrer le DMP en juin.

L'assurance maladie a dit "travailler avec les éditeurs pour améliorer l'ergonomie d'intégration du DMP dans les logiciels métier".

Une expérimentation d'accès au dossier sans utilisation de la carte de professionnel de santé (CPS) a été lancée dans plusieurs établissements de santé. La CPS est aujourd'hui "le principal frein à l'usage du DMP", a estimé la Cnam.

Enfin, des études sont prévues en janvier pour "définir les modalités d'articulation du DMP avec l'espace numérique de santé" (ENS, action n°15).

Elles concerneront "la mise en oeuvre de l'opt-out, la gestion de l'identification et de l'authentification des usagers et la saisie par les usagers de données enrichies" dans l'ENS.

Les "modalités d'acquisition des briques techniques industrielles pour les fonctionnalités natives de l'ENS (messagerie, magasin d'application, agenda)" seront également définies en janvier.

Objectif "100% d'utilisation des messageries sécurisées de santé"

Annie Prévot, directrice de l'Agence du numérique en santé (ANS, ex-Asip Santé), a déclaré viser un objectif d'utilisation des messageries sécurisées de santé (MSSanté) par "100% des médecins", contre 60% actuellement.

Début 2020, l'agence testera des MSSanté destinées aux échanges entre patients et médecins, puis aux établissements et services médico-sociaux (ESMS).

Le plan "ESMS numérique" (action n°20) est, lui, "toujours en concertation", a signalé Dominique Pon. Selon lui, il sera "comme Hop'EN mais pour les ESMS".

La DGOS a fait le point jeudi sur les sept leviers d'action du programme Hop'EN (action n°19), qui portent sur la gouvernance des systèmes d'information hospitaliers (SIH), le développement des compétences et d'une "offre industrielle de qualité", l'accompagnement des établissements sur l'atteinte des prérequis et domaines fonctionnels, le pilotage et la communication sur le programme, et la recherche et l'évaluation.

Concernant l'e-prescription (action n°13), la directrice de l'ANS a annoncé que le bilan de l'expérimentation en cours est attendu "fin février".

Enfin, l'arrêté finalisant le cadre réglementaire de l'identifiant national de santé (INS, action n°6), qui deviendra obligatoire au 1er janvier 2021, est attendu "au plus tard d'ici la fin du mois", a assuré la déléguée ministérielle du numérique en santé, Laura Létourneau.

LĂ©o Caravagna
leo.caravagna@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Politique

Intelligence artificielle en santé: création d'un comité pilote d'éthique du numérique

PARIS (TICsanté) - Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a constitué un comité pilote d’éthique du numérique chargé de plancher sur "les enjeux éthiques du numérique et de l’intelligence artificielle" (IA), notamment en santé, a annoncé l'instance dans un communiqué paru le 2 décembre.

1 767

Politique

Virage numérique du médico-social : un fonds d’amorçage de 30 millions d’euros prévu (DGCS)

MARSEILLE (TICsanté) - Le plan "ESMS numérique" bénéficie d’un fonds d’amorçage de 30 millions d’euros pour accompagner à partir de 2020 les établissements sociaux et médico-sociaux dans le virage numérique, a précisé Virginie Lasserre, directrice générale de la cohésion sociale (DGCS), lors d’une intervention au congrès de la Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs (Fehap), qui s'est tenue le 27 novembre à Marseille.

0 1067

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
8 + 8 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/
https://mipih.fr/votre-projet-mipih/piloter-la-performance/desionnel2.html

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • SantExpo Live (Ex-Paris Healthcare Week)

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021