https://vieviewer.com/

Acteurs

Comment Mdoloris peut mesurer la douleur grâce à l'intelligence artificielle

0 182

LILLE (TICsanté) - Fondée en 2010, la start-up lilloise Mdoloris développe un dispositif médical qui évalue la douleur chez le patient hospitalisé "afin de calibrer la dose de produits antidouleur et éviter les effets indésirables d'un sur ou sous-dosage de ces drogues", a expliqué à TICsanté le fondateur de la jeune pousse, Fabien Pagniez.

Déjà présente dans 66 pays, la start-up nordiste est hébergée au sein de l'incubateur Eurasanté.

La société, qui compte 38 salariés, a été fondée par Fabien Pagniez, titulaire d’un master en ingénierie de la santé et diplômé de HEC. Elle repose sur les recherches sur la variabilité du rythme cardiaque initiées dès 1987 par le Pr Régis Logier.

"Mdoloris vient d'un programme de recherche académique mené par l'Inserm et le CHU de Lille qui a pris 23 ans. Ils ont développé une technologie brevetée capable de monitorer la douleur ressentie par un patient conscient ou non et c'est là que la société est née, en juin 2010", a expliqué à TICsanté Fabien Pagniez.

Concrètement, pour mesurer efficacement la douleur du patient, Mdoloris a mis au point des dispositifs médicaux de monitorage continus et non invasifs destinés aux praticiens hospitaliers.

"Le métier de la société est de développer, fabriquer et commercialiser des dispositifs médicaux. Nous nous sommes lancés sur le marché de la santé adressé aux hôpitaux et aux cliniques puisque c'est là-bas que les médecins étaient à la recherche d'une technologie fiable pour mesurer la douleur des patients, en particulier lorsqu'ils sont non communicants et qu'ils ne peuvent pas indiquer leur niveau de douleur: anesthésiés, en réanimation, nourrissons, autistes, fin de vie...", a-t-il ajouté.

Dans ces situations, "le corps médical est dans un nuage d'incertitudes concernant la bonne adéquation entre les drogues antidouleurs à administrer à un patient et ses réels besoins".

Des dispositifs adaptés à l'âge et au type de patients

La technologie Mdoloris repose sur l’obtention d’un indice de confort, scientifiquement évalué sur une valeur numérique comprise entre 0 et 100.

Un indice élevé reflète un confort optimal comme lors des périodes de soins du développement, alors qu’un indice plutôt bas révèle un inconfort pouvant être causé par la réalisation de soins, une douleur post-opératoire ou un environnement défavorable.

Cet indice est calculé à partir d’un électrocardiogramme (ECG) moniteur multiparamétrique fourni pour monitorer la douleur dans une zone de confort située entre 60 et 70 et permettre au praticien de bien calibrer la dose d'analgésiques.

"Le surdosage des opioïdes provoque des nausées et des vomissements au réveil, prolonge le temps allongé au réveil et une défaillance du système immunitaire. Par ailleurs, dans 40% des cas, le surdosage provoque une hypersensibilité à la douleur postopératoire, l'hyperalgésie, qui peut durer jusqu'à trois ans après l'opération chirurgicale", a expliqué Fabien Pagniez.

"Dans le cadre d'un sous-dosage, l'organisme va répondre à la douleur en se mettant en alarme et en augmentant la fréquence cardiaque, la pression artérielle etc. et le patient n'est plus stable sur la table d'opération et cela provoque une réponse inflammatoire du corps", a-t-il complété.

Grâce des biocapteurs, ici des électrodes, et des algorithmes d'IA, la technologie peut analyser l'ECG et identifier la douleur. Pour cela, Mdoloris a décliné sa technologie en trois dispositifs médicaux.

  • Pour les patients âgés "plus de deux ans"

La technologie analgesia nociception index (ANI), qui permet d’évaluer le niveau de confort ou de douleur des patients de plus de deux ans hospitalisés est commercialisée par Mdoloris depuis 2016. La jeune pousse revendique près de 1.000 exemplaires vendus et 150.000 patients monitorés.

  • Pour les nouveau-nés

"L’exposition à un stress au cours des 1.000 premiers jours du nouveau-né peut augmenter le risque d’apparition de pathologies cardiovasculaires et métaboliques à long terme et peut générer un comportement dépressif, addictif ou encore une réponse inadaptée à la douleur et/ou au stress", a expliqué la start-up.

Grâce au monitorage de la variabilité de la fréquence cardiaque et l’interprétation de l’indice newborn infant parasympathetic evaluation (Nipe) développé par Mdoloris, les équipes médicales peuvent optimiser le confort du grand prématuré à l’enfant âgé de 2 ans.

Jusqu’alors, l’évaluation du bien-être ressenti reposait sur l’observation de son comportement général (cris, pleurs, mouvements faciaux et corporels…) cet indice vise à apporter une compréhension scientifique de la douleur ressentie par le nouveau-né. L'outil, non invasif, est capable d’évaluer en temps réel et de manière continue le bien-être des enfants hospitalisés.

Enfin, un dernier module est, lui, destiné aux animaux.

Un "business model" basé sur un "package"

Mdoloris, dont les produits sont "entièrement fabriqués à Lille", a pu compter assez tôt dans son histoire sur une première levée de fonds pour se lancer. En 2010, la start-up, qui n'a alors que quelques mois, boucle un tour de table de série A de 1,4 million d'euros.

L'ensemble de ses dispositifs ont décroché leur marquage CE depuis sa création. En 2013, pour accélérer sa production, Mdoloris a levé 2,5 millions d'euros.

Lauréate de plusieurs concours d'innovation régionaux et nationaux, la société a procédé à deux autres levées de fonds en 2016 (5 millions d'euros) et 2019 (9 millions d'euros).

En 2019, la start-up a également signé un partenariat mondial avec le leader américain des appareils de monitoring, Masimo, coté au Nasdaq, pour une diffusion internationale.

"De manière générale, le moniteur destiné aux adultes coûte pour le client final 10.000 euros, celui destiné à la néonatalogie coûte 15.000 euros. Les capteurs, eux, coûtent 3.000 à 4.000 euros par moniteur et par an", a expliqué Fabien Pagniez.

"Ce sont des dispositifs qui ont prouvé leur utilité en bloc opératoire et en réanimation", a-t-il souligné. "Il n'y a pas besoin d'équiper tout l'hôpital."

Par ailleurs, Mdoloris planche également sur un projet de R&D pour développer "une solution utilisable à la maison, avec une technologie textile type t-shirt connecté équipé de capteurs et relié à un cloud sécurisé où seront transmises les données", a indiqué le dirigeant de la start-up lilloise.

En parallèle plusieurs études cliniques ont été menées depuis 23 ans et "167 études sont en cours dans les 66 pays" où est présente la société, a-t-il conclu.

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Acteurs

Une fuite de données touche plus de 16.000 professionnels de santé en France

PARIS (TICsanté) - Plus de 16.000 adresses de courrier électronique de professionnels exerçant dans des établissements sanitaires français, "souvent publiées avec le mot de passe associé", ont été divulguées sur une plateforme en ligne, a alerté le 28 janvier la cellule d'accompagnement cybersécurité des structures de santé (ACSS).

0 413

Acteurs

Maincare Solutions acquiert la société Anticyclone et met le cap sur la reconnaissance vocale

CESTAS (Gironde) (TICsanté) - Maincare Solutions a finalisé l’acquisition d'Anticyclone, une société spécialisée dans la dictée numérique et la reconnaissance vocale qui doit lui permettre d'"accélérer l'usage de la reconnaissance vocale par les médecins et améliorer la production et le partage de documents médicaux dans l'hôpital mais aussi vers la médecine de ville", a expliqué en exclusivité à TICsanté le président de l'éditeur de logiciels, Christophe Boutin.

0 345

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
3 + 4 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • CyberCamp Santé

    Le 05/02/2020

  • Hacking Health Camp 2020

    Du 20/03/2020 au 22/03/2020

  • 8e congrès de l'Apssis

    Du 31/03/2020 au 02/04/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 12/05/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 26/05/2020 au 28/05/2020