https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniere_gif_ticsante_octobre&utm_term=&utm_content=

Systèmes d'information

Comment le GHT de Champagne a mis en place sa DSI de territoire

4 1266

MONTROUGE (Hauts-de-Seine) (TICsanté) - Mickaël Taine, ancien directeur des systèmes d'information (DSI) du groupement hospitalier de territoire (GHT) de Champagne, et Loïc Lebreton, consultant au cabinet Mazars, ont fait part des principaux enseignements qu'ils ont retirés de la mise en place d'une DSI de territoire le 28 novembre, à l'occasion des journées de l'achat hospitalier organisées par le réseau des acheteurs hospitaliers (Resah).

Le GHT de Champagne est composé de 15 établissements dont le CHU de Reims (établissement support), plusieurs hôpitaux locaux et établissements pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et l'établissement public de santé mentale (EPSM) de la Marne, a rappelé Mickaël Taine, qui est depuis devenu DSI du GHT Aude-Pyrénées.

"Quand je suis arrivé en 2015, certains établissements étaient dotés d'un DSI, certains comme les Ehpad faisaient appel à des prestataires externes, et tous avaient des niveaux d'informatisation différents: un vrai cas d'école", a-t-il commenté.

Pour mener à bien la création d'une DSI commune au GHT, Loïc Lebreton et Mickaël Taine ont insisté d'emblée sur la nécessité d'une volonté commune des différents directeurs et responsables des SI de collaborer.

La mission de conseil de Mazars a débuté en septembre 2017, mais "la mutualisation avait déjà commencé", a déclaré Loïc Lebreton. "Les DSI ne doivent pas attendre l'arrivée d'un cabinet de conseil pour commencer à travailler", a-t-il ajouté.

"Quand Mazars est arrivé, nous avions déjà un an d'échanges derrière nous", a renchéri Mickaël Taine. "Il faut être prêts à travailler ensemble pour anticiper les demandes de collaboration médicale, être prêts le jour où les médecins nous demanderont" des systèmes interopérables.

Pour assurer un dialogue permanent entre les différents établissements, un "comité tactique" rassemblant les responsables du SI et le cabinet de conseil se réunissait toutes les deux semaines. Le DSI a insisté sur la régularité des réunions, afin que tous "soient impliqués" et "qu'on avance".

"Comme les acteurs se connaissaient, on a pu parler de questions opérationnelles dès le début", a fait valoir Loïc Lebreton.

La rédaction du schéma directeur des systèmes d'information (SDSI) a pris six mois, a-t-il précisé.

Tous deux ont souligné le besoin d'écoute et de confiance entre le cabinet de conseil et le DSI. "Si vous êtes bien aligné avec le consultant, le dialogue est facilité avec les établissements", a expliqué Mickaël Taine.

Loïc Lebreton a également mentionné l'importance de "la connaissance du terrain, qui nous a permis d'avoir une vraie légitimité". "Nous avons visité tous les sites du GHT. Nous avons rencontré tous les directeurs généraux, les directeurs administratifs et financiers, les DSI et les agents informatiques."

Le DSI a choisi de ne pas participer à ses rencontres, de crainte que les agents ne s'auto-censurent en sa présence. Mazars leur a également distribué un questionnaire. Cette évaluation a permis aux managers de connaître les activités et le "niveau d'appétence" des agents pour celles-ci et de potentielles futures tâches.

L'importance du management

Le consultant et le DSI ont insisté sur l'importance du management. "C'est le rôle du DSI de faire évoluer les agents ou de ne pas leur cacher quand leur métier va changer", a fait valoir Mickaël Taine.

Il n'y a "pas eu de mobilité exigée ni de changement de profils, ceux qui voulaient rester spécialisés le sont restés, idem pour les agents polyvalents", a précisé Loïc Lebreton.

L'ex-DSI du GHT a mentionné le cas d'un agent qui s'ennuyait dans son service, et dont les missions ont été modifiées pour mieux correspondre à ses envies. "Ça nous a permis de conserver un agent compétent qui aurait peut-être fini par partir, et quand on sait les difficultés qu'on a à recruter, on ne peut pas se permettre d'en perdre", a-t-il commenté.

Quant aux agents qui étaient DSI dans leurs établissements, "l'un est devenu mon adjoint, un est devenu responsable de la sécurité des systèmes d'information (RSSI) et un est parti" pour des raisons qui ne sont pas liées à ce projet, a-t-il détaillé.

LĂ©o Caravagna
leo.caravagna@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Politique

Le Conseil du numérique en santé se met en ordre de bataille

PARIS (TICsanté) - La deuxième réunion du Conseil du numérique en santé (CNS) qui s'est tenue le 20 février a été l'occasion pour les responsables ministériels du numérique en santé, Dominique Pon et Laura Létourneau, de faire un point sur l'avancement de la feuille de route numérique et de participer à la structuration des quatre groupes de travail thématiques du CNS et de la cellule éthique du CNS.

0 1372

Systèmes d'information

L'Igas pointe la "convergence retardée" des SIH dans les GHT (rapport)

PARIS (TICsanté) - Défaut d'interopérabilité, manque de consensus des choix logiciels, inégale structuration des DIM de territoire... dans un rapport rendu public le 11 février, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) a pointé les causes du "retard" de la convergence des SIH dans les GHT et a formulé ses recommandations.

0 1423

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (4)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
3 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/
https://www.mipih.fr/votre-projet-mipih/piloter-la-performance/desionnel2.html

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • WebconfĂ©rence "Les grandes tendances de la e-santĂ© en 2021"

    A partir du 26/01/2021

  • SANTEXPO LIVE (Ex-Paris Healthcare Week)

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021