https://vieviewer.com/
https://www.enovacom.fr/guide-tout-savoir-sur-linteroperabilite-biomedicale-chez-enovacom.html

Politique

Virage numérique du médico-social : un fonds d’amorçage de 30 millions d’euros prévu (DGCS)

0 1142

MARSEILLE (TICsanté) - Le plan "ESMS numérique" bénéficie d’un fonds d’amorçage de 30 millions d’euros pour accompagner à partir de 2020 les établissements sociaux et médico-sociaux dans le virage numérique, a précisé Virginie Lasserre, directrice générale de la cohésion sociale (DGCS), lors d’une intervention au congrès de la Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs (Fehap), qui s'est tenue le 27 novembre à Marseille.

Pour accompagner son développement numérique, le secteur social et médico-social doit "s’arrimer à la grosse machine du sanitaire, mais [il] est très en retard", a rappelé Virginie Lasserre lors du congrès de la Fehap, organisé sur le thème "la personne actrice de son parcours à l’ère du numérique".

"Le médico-social [n’est] pas encore au rendez-vous, avec des logiciels qui ne sont pas toujours adaptés aux besoins des professionnels, des carences en termes d’ergonomie ou d’interopérabilité", a-t-elle pointé. Elle a rappelé que la feuille de route pour le numérique en santé présentée en avril par la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, comprend un "plan ESMS" (2020-2022) pour accompagner le secteur, notamment dans ses investissements.

Il a pour "objectif de développer le numérique en priorité, au printemps 2020, dans les ESMS du champ du handicap et de la perte d’autonomie, avant [une généralisation] à l’ensemble des ESMS", a précisé Virginie Lasserre.

Le plan dispose d'"un fonds d’amorçage de 30 millions d’euros" environ "qui est prévu par la CNSA [Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie], avec un volet prioritaire qui est d’améliorer la gestion du dossier de l’usager notamment".

Sur le financement du numérique au sein des établissements de santé, "le chemin n’est pas totalement finalisé" a considéré par ailleurs Katia Julienne, directrice générale de l’offre de soins, évoquant "un premier volet avec le programme Hop’EN". "Nous devons de la même manière outiller les professionnels en ville avec de l’investissement qui permette de faciliter la coordination de la prise en charge."

S’agissant du déploiement du dossier médical partagé (DMP), Nicolas Revel, directeur général de la Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnam), a constaté "une bonne dynamique venant des établissements sanitaires". Mais "c’est un peu plus compliqué sur le médico-social", a-t-il relevé. L’assurance maladie "propose un partenariat aux Ehpad [établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes] pour les aider à faire l’adaptation de leur système".

Il a précisé que "20% des médecins généralistes alimentent le DMP". Il y a "8 millions de dossiers ouverts en France, on en ouvre 80.000 chaque semaine", a-t-il ajouté.

Le directeur général de la Cnam s’est aussi félicité de la montée en puissance de l’utilisation des outils de télémédecine: "On avait 5.000, 6.000 téléconsultations sur le seul mois de juin, on va être en octobre à 25.000 téléconsultations, je suis confiant sur le fait que la croissance va s’intensifier".

Développer e-Satis sur l’ensemble du sanitaire et du médico-social

Un autre enjeu est "d’étendre la mesure de satisfaction des usagers pour l’ensemble des prises en charge", a poursuivi Virginie Lasserre. "Cela a commencé en mai 2018 pour la chirurgie ambulatoire et dès 2019, s’est étendu aux services de soins de suite et de réadaptation [SSR] et aux Ehpad."

"Il faut développer e-Satis sur l’ensemble du champ sanitaire et du médico-social", a abondé Katia Julienne.

Le système e-Satis "n’a pas été coconstruit avec les usagers et très peu de gens y répondent, moins de 10%, c’est très peu représentatif", a néanmoins fait observer Catherine Cerisey, patiente enseignante à la faculté de Bobigny.

"Surtout, les questions ne correspondent pas aux attentes des patients. On ne parle pas de qualité de vie", a-t-elle conclu.

Maryannick Le Bris

http://www.computer-engineering.fr/

En bref

Médico-social: focus sur la place des SI dans le nouveau périmètre du tableau de bord de la performance

Le périmètre du tableau de bord de la performance que doivent remplir les établissements et services médico-sociaux (ESMS) a été modifié par un arrêté paru au Journal officiel (JO) du 25 juillet, qui revient notamment sur les indicateurs des systèmes d'information (SI) du médico-social.

0 520

Systèmes d'information

Médico-social: l'Anap détaille les fonctions du dossier de l’usager à informatiser

PARIS (TICsanté) - L'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) a publié le 16 juin un document présentant les fonctions nécessaires à la tenue d’un dossier de l’usager à informatiser, pour réaliser les activités d’accompagnement et de suivi du séjour dans le secteur médico-social.

0 1155

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
7 + 7 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • WebconfĂ©rence "Les grandes tendances de la e-santĂ© en 2021"

    A partir du 26/01/2021

  • SANTEXPO LIVE

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021