https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
https://vieviewer.com/

Acteurs

La FHF valide une méthode d'analyse de données dans une logique de responsabilité populationnelle

0 225

PARIS (TICsanté) - La Fédération hospitalière de France (FHF) a présenté fin mai lors de la Paris Healthcare Week une méthode d'analyse de données permettant d'identifier dans l'Hexagone des "territoires de santé" et d'y cibler des populations de patients souffrant d'insuffisance cardiaque ou du diabète afin de mieux répondre à leurs besoins de santé dans une logique de responsabilité populationnelle.

Le concept de responsabilité populationnelle consiste à rassembler l'ensemble des acteurs d'un territoire autour d'un objectif commun qui est la santé et le bien-être de la population. Il est porté depuis plusieurs années par la FHF, qui l'avait fait mentionner en 2017 dans sa plateforme de propositions destinée aux candidats à l'élection présidentielle.

La fédération a lancé l'an dernier une expérimentation afin de développer cette approche populationnelle dans cinq territoires (Deux-Sèvres, Cornouailles, Douaisis, Haute-Saône et Aube).

Antoine Malone, directeur de projet à la prospective de la FHF, a présenté mardi l'avancée de ces travaux qui ont permis de valider deux algorithmes développés par la fédération et par un groupe de médecins responsables de département de l'information médicale (DIM) participant au projet.

A partir de l'analyse des données des flux de populations vers les établissements publics de santé, toutes activités confondues (MCO, psychiatrie, SSR, HAD), auxquels ont ensuite été ajoutés les établissements privés (commerciaux et à but non lucratif), le premier algorithme a conduit à identifier 132 "vrais territoires de santé correspondant aux consommations de soins réelles des populations", a expliqué Antoine Malone.

Ces territoires ne se recoupent pas et sont formés de communes, permettant d'intégrer à la logique d'approche populationnelle des données issues du PMSI (programme de médicalisation des systèmes d'information) et des données Insee sur les caractéristiques des populations.

Un deuxième "algorithme novateur" a été développé pour "trouver" dans ces zones géographiques les populations de patients atteints ou à risque de diabète, et les insuffisants cardiaques, deux pathologies choisies par les acteurs participant à l'expérimentation de la FHF dans les cinq territoires, a poursuivi Antoine Malone.

Il a été réalisé par l'analyse de données sur cinq ans du PMSI et du Sniiram (Système national d'information inter-régimes de l'assurance maladie), et a permis d'identifier des patients "retrouvables" dans les dossiers patients informatisés (DPI) des établissements, a souligné le directeur de projet de la FHF.

Dans les cinq territoires, le nombre de patients repérés de cette façon est "assez comparable" aux déclarations d'affections de longue durée (ALD) enregistrées par l'assurance maladie sur ces pathologies, a relevé Antoine Malone. Il a toutefois noté un "défaut majeur" qui est de ne prendre en compte que les systèmes d'information hospitaliers (SIH), et donc les patients s'étant déjà rendus à l'hôpital.

Cette méthode est "adaptable à n'importe quelle pathologie chronique, pour autant qu'on mette un bon DIM et un bon spécialiste de la pathologie sur la question", a-t-il ajouté, indiquant avoir déjà commencé des travaux sur la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Des outils bientôt "accessibles à tous"

Cette méthode d'analyse des données va "prochainement" faire l'objet d'une publication scientifique et les algorithmes développés auront "vocation à être accessibles à tous" dans l'objectif d'une généralisation, a précisé Antoine Malone.

L'approche présente l'avantage d'"utiliser la donnée pour objectiver une situation entre les professionnels de santé d'un territoire" afin de mieux coordonner leurs actions et ajuster les ressources et les stratégies d'offre de soins, a-t-il fait valoir.

La FHF a formé 25 professionnels de santé à cette méthode, et des réunions ont déjà eu lieu dans les territoires concernés avec des soignants et des représentants des collectivités pour leur présenter ces travaux.

Une fois les territoires et les populations identifiés, il faut stratifier ces groupes de patients en différents profils "complexe", "instable", "stable" ou présentant des facteurs de risques, afin de programmer des actions adaptées envers chacun, allant du contrôle régulier des symptômes aux actions ciblées de prévention.

Elaboration de programmes cliniques ciblés

La stratification des populations ainsi que l'élaboration commune de programmes cliniques pour chaque typologie de patient avec les professionnels et établissements de santé, les collectivités locales et les agences régionales de santé (ARS) concernées est en cours dans le cadre des expérimentations menées par la FHF.

"A chaque strate correspond une série d'algorithmes cherchés auprès de partenaires et qui doivent être validés par une société savante française pour être sûr de travailler avec le meilleur savoir médical, validé dans un contexte français", a détaillé Antoine Malone.

Cette combinaison des données populationnelles et d'algorithmes de prise en charge "permettent de faire créer, par des professionnels de santé, des programmes de prise en charge de population extrêmement robustes", a-t-il appuyé.

Dr Sandra Gomez, cheffe de projet médico-économique à la FHF engagée dans les expérimentations, a également mis en avant les vertus de cette "approche complètement différente de celle dont on l'habitude", car "décloisonnée". "Une fois qu'on décloisonne, on redonne du sens et on peut agir sur la façon d'organiser les soins sur un territoire par rapport à de réels besoins", a-t-elle soutenu.

L'objectif de la FHF est d'apporter la preuve que cette logique de responsabilité populationnelle peut être efficace dans les deux pathologies concernées par les expérimentations, avant de l'étendre à d'autres maladies chroniques.

Raphael Moreaux
raphael.moreaux@apmnews.com

http://www.axigate-france.fr/welcome.html

Acteurs

A l'hôpital Bicêtre, l'informatique et l'imagerie 3D au secours de la neuroradiologie interventionnelle

LE KREMLIN-BICÊTRE (Val-de-Marne) (TICsanté) - Le Pr Laurent Spelle, responsable du centre de neuroradiologie interventionnelle Neuri de l'hôpital Bicêtre (Assistance publique-hôpitaux de Paris, AP-HP), a exposé début avril les récents progrès réalisés grâce à l'informatique et à l'imagerie 3D dans le diagnostic et le traitement des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

0 300

Acteurs

Retour sur les actualités qu'il ne fallait pas manquer en 2018 sur TICsanté

PARIS (TICsanté) - Plan "Ma Santé 2022" et son volet numérique, création du laboratoire de données "Health Data Hub", remboursement des actes de télémédecine, bilans des projets Territoire de soins numérique (TSN), renforcement de la sécurité informatique dans les établissements de santé... retour sur une année 2018 riche en actualités autour des systèmes d'information (SI) en santé.

0 399

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 9 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
http://imaging.evolucare.com/Evolucare_aux_JFR_1.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=jfr2019

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • 2ème SOPHI.A Summit

    Du 20/11/2019 au 22/11/2019