https://www.nehs-digital.com

E-santé

CNR "Santé à domicile et autonomie": de fortes ambitions à la hauteur des enjeux

0 494

PARIS, 3 décembre (TICsanté) – Le chef de projet à la direction de l’évaluation et de la recherche clinique et de l’innovation du CHU de Nice, Patrick Malléa, a présenté les principaux objectifs et la stratégie du centre national de référence (CNR) pour la prise en charge de la santé à domicile et de l’autonomie, lors d'un colloque sur l’industrie des TIC dans le domaine de la santé et de l’autonomie. Manifestation organisée mardi à Bercy par la direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS), en association avec le ministère de la santé.

Le CNR a été créé en mai dernier afin de permettre à l’ensemble des acteurs (industriels, monde académique, utilisateurs ou acteurs de santé) de travailler ensemble, de monter des projets et de développer les usages des TIC pour la prise en charge de la santé à domicile et de l’autonomie. Il est aujourd'hui opérationnel, a annoncé Patrick Malléa, qui est également conseiller du président du CNR, responsable des projets santé du pôle SCS (Solutions Communicantes Sécurisées) et responsable du projet CIU Santé (Centre d'Innovation et d'Usages en Santé). Suite à un appel à candidature lancé en novembre 2008, le CNR est porté par les quatre pôles de compétitivité Elopsys, Cancer Bio Santé, SCS et Minalogic, et par les CHU de Limoges, Toulouse, Nice et Grenoble, rappelle-t-il. Il est soutenu à hauteur de 4 millions d’euros sur trois ans par le ministère de l’industrie. Malgré un développement des expérimentations dans le domaine de la santé et de l'autonomie en France, Patrick Malléa déplore un manque de mutualisation, l'absence fréquente de multidisciplinarité, ainsi qu’une faible visibilité pour l’industrie des TIC. Il faut pourtant prôner une approche transversale et multidisciplinaire en s’appuyant sur des compétences, aussi bien dans le domaine de l’économie, du droit, des technologies, qu'en matière de recherche et d’intervention, pour développer ce secteur, considère-t-il, en indiquant qu'une telle approche représente l'un des points clés du centre national de référence.

Ce centre va, en effet, être au contact des organisations de santé et des professionnels de santé pour travailler à l’amélioration continue de la qualité. Il sera structuré sous forme d’"un réseau national d’innovation pour la santé à domicile et l’autonomie, permettant d’assurer une coordination efficace des activités". "Nous devons essayer de mobiliser l’ensemble des acteurs au niveau national", estime-t-il.

Selon lui, les principaux objectifs du CNR sont l’amélioration de la qualité de vie des citoyens et des patients, la promotion de nouvelles organisations et de solutions innovantes associées ainsi que le développement de la compétitivité de la filière. La stratégie du CNR s'articule autour de 3 étapes. La première (2010-2011) va concerner la mise en place de ce réseau d'innovation à l'échelle nationale. Ce sera la partie la plus importante du dispositif, précise le chef de projet. "Nous allons essayer de trouver une nouvelle cohérence, de lutter contre les cloisonnements qui ont bien souvent plus desservi le développement des TIC dans la santé que ce qu’ils n’ont apporté de valorisation pour les acteurs", souligne Patrick Malléa. Il va s'agir d'"animer, d'organiser et de valoriser les compétences nationales", précise-t-il. La seconde étape du CNR (2012-2014) va consister à "standardiser, normaliser et promouvoir les règles de bonnes pratiques ainsi qu'accompagner les décideurs...". La dernière étape (2015) consistera en la mise en place d’un modèle économique dans ce domaine et en l’évaluation et la labellisation des solutions.

Cette stratégie préfigure la gouvernance installée depuis le 5 octobre dernier, qui se répartit en cinq collèges: le collège des fondateurs; un collège qui fédère les offreurs (comme Legrand, IBM, Magellium...); un collège des utilisateurs avec des acteurs comme Covéa, Pierre Fabre, le Ciss...; un collège des académiques et recherche avec le Cnes, l'Inria... et enfin un collège avec d’autres partenaires, parmi lesquels la FHF, la Fehap, le Snitem..., énumère-t-il. Cette gouvernance a choisi Alain Franco, professeur de médecine interne et gériatrie comme président et 3 vice-présidents: Jean-Jacques Romatet (directeur général du CHU de Toulouse) pour le comité d’orientation; Joël Mercelat (directeur technique chez Legrand) pour le comité scientifique et technique; Vincent Rialle (maître de conférence et praticien hospitalier au CHU de Grenoble) pour le comité éthique. Une équipe opérationnelle, à la fois basée à Nice (ville du siège du CNR) et en région, afin d’être au plus près des actions, va également être mise en place, révèle Patrick Malléa.

Le CNR a une double mission: vis-à-vis des utilisateurs et vis-à-vis des offreurs, avec une action qui se traduit à travers trois processus visant à "favoriser l’innovation et l’émergence de la filière". Le premier processus clé a pour but d’"orienter, d’organiser, de débattre afin de trouver un consensus", ce qui a jusqu’à présent "souvent fait défaut dans ce domaine", relève-t-il. Le 2ème processus concerne la "production d'éléments de preuve": le coeur du dispositif. "Nous souhaitons obtenir des résultats concrets sur les bénéfices des technologies", en lançant un processus de labellisation de centres experts, indique-t-il. Le 3ème processus est relatif à la diffusion de ces éléments de preuve.

Le centre national de référence souhaite déployer des solutions et des services innovants pour le maintien à domicile et l'autonomie des patients. Il s'agit également "d'identifier les besoins et les attentes, de coordonner la mise en place de pilotes et de fournir les ressources nécessaires, pour éduquer les patients et apporter les informations et les expertises nécessaires au développement de solutions", résume Patrick Malléa./eg/ar

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Les bornes numériques du GH Paris Saint-Joseph permettent à une part importante des patients d'être "complètement autonomes"

PARIS (TICsanté) - Le groupe hospitalier (GH) Paris Saint-Joseph a mis en place des bornes numériques facilitant suffisamment le parcours des patients pour qu'une grande partie d'entre eux soient autonomes, ont soutenu Christophe Nicolaï, directeur des systèmes d'information (DSI) et Bernadette Dureau, DRH et directrice des projets de l'établissement.

0 229

E-santé

La sérialisation inscrite dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies (JO)

PARIS (TICsanté) - Un arrêté publié fin février au Journal officiel inscrit la "lutte contre la falsification des médicaments", rendue possible grâce au dispositif de sérialisation, dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies.

0 248

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
4 + 8 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

https://www.santexpo.com/exposer/participer-au-salon/?utm_campaign=TICSANTE&utm_source=SW&utm_medium=BAN&utm_salon=SE