https://vieviewer.com/

Politique

Télémédecine: Agnès Buzyn réservée sur l'extension du remboursement aux plateformes spécialisées

0 601

PARIS (TICsanté) - La ministre des solidarités et de la santé a exprimé le 19 juin de fortes réserves sur une extension du remboursement des actes de télémédecine pratiqués par les plateformes spécialisées, en raison de la contradiction avec l'objectif du parcours de soins coordonnés.

Agnès Buzyn, accompagnée de sa secrétaire d'Etat Christelle Dubos, répondait aux députés de la commission des affaires sociales dans le cadre d'un "printemps de l'évaluation" portant sur l'application des lois de financement de la sécurité sociale (LFSS) 2018 et 2019.

Le rapporteur général de la commission, Olivier Véran (LREM, Isère), et la députée Albane Gaillot (LREM, Val-de-Marne) l'avaient interrogée sur la lente montée en charge de la télémédecine, dont le Parlement a avalisé le basculement du financement dans le droit commun à travers la LFSS pour 2018.

Selon Olivier Véran, l'assurance maladie décompte désormais environ 2.000 actes de télémédecine par semaine, avec un bilan de 100.000 actes pour la première année de déploiement au lieu des 500.000 attendus.

"Je me suis moi-même inquiétée de la montée en charge relativement lente des actes de télémédecine (téléconsultation ou téléexpertise)", a observé Agnès Buzyn, évoquant l'organisation progressive des acteurs de terrain (achat de matériel, formation, réservation de plages horaires dans les centres de santé ou maisons de santé).

"Cette organisation explique que cela ne soit pas simple et immédiat", a-t-elle souligné.

"Certains demandent une extension du remboursement à la télémédecine de manière beaucoup plus large", notamment aux plateformes dédiées, a poursuivi la ministre. "Certains demandent le remboursement d'actes de télémédecine fournis par des prestataires, voire des sociétés privées qui embauchent un certain nombre de médecins."

Actuellement, les actes effectués par ces plateformes ne sont pas remboursables s'ils s'inscrivent hors du parcours de soins et des stipulations conventionnelles fixées dans l'avenant n°6 à la convention médicale, ce que certaines plateformes contestent.

"Je suis dubitative sur cette proposition pour deux raisons", a observé Agnès Buzyn.

"Nous n'arrêtons pas de prôner un parcours de soins coordonnés. Nous voulons donc que les citoyens aient accès à des professionnels de santé qui les connaissent, leur dossier, qui puissent correspondre entre eux", a d'abord souligné la ministre.

"Accéder à une consultation médicale en ligne ne permettra pas une bonne articulation de la prise en charge du patient dans son territoire, avec les acteurs de santé du territoire qui le connaissent, voire une réorientation appropriée vers des professionnels ou des urgences spécialisés en fonction de sa pathologie", a-t-elle développé.

"Donc je ne suis pas sûre que le service rendu soit excellent par rapport à cette nécessité d'organiser un parcours de soins coordonnés inscrit dans le territoire", a ajouté la ministre.

Elle a ensuite estimé qu'une telle mesure allait à l'encontre des objectifs d'installation des médecins généralistes en zone sous-dense.

"Si nous développons ce type de facilité, et que nous n'inscrivons pas la télémédecine comme une plateforme territoriale qui aide les professionnels à offrir du soin, nous allons avoir toute une génération de médecins qui vont privilégier d'être salariés de ce genre d'institutions privées, et qui n'auront plus aucune vocation à s'installer et à voir des malades, et je crains vraiment que l'on participe à la désertification médicale", a observé Agnès Buzyn.

"Je préfère que chaque territoire propose une mise en œuvre de la télémédecine ancrée avec des professionnels qui se connaissent", a conclu la ministre, précisant que les agences régionales de santé (ARS) avaient pour instruction d'accompagner les projets de télémédecine territoriaux.

Vincent Granier

http://www.computer-engineering.fr/

Politique

SI de santé: l'opposabilité des référentiels de sécurité et d'interopérabilité est "fondamentale"

PARIS (TICsanté) - Il est "fondamental" de rendre opposables par arrêté les référentiels de sécurité et d'interopérabilité des systèmes d'information (SI) de santé afin de garantir la réussite du Health Data Hub et de l'espace numérique de santé mis en place dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, a défendu l'avocate Jeanne Bossi-Malafosse le 21 février.

1 345

Politique

Le Cnom alerte sur un risque de "rupture de solidarité" avec l'essor du numérique en santé

PARIS (TICsanté) - S'il permet une plus grande collaboration entre professionnels de santé, le numérique est aussi perçu comme "le plus grand danger en matière de rupture de solidarité", faisant craindre l'apparition de "coupe-file" dans le parcours de soins, a alerté Patrick Bouet, président du Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom), lors d'un débat public organisé le 12 février.

0 363

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
8 + 7 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • CyberCamp Santé

    Le 05/02/2020

  • Hacking Health Camp 2020

    Du 20/03/2020 au 22/03/2020

  • 8e congrès de l'Apssis

    Du 31/03/2020 au 02/04/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 12/05/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 26/05/2020 au 28/05/2020