https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
http://vieviewer.com/

Acteurs

A l'hôpital Bicêtre, l'informatique et l'imagerie 3D au secours de la neuroradiologie interventionnelle

0 205

LE KREMLIN-BICÊTRE (Val-de-Marne) (TICsanté) - Le Pr Laurent Spelle, responsable du centre de neuroradiologie interventionnelle Neuri de l'hôpital Bicêtre (Assistance publique-hôpitaux de Paris, AP-HP), a exposé début avril les récents progrès réalisés grâce à l'informatique et à l'imagerie 3D dans le diagnostic et le traitement des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Le Pr Spelle s'est exprimé à l'occasion d'une visite du centre Neuri organisée par Philips sur le thème du "bloc interventionnel du futur" et des thérapies mini-invasives guidées par l'imagerie.

Inauguré en 2016, le centre Neuri rassemble en un même lieu les équipes des hôpitaux Bicêtre et Beaujon (Clichy, Hauts-de-Seine). Il est équipé d'un plateau technique composé de deux blocs opérateurs et d'un secteur d'hospitalisation.

Au centre Neuri de Bicêtre, le Pr Laurent Spelle montre les retours d'images prises dans les salles de radiologie interventionnelle. Photo: Raphaël Moreaux/APMnews
Dans le cadre d'un partenariat signé entre l'AP-HP et Philips en 2008, et sans cesse renouvelé depuis, il s'est doté en mai 2018 de la dernière plateforme d'imagerie interventionnelle Azurion de l'équipementier.

Elle comprend à la fois des systèmes d'imagerie (une machine biplan et une autre monoplan installées au centre Neuri) et des suites logicielles pour le traitement de l'image et l'affichage des données relatives au patient et à l'intervention.

Avec ses deux arceaux, le système biplan permet à l'opérateur d'avoir "en permanence deux images dans deux plans orthogonaux de l'espace" pour guider avec "plus de précision" le geste du neuroradiologue, a souligné Pr Spelle.

Une des deux salles de radiologie interventionelle du centre Neuri de Bicêtre. Photo: Raphaël Moreaux/APMnews
Les soignants utilisateurs du système ont été formés pendant quatre jours par les ingénieurs Philips à Eindhoven aux Pays-Bas. Laure Langard, manipulatrice radio du centre Neuri interrogée par TICsanté, a assuré que le matériel était "facile à prendre en main", et qu'il avait connu "beaucoup de progrès" en matière d'ergonomie des logiciels.

L'imagerie est particulièrement sollicitée dans le diagnostic et le traitement des AVC hémorragiques, pour lesquels il faut pouvoir situer un anévrisme à l'intérieur de la boîte crânienne, et le traiter en introduisant des instruments par les vaisseaux (traitement endovasculaire).

"L'imagerie 3D est utilisée en permanence pour voir la morphologie de l'anévrisme" et permet d'accéder à des détails "qu'on ne peut pas détecter" sur une imagerie en deux dimensions comme une angiographie, a expliqué le Pr Spelle.

Le Pr Selle examine une imagerie 3D des vaisseaux cérébraux. Photo: Raphaël Moreaux/APMnews
En superposant cette image 3D avec une image acquise aux rayons X dans la salle interventionnelle, "on peut avoir une image en temps réel" et "naviguer à l'intérieur de l'anévrisme", a-t-il poursuivi, évoquant les "outils informatiques incroyables" qui permettent "recaler en permanence" l'image ou de zoomer "comme sur un appareil photo" pour voir des anévrismes de moins de 1,5 millimètre de diamètre.

L'imagerie numérique, proposée depuis 2004 par Philips, combinée à des traitements informatiques, permet aussi d'acquérir en temps réel des scannographies. Ces dernières permettent de voir pendant l'intervention s'il y a une complication comme un saignement, et de rendre visibles les dispositifs médicaux peu opaques aux rayons X, comme des stents à mémoire de forme en nitinol (alliage de nickel et de titane).

Depuis 2012, le centre Neuri a également diminué les doses de radiations auxquelles étaient exposés les soignants et les patients en neuroradiologie interventionnelle avec le système Clarity de Philips. Ce dernier permet, par traitement logiciel, d'améliorer la qualité de l'image tout en diminuant jusqu'à deux tiers la dose délivrée lors d'un examen.

L'hôpital Bicêtre fait aussi appel à des logiciels développés dans le centre de recherche sur l'intelligence artificielle installé par Philips à Suresnes (Hauts-de-Seine) en avril 2018.

Le Pr Spelle a cité l'exemple d'un logiciel calculant le degré de diminution de flux sanguin permis par l'apposition d'un stent et fournissant "une valeur prédictive d'occlusion de l'anévrisme".

Vers la réalité virtuelle et augmentée

Les prochains axes de progrès des technologies informatiques en neuroradiologie interventionnelle concerneront l'intelligence artificielle et le recours à la réalité augmentée pour "seconder le médecin", a estimé le Pr Spelle.

Il a notamment expliqué attendre les évolutions permises par le recours aux lunettes de réalité mixte HoloLens 2, dont la sortie prochaine a été annoncée en février par Microsoft, et qui font l'objet d'un partenariat entre le géant américain et Philips sur leur utilisation en milieu médical.

Nicolas Villain, directeur de recherche de Philips France, présent lors de la visite du centre Neuri, a également indiqué que le nouveau système Illumeo de Philips, décrit comme un "logiciel intelligent clinique" analysant les comptes rendus d'imagerie et localisant automatiquement certains organes sur des clichés, sera officiellement présenté à l'occasion de la Paris Healthcare Week du mardi 21 au jeudi 23 mai à Paris.

Raphael Moreaux
raphael.moreaux@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Team'Doc*, l'application qui veut simplifier la transmission médicale et la communication à l'hôpital

PARIS, 26 juillet 2018 (TICsanté) - Créée en novembre 2017, la start-up Team'Doc propose une application et un support mobile aux médecins hospitaliers pour permettre une meilleure "transmission médicale, simplifier la communication entre médecins et apporter une actualisation des connaissances via du contenu médical à jour", a expliqué à TICsanté son cofondateur, le Dr Sacha Rozencwajg.

0 261

Systèmes d'information

Le Conseil d'Etat enterre l'obligation de certification des logiciels d'aide à la prescription

PARIS, 23 juillet 2018 (TICsanté) - L'obligation de certification des logiciels d'aide à la prescription (LAP) sous l'égide de la Haute autorité de santé (HAS) a été annulée le 12 juillet par le Conseil d'Etat.

0 235

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
5 + 8 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
https://www.evolucare.com/articles/CP_Axapa.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=axapa

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • Sommet European AI for Health

    Le 05/09/2019

  • 7èmes Rencontres du progrès médical

    Le 10/09/2019

  • Université des déserts médicaux et numériques

    Du 20/09/2019 au 21/09/2019

  • Catel Paris 2019

    Le 03/10/2019