https://www.nehs-digital.com

Politique

Mounir Mahjoubi quitte le gouvernement

0 1079

PARIS (TICsanté) - Secrétaire d'Etat chargé du numérique depuis mai 2017, Mounir Mahjoubi a quitté le gouvernement, a annoncé l'Elysée dans un communiqué diffusé en début de soirée le 27 mars.

"Sur proposition du premier ministre, le président de la République, Emmanuel Macron, a mis fin aux fonctions de Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, de Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat auprès du premier ministre, porte-parole du gouvernement et de Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l’économie et des finances et du ministre de l’action et des comptes publics, chargé du numérique", peut-on lire dans le communiqué de l'Elysée.

Nathalie Loiseau va piloter la liste La République en marche (LREM) pour les élections européennes du 26 mai prochain, tandis que Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi sont tous deux candidats à l’investiture LREM pour briguer la mairie de Paris lors des élections municipales du printemps 2020.

Agé de 35 ans, Mounir Mahjoubi avait été nommé secrétaire d’Etat chargé du numérique lors de l’alternance gouvernementale de mai 2017. Il était d'abord rattaché au premier ministre, Edouard Philippe, avant de rejoindre Bercy lors du remaniement d'octobre 2018.

A la tête du secrétariat d’Etat au numérique, il a notamment bouclé un "tour de France des start-up" pour accompagner la croissance des jeunes pousses et favoriser le rayonnement de la French Tech. Aux côtés de Cédric Villani, député LREM de l’Essonne (et également candidat déclaré à l’investiture pour la mairie de Paris) et du ministre de l’économies et des finances, Bruno Le Maire, il a aussi porté la stratégie tricolore pour "faire de la France, un champion de l’IA", un domaine dans lequel la santé est en pole position.

Un profil de startupper

Diplômé en droit des affaires à l'université Paris-I et de finance à l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris, l’ex-secrétaire d’Etat a notamment été technicien à Club Internet les fins de semaine entre 2002 -soit à 16 ans- et 2007 et a souvent confié aux journaliste qu'il y passait ses "nuits à coder".

De 2006 à 2007, il a été directeur général de FairSense, une société spécialisée dans la vente en ligne d'autocollants qui a été, selon son propre commentaire, sa "première start-up ratée". Après quelques mois chez L'Oréal, il a cofondé l'agence de communication et d'innovation Mounir & Simon, à la tête de laquelle il est resté de 2009 à 2012.

En 2010, Mounir Mahjoubi a cofondé "La Ruche qui dit oui!", un réseau de communautés d'achat direct aux producteurs locaux de produits alimentaires. Il a rejoint l'agence de publicité BETC Digital en 2012 et en est devenu directeur général adjoint en 2014. Deux ans plus tard, il a été nommé président du Conseil national du numérique (CNNum), qu'il a quitté en février 2017 pour piloter la campagne numérique d’Emmanuel Macron, alors candidat à la présidence de la République.

Il a été élu député du XIXème arrondissement de Paris en juin 2017.

Selon Le Journal du dimanche (JDD), Mounir Mahjoubi s'était attiré les foudres de l'Elysée, de Matignon et de Bercy en contredisant la ligne politique du gouvernement sur la taxation des géants du numérique. Il lui aurait également été reproché de consacrer trop de temps à la mairie de Paris et pas assez à ses dossiers.

Deux noms sont évoqués pour lui succéder: Aurélie Jean, docteur en sciences, experte en mathématiques appliquées et en code informatique et entrepreneure, et Paula Forteza, députée LREM de la 2ème circonscription des Français à l’étranger et chantre de l’open data.

Le remaniement est attendu "d’ici à lundi [1er avril]", d’après l’exécutif.

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Politique

Les députés votent le versement des données de Sidep et Contact Covid dans le SNDS

PARIS (TICsanté) - Les députés ont finalement adopté dans la nuit du 11 au 12 mai à main levée le projet de loi de "gestion de la sortie de crise sanitaire", dont les dispositions de l'article 5 prévoyant de rassembler au sein du système national des données de santé (SNDS) l'ensemble des données recueillies dans les systèmes d'information Sidep et Contact Covid, "dans les conditions et selon les garanties de droit commun fixées par le code de la santé publique".

0 105

En bref

Le Fonds FHF et SimForHealth s'allient pour promouvoir la simulation numérique dans la formation des hospitaliers

SimforHealth, éditeur bordelais de solutions numériques pour la formation initiale et continue des professionnels de santé, et le Fonds "Recherche & innovation" de la Fédération hospitalière de France (FHF) ont noué un partenariat pour "sensibiliser à l'intérêt de la simulation numérique" dans la formation à l'hôpital, ont-ils annoncé le 28 avril.

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 6 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021