Une opération de maintenance est prévue jeudi 28 Mai 2020 entre 13h00 et 13h30. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

https://vieviewer.com/
https://openbi.org/covid19-suivi-du-covid-19/

Acteurs

Le détecteur de radioactivité connecté Rium se déploie à l'hôpital

0 467

PARIS (TICsanté) - Initialement conçu pour la radioprotection des personnels des centrales nucléaires, le détecteur de radioactivité connecté Rium de la start-up Icohup, qui permet de suivre en temps réel les données d'exposition aux radiations, séduit aussi plusieurs établissements de santé, a expliqué à TICsanté Louis Moreau, cofondateur d'Icohup.

La première version de ce "capteur de rayonnements ionisants gamma et X" est utilisée par les CHU de Bordeaux, Limoges et Clermont-Ferrand et au centre de médecine nucléaire Georges-Charpak à Quimper.

Connecté en bluetooth, wifi, 3G/4G ou à un réseau filaire Ethernet ou USB, l'outil sert à la fois de dosimètre et de spectromètre pour mesurer le débit de dose radioactive reçue et identifier le rayonnement.

Il transmet en temps réel les informations collectées dans son environnement sur une application web proposée par Icohup en mode SaaS (Software as a Service), qui peut être consultée par les chefs de service, les personnes compétentes en radioprotection (PCR) ou les personnels eux-mêmes, aux choix de l'établissement. Il génère également des alertes automatiques en cas de dépassement de seuil.

Doté d'une autonomie de 15 heures, Rium se recharge sur le secteur ou via USB.

Les dosimètres actuellement utilisés dans les centres de médecine nucléaire, de radiothérapie ou dans les services de radiologie "ne sont pas du tout connectés", ce qui conduit parfois à des délais de "plusieurs heures ou plusieurs jours" pour être alerté en cas de surexposition, a observé Louis Moreau, doctorant en sécurité informatique.

En outre, ils se rechargent sur des bornes "parfois installées dans les couloirs et accessibles à tous", constituant autant de potentielles "failles de sécurité", a-t-il ajouté.

Le détecteur Rium d'Icohup

La première version de Rium, un peu plus grande qu'un téléphone portable, est pour l'instant utilisée dans les établissements de santé comme "dosimètre d'ambiance". Apposé dans certaines salles de l'hôpital, il mesure en temps réel un niveau de radiation par pièce.

"Cela peut être dans une chambre ou dans une salle d'attente pour repérer un rayonnement inhabituel et prévenir les usagers", a cité Louis Moreau à titre d'exemple.

La "prochaine étape" d'Icohup est la mise à disposition de Rium 2, une version mobile du dispositif, qui pourra être portée par les professionnels de santé et servir de dosimètre personnel. Louis Moreau n'a pas souhaité préciser sa date de commercialisation.

La start-up entend également "adapter davantage" son détecteur à différents usages dans plusieurs secteurs d'activité, en renforçant notamment sa sensibilité dans certains cas.

Rium est actuellement proposé au tarif de 590 euros par détecteur, avec des prix dégressifs en fonction de la quantité achetée. L'abonnement à la plateforme de suivi en temps réel des données collectées est de 40 euros par mois.

Basée à Limoges et Lyon, Icohup réunit une équipe de neuf personnes. L'entreprise est financée grâce à des fonds publics de la région Nouvelle-Aquitaine et de la banque publique d'investissement Bpifrance. Elle a aussi réalisé une levée de fonds de 400.000 euros auprès d'acteurs privés.

Au-delà des établissements de santé, Rium est utilisé par Dalkia (groupe EDF), la société Orano (ex-Areva), les services départementaux d'incendie et de secours (SDIS) de Côte-d'Or et de Haute-Vienne.

Raphael Moreaux
raphael.moreaux@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Acteurs

Intelligence artificielle: les Hospices civils de Lyon renforcent leur infrastructure technologique avec Microsoft

PARIS (TICsanté) - L'hébergement du dossier patient informatisé (DPI) Easily* développé par les Hospices civils de Lyon (HCL) sur le cloud public de Microsoft et la mise à disposition des professionnels de l'établissement de technologies d'intelligence artificielle (IA) vont permettre d'"industrialiser" la production et l'usage d'outils numériques innovants, a expliqué le 23 mai la direction santé de Microsoft France dans un entretien à TICsanté à l'occasion de la Paris Healthcare Week.

0 792

Acteurs

Le Mipih inaugure son nouveau data center amiénois (vidéo)

AMIENS (TICsanté) - Avec 1.200 m² de superficie et "plusieurs dizaines de pétaoctects de capacité de stockage", le nouveau data center amiénois du groupement d'intérêt public (GIP) Mipih (Midi Picardie informatique hospitalière) forme "l'un des plus grands centres de stockage de données de santé de France", s'est félicité Pierre Maggioni, directeur général du GIP, lors de l'inauguration du nouveau bâtiment le 5 juin.

0 598

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
7 + 1 =
http://www.canyon.fr/
https://www.enovacom.fr/plan-blanc-et-situation-sanitaire-exceptionnelle-sse

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • HealthTech Innovation Days

    Du 22/06/2020 au 23/06/2020

  • SIDO 2020

    Du 03/09/2020 au 04/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 13/04/2021