https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
https://vieviewer.com/

E-santé

E-santé: 71,8% des malades chroniques sont "à peine connectés" (étude)

0 256

PARIS (TICsanté) - Les applications et objets connectés de santé sont encore trop peu utilisés par les malades chroniques qui sont 71,8% à être "à peine connectés", apprend-t-on dans une étude menée par le collectif "(Im)Patients chroniques & Associés", en partenariat avec la chaire "réseaux sociaux et objets connectés" de l’Institut des Mines-Télécom, présentée le 15 février.

Les études se suivent et se ressemblent (lire dépêche du 14 septembre 2018). L'utilisation des technologies numériques: internet, applications mobiles ou objets connectés reste encore minoritaire chez les patients atteints de maladies chroniques.

C'est ce qu'a révélé l'étude "Impact des nouvelles technologies sur la santé et la qualité de vie des personnes vivant avec une maladie chronique", menée par le collectif "(Im)Patients Chroniques & Associés", en partenariat avec la chaire "réseaux sociaux et objets connectés" de l’Institut Mines-Télécom Business School, pilotée par Christine Balagué.

Le questionnaire de l’étude a été envoyé "à des personnes vivant avec une maladie chronique et leurs proches par l’intermédiaire des associations membres du collectif entre février et juillet 2018".

L'étude se base sur les réponses de 1.013 questionnaires complets remplis en ligne: 954 par des répondants -eux-mêmes malades chroniques- et 59 par des proches de malades chroniques.

Alors que l'usage des nouvelles technologies serait vertueux et permettrait aux malades chroniques d'améliorer leur observance, de prévenir les risques et complications de leur maladie et devenir des "acteurs de leur propre santé", seuls 8,9% des répondants à l'étude ont déclaré être "hyperconnectés", c'est-à-dire utilisant internet "4 et 6 fois par semaine", des applications mobiles "entre 1 et 3 fois par semaine" et des objets connectés "chaque jour", précise l'étude.

Les malades chroniques "biconnectés", qui utilisent internet et des applications mobiles 4 et 6 fois par semaine mais pas d'objets connectés, seraient 19,3%. Les hypoconnectés, avec 71,8%, sont donc largement majoritaires. Ces derniers "n’utilisent qu’internet, et ce, très ponctuellement: 1 à 3 fois par mois", indique l'étude.

"La différence d’usage ne s’explique pas par l’ancienneté du diagnostic, quasiment 35% des hyper et hypoconnectés étant diagnostiqués depuis plus de 10 ans", a-t-il été souligné.

Contre toute attente, il y aurait également "une proportion légèrement plus forte des 50-70 ans (40%) chez les hyperconnectés".

Patient connecté, patient "sachant"?

"Indéniablement, internet représente de nombreux atouts aux yeux des patients. C’est notamment le cas en matière de connaissances de la maladie ou du parcours de soins", affirme l'étude.

Ainsi, pour 65% des patients ou proches interrogés, "internet permet de mieux comprendre le traitement et de modifier et adopter certaines pratiques bénéfiques pour la santé" et 63% ont déclaré qu'internet leur apporte "une meilleure connaissance du parcours de soins".

Même ton s'agissant du ressenti face à la maladie: 60% pensent que l’utilisation d’internet (sites spécialisés en santé, sites institutionnels, forums, réseaux sociaux et sites d'associations de malades chroniques) leur permet de "mieux vivre avec la maladie chronique et de sortir de l’isolement" et plus de 50% estiment que l’usage d’internet leur permet de "se rassurer et d’avoir un plus grand contrôle dans la gestion de la maladie".

La perception des effets bénéfiques des outils technologiques est logiquement "plus forte" chez les hyperconnectés.

Néanmoins, la question épineuse de la fiabilité scientifique des informations médicales en ligne est évoquée par les malades chroniques répondant au questionnaire: 75,8% des répondants pensent qu’il est difficile de faire le tri pour choisir des informations fiables et 71% estiment qu’internet est susceptible d’induire des erreurs d’autodiagnostic.

Les informations émanant des associations de patients bénéficient ainsi d’une forte confiance partagée unanimement par l’ensemble des malades chroniques. Les témoignages d’autres malades sont les informations les plus fréquemment recherchées (49,2% de réponses "souvent" et "très souvent").

Viennent ensuite les symptômes et la douleur, les traitements et les conseils pour mieux vivre avec la maladie. En revanche, les informations les moins recherchées concernent celles sur les dispositifs d’aide financière (39,4% des répondants déclarent ne jamais les rechercher).

Si les "technologies numériques opèrent une transformation effective des patients vers une autonomisation", elles permettraient également de renforcer la relation patient-médecin.

"Les patients utilisant plus régulièrement les technologies sont plus actifs et enclins à demander des explications à leur médecin et de partager leurs opinions personnelles concernant leurs traitements avec lui (plus de 80%)", peut-on lire dans l'étude.

Même si les malades chroniques hyper ou biconnectés ont un sentiment "d’expertise du traitement, d’auto-efficacité et une motivation liée à la santé", le rôle du professionnel de santé "sachant" reste central.

Une utilisation contrastée des apps et outils connectés

Concernant les objets connectés: ceux qui les utilisent "sont davantage convaincus de leurs atouts", peut-on lire dans l'étude.

Si 48,7% des personnes interrogées estiment que les applications mobiles "permettent de mieux vivre avec la maladie chronique" et 46,7% d’avoir un "meilleur suivi quotidien de la maladie", les objets connectés sont peu utilisés parmi les répondants à l’étude.

"Seules 141 personnes (15,7%) ont déclaré avoir recours aux objets connectés par rapport à la maladie chronique", note l'étude.

Cependant, les effets bénéfiques sont largement pointés. Ainsi, 52,3% des utilisateurs estiment que les objets connectés les ont aidés à modifier leurs pratiques et à en adopter certaines bénéfiques pour la santé, alors que 49,7 % des utilisateurs confirment que les objets connectés leur permettent de mieux vivre avec la maladie chronique.

Près de 45% estiment que cette technologie est un support d’aide pour avoir un plus grand contrôle dans la gestion de la maladie et pour avoir un meilleur suivi. Enfin, pour 43% des utilisateurs, l’usage des objets connectés permet de se rassurer.

Les résultats montrent que les montres et bracelets connectés sont le type d’objet le plus utilisé (51,1%). Les vêtements, fourchettes/assiettes et glucomètres connectés recueillent le moins de sondages avec seulement 1% de malades chroniques qui les plébiscitent.

"Les technologies numériques semblent ainsi pouvoir incarner un allié, plutôt qu’une menace, pour le suivi et la prise en charge de ces patients", conclut l'étude qui incite les institutions et professionnels à intégrer les technologies numériques aux pratiques de soins et les patients à s'en emparer.

Lire l'étude "Impact des nouvelles technologies sur la santé et la qualité de vie des personnes vivant avec une maladie chronique"

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Acteurs

Timkl, la start-up qui veut recréer du lien entre malades chroniques et professionnels de santé "de proximité"

PARIS (TICsanté) - Créée en avril 2019, la start-up Timkl a développé des services d’accompagnement destinés aux patients diabétiques en collaboration avec les professionnels de santé de proximité, "en particulier pharmaciens et infirmiers libéraux pour mieux coordonner les parcours de soins", a expliqué à TICsanté le président de la jeune pousse, Philippe Montaner.

0 258

E-santé

Le recours à la téléconsultation reste très marginal chez les malades chroniques

PARIS (TICsanté) - Seuls 8% des malades chroniques interrogés dans le cadre d'une enquête menée par la société B3TSI ont déclaré avoir eu recours à une téléconsultation dans les 12 derniers mois, selon des résultats présentés fin janvier.

0 203
https://www.apmjob.com/display-job/74556/?searchId=1567170277.2615&page=1

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
1 + 1 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
https://www.evolucare.com/articles/salon-sfar2019-palais_des_congres.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=sfar2019

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • Université des déserts médicaux et numériques

    Du 20/09/2019 au 21/09/2019

  • Catel Paris 2019

    Le 03/10/2019

  • 5ème Colloque cybersécurité en santé

    Le 03/10/2019

  • FASN Hôpital du futur

    Le 03/10/2019

  • E-Health World Monaco

    Du 15/10/2019 au 17/10/2019

  • 4èmes Rencontres hospitalo-universitaires de santé connectée

    Le 17/10/2019

  • 2ème SOPHI.A Summit

    Du 20/11/2019 au 22/11/2019