https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
https://vieviewer.com/

Acteurs

Le Samu de l'Isère veut sauver plus de vies grâce à l'application Sauv Life

0 306

PARIS (TICsanté) - Les professionnels du Samu 38 espèrent sauver 40 à 50 victimes d'arrêt cardiaque de plus chaque année en Isère grâce à un ensemble d'interventions comprenant l'utilisation de l'application smartphone Sauv Life, officiellement lancée dans le département la semaine dernière.

En cas d'arrêt cardiaque, l'idéal est d'intervenir dans les 3 minutes, a expliqué le responsable du Samu 38, Guillaume Debaty, à APMnews (site du groupe d'information APM International, dont fait partie TICsanté). Or, le temps moyen d'intervention des secours professionnels est de 14 minutes.

Dans ce contexte, la réalisation, par les témoins d'un arrêt cardiaque, d'un massage cardiaque avant l'arrivée des secours, permet de multiplier par 3 la survie, a pointé le médecin urgentiste du CHU de Grenoble Alpes.

Ce dernier coordonne l'étude multicentrique Dispatch, qui a pour objectif d'évaluer l'intérêt d'une combinaison d'interventions visant à augmenter le nombre de patients bénéficiant d'un massage cardiaque avant l'arrivée des professionnels des secours, en cas d'arrêt cardiaque.

Cette étude randomisée et contrôlée prévoit d'inclure 2.000 patients en 2 ans et va impliquer un total de 15 Samu en France, qui, après une phase d'observation, basculeront en phase d'intervention de façon échelonnée.

L'étude comprend 2 interventions principales, qui sont une formation des assistants de régulation médicale (ARM) à la reconnaissance téléphonique précoce de l'arrêt cardiaque (dans le cadre notamment d'un programme de formation en ligne qui comprend l'écoute régulière de bandes de régulation) et l'utilisation de l'application mobile Sauv Life.

Une application téléchargeable gratuitement

L'appli est gratuite et téléchargeable sur Google Play (Android) et l'AppStore (Apple).

"Tous les citoyens volontaires sont invités à l'installer", a souligné Guillaume Debaty, précisant qu'en Isère, "l'appli a déjà été téléchargée par 4.000 personnes".

En cas d'arrêt cardiaque identifié par le Samu, l'appli géolocalise les personnes capables d'intervenir avant l'arrivée des secours et les guide vers la victime et vers le défibrillateur automatique le plus proche. Le personnel du Samu assiste les témoins par téléphone pour la réalisation des premiers gestes d'urgence.

Guillaume Debaty s'est réjoui de la grande participation des associations de secourisme, des professionnels de santé et des étudiants en santé. "Plus on a de monde et plus on a de chances que quelqu'un soit géolocalisé à côté d'un arrêt cardiaque."

Alors que 500 arrêts cardiaques se produisent chaque année en Isère et que le taux de survie y est de 10%, l'urgentiste espère que le passage du Samu 38 en phase d'intervention, opéré le 17 janvier, permettra de sauver 40 à 50 vies supplémentaires chaque année dans le département.

S'il n'y a pas encore d'indication pour que l'application Sauv Life soit utilisée sur l'ensemble du territoire (80.000 personnes l'ont installée en France mais elle n'est pas active partout), une cinquantaine de Samu se sont montrés intéressés, a rapporté Guillaume Debaty.

Il espère que les résultats de son étude permettront de promouvoir l'utilisation de l'appli ainsi que la formation des ARM partout en France.

Sylvie Burnouf

http://4axes.fr/?xtor=SEC-200

E-santé

L'assurance maladie planche sur une plateforme pour alimenter le DMP

STRASBOURG (TICsanté) - A l'occasion de la 6e édition du Hacking Health Camp, la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam) a dévoilé un projet de plateforme Ameli destinée à "alimenter le dossier médical partagé (DMP) avec des données issues de dispositifs médicaux connectés ou d'applications qui ne sont pas encore interconnectables avec le dossier", a expliqué Sandrine Lorne, directrice relation clients, marketing et portail Ameli à la Cnam.

0 392

Acteurs

L'ARS Ile-de-France veut prédire l'activité de soins non programmés grâce à l'IA

PARIS (TICsanté) - L'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France veut développer un outil de prédiction de l'activité de soins non programmés en recourant à l'intelligence artificielle (IA), a-t-elle annoncé le 11 mars dans un communiqué.

0 339

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
4 + 3 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
http://www.corwin.eu/actualite/rencontresfhp2019.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=fhp2019

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • Révolution Pharmatech

    Le 09/12/2019

  • Consumer Electronics Show (CES) 2020

    Du 07/01/2020 au 10/01/2020

  • Tour de France du numérique en santé en Nouvelle-Aquitaine

    Le 16/01/2020

  • Hacking Health Camp 2020

    Du 20/03/2020 au 22/03/2020

  • 8e congrès de l'Apssis

    Du 31/03/2020 au 02/04/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 12/05/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 26/05/2020 au 28/05/2020