Une opération de maintenance exceptionnelle est prévue samedi 1er février 2020 entre 10h et 17h. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

https://vieviewer.com/

Acteurs

L'institut Montaigne propose une méthode d'évaluation des impacts de l'IA sur les emplois en santé

0 329

PARIS (TICsanté) - L'institut Montaigne a présenté, dans une note publiée le 16 janvier, une méthodologie afin d'évaluer l'impact des technologies d'intelligence artificielle (IA) sur les emplois dans le domaine de la santé, estimant "essentiel" que l'Etat incite les établissements de soins à appréhender ces évolutions.

Intitulée "IA et emploi en santé: quoi de neuf docteur?", cette note a été rédigée pour l'institut par David Gruson, ex-délégué général de la Fédération hospitalière de France (FHF), actuellement membre de la chaire santé de Science Po Paris.

David Gruson a lancé en 2018 le think tank Ethik & IA afin de défendre une "régulation positive" de l'IA et de la robotisation en santé, rappelle-t-on (lire dépêche du 30 mars 2018).

Dans sa note, il souligne que le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) appelle à "une mobilisation forte" sur "les effets de la mutation numérique majeure pour les métiers du champ sanitaire et médico-social", dans son avis 129 relatif à la loi de bioéthique publié en septembre dernier (lire dépêche du 1er octobre 2018).

Il déplore toutefois que les initiatives prises récemment sur le développement de l'IA "n'intègrent pas encore de stratégie d'anticipation et d'accompagnement des impacts" de ces technologies sur les métiers de la santé, et milite pour "le déploiement rapidement d'une stratégie ambitieuse de formation, d'adaptation des ressources humaines en santé et de transformation des métiers".

La méthodologie proposée par l'institut Montaigne pour évaluer les impacts métiers de ces technologies se déroule en six étapes:

  • recenser les effectifs par catégories professionnelles du secteur de la santé, à partir des catégories mentionnées dans la base statistique annuelle des établissements de santé (SAE)
  • répertorier les métiers appartenant aux différentes catégories recensées (personnel administratif, personnel technique et ouvrier, personnel médical)
  • identifier les activités ou les tâches correspondant à chacun des métiers répertoriés
  • déterminer le taux de substitution par l'IA de chaque activité identifiée en trois niveaux (fort, moyen et faible) en fonction du niveau de maturité du marché, de l'acceptabilité sociale du remplacement de l'homme par l'IA, et du retour sur investissement
  • mesurer le taux de substitution pour le métier, en faisant le rapport entre le nombre d'activités considérées comme fortement substituables par une IA et le nombre total d'activités affectées au métier
  • réaliser des scénarios d'impact à l'échelle des métiers analysés et à grande échelle.

L'institut Montaigne déroule cette méthodologie sur l'exemple des métiers des fonctions de support administratif et technique, quel que soit le statut des personnels et des établissements (CDI, CDD et fonctionnaires dans les établissements de santé publics et privés).

Il calcule un taux de substitution moyen compris entre 15% et 29%, signifiant qu'entre 40.000 et 80.000 emplois dans ces fonctions de support "pourraient faire l'objet d'une automatisation sous l'effet du déploiement de l'IA et de la robotisation dans le secteur de la santé".

Appliquer l'idée d'une "RSE digitale" aux établissements

La note de l'institut Montaigne reprend également les propositions du think tank Ethik & IA visant à définir le concept de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) digitale et à l'appliquer aux établissements de santé publics et privés.

Cette RSE digitale pourrait comprendre les "mesures d'accompagnement des effets sociaux induits par la transformation numérique" mises en place par les structures afin de promouvoir "une approche éthique et responsable" et "répondre aux inquiétudes suscitées" par le déploiement de ces technologies.

L'impact des nouvelles technologies et de l'IA préoccupe de plus en plus les acteurs de santé. Le think tank #leplusimportant a publié en octobre 2018 vingt propositions destinées à mieux préparer les professionnels de santé à ces évolutions, rappelle-t-on.

Ces propositions devraient être discutées lors d'un séminaire de travail, prévu le 7 février et placé sous le patronage de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

Note de l'institut Montaigne "IA et emploi en santé: quoi de neuf docteur?"

Raphael Moreaux
raphael.moreaux@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

En bref

Le GHT du Loiret choisit le Mipih pour ses systèmes d'information

Le groupement hospitalier de territoire (GHT) du Loiret a choisi le groupement d'intérêt public (GIP) Mipih comme éditeur de solutions informatiques pour mener à bien la convergence de ses systèmes d'information, a-t-il annoncé dans un communiqué.

0 399

En bref

Faible croissance de Cegedim en 2018

Le groupe Cegedim, spécialisé dans la gestion de flux financiers et l'informatisation des professionnels de santé, a annoncé le 29 janvier une croissance de 2,2% à 467,7 millions d'euros de son chiffre d'affaires en 2018, dans un communiqué diffusé après la clôture de la Bourse.

0 351

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
9 + 5 =
http://www.canyon.fr/
http://www.mediane.tm.fr/mediane-planning-sanitaire/

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • CyberCamp Santé

    Le 05/02/2020

  • Hacking Health Camp 2020

    Du 20/03/2020 au 22/03/2020

  • 8e congrès de l'Apssis

    Du 31/03/2020 au 02/04/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 12/05/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 26/05/2020 au 28/05/2020