https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
https://vieviewer.com/

Acteurs

CES 2019: quand les régions françaises apprennent aux start-up à "chasser en meute" aux Etats-Unis

0 310

LAS VEGAS (Nevada) (TICsanté) - Très visibles au Consumer Electronics Show (CES), les régions françaises ont amené avec elles d'importantes délégations de start-up, pour lesquelles la santé représente le premier secteur d'activité, afin de les aider à "chasser en meute" outre-Atlantique, ont expliqué à TICsanté plusieurs représentants régionaux.

Le nombre de start-up françaises présentes au CES de Las Vegas croît chaque année. Pour l'édition 2019, qui s'est tenue du 8 au 11 janvier, elles étaient près de 380 à tenir un stand dans les différentes allées du salon, dont plus d'une soixantaine sont actives dans le secteur de la santé (lire dépêche du 7 janvier 2019).

Cela faisait de la France le troisième pays représenté en nombre de jeunes entreprises innovantes, derrière les Etats-Unis (pays organisateur) et la Chine.

Réunies sous le pavillon French Tech, label décerné par le ministère de l'économie et des finances, elles ont, pour une majorité d'entre elles, été accompagnées et aidées par leur région d'origine, qui contribue à la fois à financer leur déplacement et à les préparer au plus grand événement mondial de la high tech.

"Venir au CES, pour une start-up, ça ne s'improvise pas. C'est souvent leur premier contact avec le marché américain et avec un salon d'une ampleur internationale, et il y a des codes à connaître", a expliqué Hilaire Fossé, chef de service start-up au conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.

Ces jeunes pousses ont surtout fait le voyage pour "chercher des distributeurs, des clients, des investisseurs ou des partenaires" aux Etats-Unis, et il faut les "sensibiliser" au marché américain, et notamment à la "réactivité" exigée par ces interlocuteurs outre-Atlantique, a-t-il cité à titre d'exemple. "A l'international, pour être efficace, il faut savoir chasser en meute", a-t-il ajouté.

Les start-up ont aussi bénéficié de conseils en cybersécurité, car le CES est aussi un lieu d'espionnage industriel.

"La région Occitanie nous y a préparés en invitant une représentante de la gendarmerie nationale à nous sensibiliser sur la question", a confié à TICsanté le Dr Nicolas Homehr, fondateur de New Health Community, qui a précisé être venu à Las Vegas avec "un ordinateur et un téléphone vierge" ainsi qu'une clé USB et un disque dur externe "ultra sécurisé".

Hilaire Fossé a reconnu avoir également "briefé" les jeunes pousses de Nouvelle-Aquitaine sur le sujet.

Faire le tri pour "privilégier la qualité"

Il a confirmé que la santé et le numérique étaient un "domaine qui monte" parmi les start-up de sa région. Sur les 28 entreprises accompagnées par le conseil régional, six sont actives dans ce secteur.

On peut citer Ullo, qui produit un "bac à sable" lumineux et connecté s'adaptant aux émotions des patients souffrant de troubles cognitifs pour les aider à se relaxer et à se concentrer avant une consultation, ou Icohup, qui a conçu un détecteur de radioactivité de poche pouvant être utilisé comme outil de radioprotection en médecine nucléaire, en radiothérapie ou dans la gestion des déchets hospitaliers.

Pour le CES 2019, le responsable régional de l'écosystème de start-up de Nouvelle-Aquitaine a déclaré avoir "privilégié la qualité à la quantité", répondant ainsi aux critiques sur une présence de la French Tech très forte à Las Vegas, mais pas toujours très qualifiée.

"Nous avons sélectionné des start-up qui avaient effectivement un niveau de maturité suffisant pour être capable d'avoir une vraie proposition de valeur, un produit ou service qui peut déjà être testé dans un contexte précis", a-t-il souligné.

Des financements plus difficiles à trouver pour la Health Tech

Joëlle Seux, responsable des actions internationales de l'agence de développement économique Auvergne-Rhône-Alpes, a indiqué que sa région contribuait à hauteur de 50% du coût du billet d'avion, de l'hôtel et du stand des start-up accompagnées.

Comme la région Grand Est, Auvergne-Rhône-Alpes a fait le choix d'avoir son propre espace d'exposition, à l'écart du pavillon French Tech, car cela lui revenait moins cher, a-t-elle expliqué.

"Nous avons préféré emmener plus d'entreprises et moins dépenser d'argent sur l'infrastructure", a-t-elle justifié, alors que plusieurs critiques ont été formulées sur le manque de notoriété internationale des régions françaises, par rapport à la mention French Tech, beaucoup plus visible.

Parmi les entreprises de la région actives dans le secteur de la santé figurent Diabeloop et son pancréas artificiel, Meersens, qui a conçu un objet connecté pour la mesure de l'environnement ambiant, de l'eau et des allergènes dans l'alimentation pour prévenir les risques pour la santé, ou encore SameSame, qui commercialise Gong, application de communication basée sur l'image pour les personnes aphasiques post-AVC (accident vasculaire cérébral).

La principale difficulté pour ces jeunes pousses, qui est visible "dans la santé encore plus qu'ailleurs", est de lever des fonds au-delà des financements d'amorçage, a analysé Joëlle Seux.

"A partir du moment où elles ont passé la preuve de concept, elles doivent souvent se tourner vers des fonds étrangers pour se financer, avec parfois le risque de les voir déplacer leur siège social dans un autre pays. C'est un vrai challenge pour les régions comme pour l'Etat français", a-t-elle déploré.

Pour la région Nouvelle-Aquitaine, Hilaire Fossé a dressé le même constat. "Nous n'avons aucun problème d'amorçage, mais les difficultés commencent à arriver sur les levées de fonds en série A", a-t-il confirmé, expliquant vouloir davantage développer la politique d'ingénierie financière au niveau régional.

Raphael Moreaux
raphael.moreaux@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

En bref

Grand Est: André Bernay nommé directeur du groupement d'intérêt public Pulsy

André Bernay, ex-secrétaire général de l'agence régionale de santé (ARS) Grand Est, a été nommé directeur du groupement d'intérêt public (GIP) Pulsy, qui rassemble les anciennes structures d'appui au développement de l'e-santé d'Alsace, de Champagne-Ardenne et de Lorraine.

0 261

E-santé

CES 2019: la santé connectée aura une place de choix à Las Vegas

PARIS (TICsanté) - La santé connectée fera partie des secteurs phares du millésime 2019 du Consumer Electronics Show (CES), le salon international de la tech, qui se tiendra du mardi 8 au vendredi 11 janvier à Las Vegas (Nevada).

0 362

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
1 + 8 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
https://www.evolucare.com/articles/salon-sfar2019-palais_des_congres.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=sfar2019

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • Sommet European AI for Health

    Le 05/09/2019

  • 7èmes Rencontres du progrès médical

    Le 10/09/2019

  • Université des déserts médicaux et numériques

    Du 20/09/2019 au 21/09/2019

  • Catel Paris 2019

    Le 03/10/2019

  • 5ème Colloque cybersécurité en santé

    Le 03/10/2019

  • FASN Hôpital du futur

    Le 03/10/2019

  • 2ème SOPHI.A Summit

    Du 20/11/2019 au 22/11/2019