https://vieviewer.com/

Systèmes d'information

DĂ©but en 2019 des tests pour le projet SI Parcours sur l'AVC

0 1095

ISSY-LES-MOULINEAUX (Hauts-de-Seine), 20 décembre 2018 (TICsanté) - Les tests pour le projet "Système d'information (SI) Parcours" débuteront en 2019 avec la prise en charge de l'accident vasculaire cérébral (AVC) à la phase aiguë pour un déploiement dans les agences régionales de santé (ARS) en 2020 et une déclinaison à d'autres pathologies, a-t-on appris lors de la journée des filières AVC à Issy-les-Moulineaux.

Lors de cette réunion organisée en marge du congrès de la Société française neurovasculaire (SFNV) qui s'est tenu mi-novembre, Didier Hève de l'ARS Occitanie et chef de projet de mission ministérielle à la délégation à la stratégie des systèmes d'information de santé (DSSIS) est venu présenter ce projet en cours et expliquer en particulier en quoi la "datavisualisation" était un outil d'aide à la décision.

"L'objectif de SI Parcours est d'accompagner les professionnels, les médecins experts et référents en ARS pour commencer, leur apporter un éclairage sur les parcours de soins, selon les territoires, les périodes."

"On débute avec les AVC puis on déclinera l'outil sur 35 pathologies chroniques ou des populations cibles, comme les personnes âgées. L'outil sera déployé en 2020 dans les ARS puis auprès des professionnels de santé dans les GHT, sous réserve des autorisations", a indiqué Didier Hève. A terme, l'outil pourrait être étendu à la ville et au médico-social.

Il utilise des données issues du Système national des données de santé (SNDS), des registres si nécessaires et des données territoriales ou d'établissement (accessibilité, finances, qualité des soins...). Il se veut "interactif et réactif".

La datavisualisation consiste à "rendre visibles les parcours dans les territoires", sous la forme de cartes, de graphiques et de tableaux interactifs, afin d'identifier les points de rupture dans ces parcours patients pour analyser les événements en amont et en aval, à la fois dans les parcours interhospitaliers et intrahospitaliers, ville-hôpital et médico-social.

Cela permet de "visualiser les décisions et leurs conséquences, en termes par exemple d'hospitalisations, de dépendance, de décès..."

Didier Hève a présenté des simulations faites pour l'ARS Centre-Val de Loire, site pilote du projet, à partir de données recueillies sur 2015-2017. Les problématiques concernant la prise en charge de l'AVC à différents niveaux du parcours de soins, de la prévention au suivi après le retour au domicile, ont été identifiés.

Un guide a été élaboré avec les professionnels de santé à destination des utilisateurs non spécialistes des data. Par exemple, l'outil permet de visualiser à partir d'un point de rupture identifié, comme la consultation post-AVC, les parcours de soins dans les territoires à la fois pour les patients qui ont été pris en charge en unité neurovasculaire (UNV) et ceux qui n'en ont pas bénéficié.

Dans cet exemple de la consultation post-AVC, les données peuvent être représentées sous forme de flux montrant la répartition des patients en fonction du service de sortie (SSR neurologie, SSR gériatrie, SSR polyvalent), de tableaux présentant la distribution des patients selon le type d'AVC, selon les territoires, l'âge et pour chaque, la répartition UNV et hors UNV.

Il est également possible de visualiser ces différents types de données (flux de patients, distributions des patients) pour un territoire en particulier. Les données sont présentées sous forme de tableaux, avec par exemple la répartition des séjours dans les différents établissements du territoire, les points de rupture spécifiques, les cartes de la répartition des médecins et des kinésithérapeutes...

L'analyse de l'ensemble des données permet de mettre en relation les actions en amont et les conséquences en aval, de les comparer par territoire, établissement, période et/ou référentiel et d'identifier les acteurs de terrain afin de proposer des actions adaptées et ciblées et optimiser les parcours des patients.

"C'est un éclairage qui montre une corrélation. Il n'établit pas de lien de cause à effet mais permet de s'interroger", a fait observer Didier Hève.

Dans sa nouvelle version, l'outil permettra aussi de comparer les données pour l'AVC et celles pour l'AIT (accident ischémique transitoire), de faire une sélection selon l'âge, de disposer de statistiques pour l'IRM...

ld/ab/nc

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Acteurs

Cybersécurité: priorité à la formation et à la sensibilisation des acteurs de santé

PARIS (TICsanté) - En matière de cybersécurité, "il faut former et sensibiliser les acteurs de santé à la sécurité des données, et provoquer un changement culturel", a prôné Gilles Castéran, directeur exécutif d'Accenture Security France, lors d'une table ronde organisée par le think tank Renaissance numérique et l'éditeur de logiciels antivirus Kaspersky le 25 octobre.

0 878

Systèmes d'information

Entrepôts de données de santé: les CHU du Grand Est tendent vers un dispositif régional

NANCY, METZ, STRASBOURG (TICsanté) - Dans le Grand Est, les CHU de Nancy, Metz-Thionville et Strasbourg oeuvrent à la mise en place de mêmes outils et à appliquer un protocole unique vis-à-vis du stockage et traitement de données de santé et, en attendant la naissance d'un entrepôt de données de santé (EDS) régional, chaque CHU installe le sien.

0 627

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
9 + 9 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • VPH 2020

    Du 24/08/2020 au 28/08/2020

  • SIDO 2020

    Du 03/09/2020 au 04/09/2020

  • JournĂ©e En avant la e-santĂ© 2020

    Le 22/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021

https://vph2020.sciencesconf.org