https://www.nehs-digital.com/santexpo/

Systèmes d'information

Doctolib répond aux accusations de "parasitisme commercial" portées par l'UFML

1 714

PARIS, 31 octobre 2018 (TICsanté) - Le directeur de la stratégie de Doctolib, Julien Méraud, a réfuté le 30 octobre auprès de TICsanté les accusations de "parasitisme commercial" portées par l'Union française pour une médecine libre (UFML) à l'encontre de la plateforme, précisant avoir accepté de procéder à plusieurs modifications techniques dans une "volonté d'apaisement".

Dans un communiqué diffusé le 29 octobre, l'UFML a accusé le service d'annuaire et de prise de rendez-vous en ligne de "détournement de patientèle" et de "parasitisme commercial", défini par la Cour de cassation comme "l'ensemble des comportements par lesquels un agent économique s'immisce dans le sillage d'un autre afin de tirer profit sans rien dépenser de ses efforts et de son savoir-faire".

Elle s'appuie notamment sur l'expérience de plusieurs médecins relayée dans des vidéos publiées sur Youtube par le Dr.Bertrand Legrand, médecin généraliste à Tourcoing (Nord).

Après s'être désabonnés du service Doctolib, ces médecins ont constaté qu'en recherchant leur nom, prénom et le terme "Doctolib" sur Google, le moteur de recherche affichait en deuxième réponse une page proposant des rendez-vous avec plusieurs autres médecins de la même spécialité et exerçant dans la même zone géographique.

Cette redirection des flux de recherche vers des médecins abonnés au service a été "corroboré par constat d'huissier à la demande de l'UFML", a précisé l'organisation syndicale non représentative dans son communiqué.

Elle s'est aussi alarmée du fait que lorsqu'un médecin demande à ne plus être référencé dans le service d'annuaire de Doctolib, la page comprenant ses coordonnées continue à apparaître dans les résultats proposés, mais redirige in fine vers la page d'accueil de la plateforme.

Dans une note mise en ligne lundi, Stanislas Niox-Chateau, fondateur de Doctolib, a répondu aux accusations portées par le Dr Legrand, assurant qu'"il n'y a aucun détournement de patientèle, ni parasitisme".

Il a notamment expliqué que le cas d'un patient recherchant sur Google le nom et le prénom d'un médecin avec la mention "Doctolib" "ne se présente jamais".

Contacté par TICsanté, le directeur de la stratégie de la plateforme, Julien Méraud, a expliqué avoir déjà eu plusieurs contacts avec l'UFML la semaine dernière, avant la diffusion de leur communiqué.

Il a regretté de "fausses accusations", tout en expliquant avoir voulu se montrer "à l'écoute" des préoccupations de certains médecins en procédant à certaines modifications techniques.

Il a mis en avant le caractère inconnu des règles de référencement de Google et le temps que le moteur de recherche peut mettre à déréférencer certaines pages, pour expliquer que certains désabonnements puissent tarder à prendre effet dans les résultats affichés.

Il a par ailleurs assuré que les équipes techniques de Doctolib ont travaillé "pendant deux jours" pour régler le problème de la redirection réalisée par Google vers une page affichant des médecins de la même spécialité et de la même ville. A présent, les recherches "nom + prénom + Doctolib" pour des médecins désabonnés mènent à la page d'accueil de Doctolib.

L'UFML prend acte

Une "deuxième modification" a été réalisée le 29 octobre par Doctolib. Elle a porté sur la redirection des internautes vers une page d'erreur, plutôt que vers la page d'accueil de Doctolib, lorsque ceux-ci souhaitent accéder à la fiche annuaire d'un médecin qui a demandé le retrait de ses coordonnées du site.

"Nous ne pensons pas que c'est le meilleur service à rendre aux patients, mais nous allons le faire pour apaiser les choses, même si nous aurions préféré consacrer ce temps à innover pour les professionnels de santé", a expliqué Julien Méraud.

Doctolib a répondu favorablement à une autre demande de l'UFML qui consistait à retirer le référencement sur son site de professions médicales non réglementées.

Dans un deuxième communiqué diffusé le soir du 29 octobre, l'UFML a pris acte des réponses apportées par Doctolib, précisant qu'elle "veillera" à leur "application totale et continue".

Le Dr Legrand a pour sa part publié un tweet le 30 octobre, remerciant le fondateur de Doctolib, Stanislas Niox-Chateau, pour "son écoute et sa rapidité de réaction". "Doctolib a mis en oeuvre un référencement plus respectueux de l'éthique professionnelle des médecins", a-t-il salué.

rm/ab

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Coronavirus: inquiétude autour de la protection des données après l'assouplissement temporaire de la téléconsultation

PARIS (TICsanté) - Le décret publié le 10 mars au Journal officiel, assouplissant jusqu'au 30 avril les dérogations aux modalités de réalisation des actes de télémédecine pour répondre à la crise du Covid-19, inquiète les spécialistes de la protection des données de santé.

3 1905

Politique

Télémédecine: le Cnom appelle à faire évoluer l'avenant n°6 face à l'épidémie de coronavirus

PARIS (TICsanté) - Le président du Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom), Patrick Bouet, appelle les partenaires conventionnels à "faire évoluer" l'avenant n°6 à la convention médicale "dans les jours et semaines qui viennent" pour faire face à l'épidémie de coronavirus Sars-CoV-2, a-t-il indiqué à TICsanté le 4 mars.

0 5193

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (1)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
7 + 5 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • SANTEXPO LIVE

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021