https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
http://4axes.fr/?xtor=SEC-200

E-santé

Med-eShare mise sur le logiciel du médecin pour collecter et partager la donnée de santé

0 274

PARIS, 24 août 2018 (TICsanté) - En proposant aux médecins libéraux un nouveau logiciel de gestion de cabinet gratuit, connecté à une plateforme Cloud, la start-up Med-eShare espère constituer une base de données de santé et monétiser le partage de ces données anonymisées avec les autorités de santé, les chercheurs et les industriels, a expliqué Jean-François Lanièce, CEO de Med-eShare, lors d'une conférence de presse organisée en juillet.

"La donnée de santé est partout, mais elle n'existe nulle part. En tout cas, elle est très difficilement accessible", a noté le cofondateur de Med-eShare, start-up fondée en 2016 avec l'ambition de "digitaliser le parcours de soins" et actuellement hébergée à l'incubateur Boucicaut à Paris.

Cette difficulté d'accès à des données structurées mêlant à la fois des données cliniques et des informations recueillies en vie réelle par le biais d'objets connectés de santé "pose aujourd'hui problème à tous les acteurs de l'écosystème: médecins libéraux, hospitaliers, paramédicaux, institutionnels et industriels", a-t-il poursuivi.

En parallèle, les logiciels de gestion de cabinet utilisés par les médecins "ont vieilli". "Près de 95% des médecins utilisent des logiciels installés sur leur poste de travail, la plupart ayant des capacités de communication limitées avec d'autres applicatifs", a observé Jean-François Lanièce.

Face à ce constat, la jeune pousse a développé un modèle original à partir d'une plateforme cloud alimentant plusieurs services, allant du logiciel de gestion de cabinet à une sorte de dossier médical partagé (DMP), en passant par des outils de télémédecine.

Le premier outil proposé par la start-up est le logiciel de gestion de cabinet pour les médecins Med-eShare*, développé à partir du logiciel en ligne Medaplix et proposé gratuitement aux professionnels.

Disponible sur un ordinateur ou sur tablette, il contient toutes les fonctionnalités habituelles d'un outil de gestion du dossier patient sur le plan administratif et médical et a obtenu la certification logiciel d'aide à la prescription (LAP). Il permet aussi de gérer la facturation et la transmission des feuilles de soins électroniques (FSE).

Med-eShare a aussi développé une application mobile pour le patient, décrit comme "une fenêtre sur le dossier médical détenu par le médecin", présentant des comptes rendus de consultation ou encore l'historique des prescriptions réalisées. "A terme, l'application permettra aussi de se connecter avec son hôpital, et les patients pourront s'en servir pour récupérer leurs données", a expliqué Jean-François Lanièce.

Le professionnel de santé utilisateur peut aussi utiliser son logiciel et l'application mobile du patient pour lui transmettre des messages sanitaires.

A terme, Med-eShare entend également développer plusieurs connecteurs à sa plateforme cloud pour permettre aux infirmiers, pharmaciens et hôpitaux d'accéder au dossier d'un patient, afin de "faciliter le partage des données et la coordination des professionnels", notamment dans les prises en charge en ambulatoire.

Monétiser l'accès aux données anonymisées

"L'accès aux données cliniques et de vie réelle est la plus grande opportunité d'amélioration immédiate de la santé publique", a estimé Jean-François Lanièce.

C'est sur cette partie de son activité que la start-up Med-eShare entend réaliser du chiffre d'affaires. Une fois qu'elle aura atteint un nombre suffisant de médecins utilisateurs de son logiciel de cabinet, elle proposera aux établissements de santé, aux autorités et aux industriels d'accéder à des données anonymisées issues des dossiers médicaux entretenus par les médecins pour "piloter leur marché", "répondre aux demandes des autorités" ou "mettre en place des études".

Le service sera proposé "en toute sécurité" et "en conformité avec le règlement général européen sur la protection des données personnelles [RGPD]", a précisé le fondateur de Med-eShare.

Deux offres sont pour l'instant envisagées pour le partage de données: un abonnement mensuel permettant d'accéder en temps réel à un "cube de données" comprenant des informations sur les prescriptions, les indications, les profils du médecin et du patient, et un abonnement récurrent pour le suivi dans la durée d'une cohorte de patients dans le cadre d'études et de recherches, a détaillé Jean-François Lanièce.

Objectif de 500 médecins utilisateurs en 2019

Il a mis en avant l'intérêt de "maîtriser le logiciel" utilisé par les médecins pour disposer de données médicales longitudinales structurées et interopérables, se plaçant en concurrence directe avec les sociétés IQVIA ou OpenHealth Company.

La start-up s'est donné 18 mois pour atteindre les 500 médecins utilisateurs, soit environ 1 million de dossiers patients et plus de 200.000 prescriptions réalisées chaque mois sur son logiciel de gestion du cabinet. Ce seuil est suffisant, selon Jean-François Lanièce, pour disposer de données représentatives à l'échelle nationale et proposer de premiers accès aux industriels, chercheurs et institutionnels.

"Il faudra disposer d'au moins 1.200 utilisateurs si l'on veut avoir des données précises et représentatives au niveau régional", a-t-il ajouté.

Med-eShare a déjà levé près de 350.000 euros mais souhaite rapidement atteindre les 2 millions d'euros pour financer ses deux premières années d'exploitation.

rm/nc

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Les ARS ont financé 344 projets de télémédecine en 2017

PARIS, 28 novembre 2018 (TICsanté) - Les agences régionales de santé (ARS) ont en 2017 dépensé 22,76 millions d'euros pour 344 projets de télémédecine, au titre du fonds d'intervention régional (FIR), selon un bilan du fonds publié le 19 novembre.

0 286

E-santé

Intelligence artificielle en santé: le président du CCNE appelle à la vigilance

PARIS, 27 novembre 2018 (TICsanté) - Le Pr Jean-François Delfraissy, président du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), a appelé le 19 novembre à être "très vigilant" sur le fait que les enjeux liés à l'usage de l'intelligence artificielle (IA) en santé soient traités lors de la future révision de la loi de bioéthique.

0 391

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
5 + 9 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
http://www.corwin.eu/actualite/fehap2019.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=fehap2019

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • 2ème SOPHI.A Summit

    Du 20/11/2019 au 22/11/2019

  • 3ème édition des Entretiens de Galien

    Du 27/11/2019 au 28/11/2019

  • Grand Prix mondial de la télémédecine

    Le 05/12/2019

  • Révolution Pharmatech

    Le 09/12/2019

  • Consumer Electronics Show (CES) 2020

    Du 07/01/2020 au 10/01/2020

  • Hacking Health Camp 2020

    Du 20/03/2020 au 22/03/2020

  • 8e congrès de l'Apssis

    Du 31/03/2020 au 02/04/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 26/05/2020 au 28/05/2020