https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
https://vieviewer.com/

E-santé

La FHF signe un partenariat avec la Société française de télémédecine

2 150

PARIS, 21 novembre 2016 (TICsanté) - La Fédération hospitalière de France (FHF) et la Société française de télémédecine (SFT-Antel) ont annoncé le 16 novembre, lors d'une conférence de presse, avoir signé ce même jour une convention cadre de partenariat.

"Cette convention-cadre de partenariat est un engagement fort, sur le principe. Mais elle est aussi structurante, en matière d'accompagnement, sur le terrain, des établissements de soins et médico-sociaux", a fait valoir le délégué général de la Fédération hospitalière de France (FHF), David Gruson.

"Elle nous donne la possibilité de décliner sur le terrain les axes majeurs de coopération sur lesquels nous nous sommes engagés. Des actions en matière d'accompagnement des acteurs, de formation, ou encore de veille et de prospective, vont ainsi pouvoir être mises en place", a ajouté le président de la SFT-Antel, le Pr Thierry Moulin.

"La télémédecine change les organisations. Elle a un rôle structurant, notamment en matière de gradation des soins. Au-delà des gains possibles en matière d'efficience financière, son déploiement doit aussi se concevoir en termes de possibles transferts de compétences et d'apports de bonnes pratiques, et de possible décloisonnement ville-hôpital", a-t-il insisté.

PLFSS 2017: des "avancées" insuffisantes pour la FHF

Cette conférence de presse a aussi été l'occasion, pour la FHF, de redire son souhait d'un "déverrouillage du modèle économique de la télémédecine" dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2017.

En l'état, l'article 47 du PLFSS pour 2017 prévoit la prorogation d'un an du financement des expérimentations de télémédecine et l'élargissement de leur périmètre à l'ensemble du territoire, rappelle-t-on, (voir dépêche du 28 septembre 2016)

C'est un article "qui va dans le bon sens. Mais insuffisant dans le sens où il ne fait que pousser les expérimentations au lieu de les généraliser", a estimé le président de la FHF, Frédéric Valletoux. "Si cette avancée constitue un premier pas", il reste "du chemin à parcourir pour atteindre l'objectif d'un déverrouillage complet", a-t-il ajouté.

"Depuis la loi HPST [hôpital, patients, santé et territoires], la télémédecine est reconnue comme un mode d'exercice de la médecine. Le cadre juridique est clair. Mais financièrement, le droit n'a pas suivi", a pour sa part déploré David Gruson, regrettant l'absence "d'incitation financière" au déploiement de la télémédecine pour les établissements.

"Il faut construire un modèle de substituabilité, comme pour la chirurgie ambulatoire", a-t-il insisté.

Le délégué général de la FHF a par ailleurs jugé que l'élaboration en cours des projets médicaux partagés des groupements hospitaliers de territoire (GHT) plaidait pour un déverrouillage "rapide" du modèle économique de la télémédecine.

"Son absence, dans le cadre du PLFSS pour 2017, privera les acteurs de terrain de leviers d'action majeurs", a-t-il estimé.

"Le cadre juridique est là. Nous avons toutes les armes... mais elles resteront à nos pieds sans déverrouillage financier" a-t-il insisté.

"L'assurance maladie fait l'erreur de considérer la télémédecine un peu comme un médicament - en demandant des évaluations médico-économiques, comme elle le fait pour les médicaments. Elle a tort. La télémédecine n'est pas un médicament, mais une organisation", a estimé le Dr Pierre Simon, ancien président de la SFT-Antel et coresponsable de la mission "FHF-télémédecine" (voir dépêche du 8 septembre 2016).

Pierre Simon a par ailleurs annoncé "avoir appris mardi, à la DGOS [direction générale de l'offre de soins], que les cahiers des charges des expérimentations par télésurveillance sortiraient fin novembre".

ed/ab/

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

Le premier écosystème français d'IA pour l'imagerie médicale prévu "au premier semestre 2019" (FNMR)

PARIS, 22 novembre 2018 (TICsanté) - La base de données du premier écosystème d'intelligence artificielle d'imagerie médicale, "DRIM France IA", pourrait voir le jour "au premier semestre 2019", a-t-on appris fin octobre auprès de Jean-Philippe Masson, président de la Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR).

0 338

En bref

Vienne: la prise de rendez-vous en ligne intégrée à la plateforme ville-hôpital Hôpitaux86

Un système de prise de rendez-vous en ligne sera intégré prochainement à Hôpitaux86, une plateforme de partage des données entre les établissements de santé, les médecins de ville et les patients dans la Vienne, a annoncé le 9 novembre Jean-Jacques Sallaberry, directeur adjoint du système d'information (SI) et du dossier patient au CHU de Poitiers et délégué à la protection des données.

0 248

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (2)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 9 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
http://imaging.evolucare.com/Evolucare_aux_JFR_1.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=jfr2019

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • E-Health World Monaco

    Du 15/10/2019 au 17/10/2019

  • 4èmes Rencontres hospitalo-universitaires de santé connectée

    Le 17/10/2019

  • 2ème SOPHI.A Summit

    Du 20/11/2019 au 22/11/2019