https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniereticsanteseptembresite&utm_term=&utm_content=

E-santé

Santé connectée: la France en queue de peloton du "Future Health Index" bâti par Philips

0 308

PARIS, 20 juin 2016 (TICsanté) - Philips a annoncé le 9 juin la publication de son premier "index de la santé du futur" réalisé avec l'Ipsos, au sein duquel la France se classe 10ème des 13 pays analysés, notamment du fait d'un faible indice d'adoption des dispositifs de santé connectée.

Cette première édition du "Future Health Index" (FHI) repose sur une étude réalisée par l'Ipsos dans 13 pays (Australie, Brésil, Chine, France, Allemagne, Japon, Pays-Bas, Singapour, Afrique du Sud, Suède, Emirats arabes unis, Royaume-Uni, Etats-Unis) auprès de 2.600 professionnels de santé et 25.000 patients*.

Elle vise à évaluer le positionnement de ces pays sur les réponses à apporter sur le long terme aux problèmes de santé mondiale, "en particulier par le biais de l'intégration des soins et des technologies de santé connectée", a détaillé Philips dans un communiqué de presse.

Chaque pays s'est vu attribuer un score sur une échelle de 0 à 100, établi par la moyenne de trois indices spécifiques: l'accès au continuum de santé, l'intégration du système de santé et l'adoption des dispositifs de santé connectée.

Classée 10ème avec un score total de 54,6, la France devance légèrement l'Allemagne (54,5), le Brésil (50,6) et le Japon (49). En tête du classement figurent les Emirats arabes unis (65,3), les Pays-Bas (58,9) et la Chine (58,1).

L'Hexagone enregistre son plus mauvais score sur l'adoption des dispositifs de santé connectée (42,6), se classant 11ème devant l'Allemagne (41,5) et le Japon (38,4), et loin derrière les Emirats arabes unis (63,9) et la Chine (52,1).

Cette adoption des TIC dans le secteur de la santé "semble compromise par leur coût", considéré comme un obstacle au développement de la santé connectée par 48% des patients interrogés en France, explique Philips.

La société d'équipement médical relaye aussi sur ce point "des inquiétudes quant aux ressources nécessaires pour répondre aux besoins connexes tels que la formation et la protection des données, facteurs alimentant des préoccupations communes à tous les pays".

Du côté des professionnels de santé français, seulement 31% des personnes interrogées pensent que tout le monde bénéficiera de la technologie de santé connectée à l'avenir. Une large majorité (58%) craint que l'avènement des soins connectés les oblige à être disponibles pour les patients 24h/24 et 7 jours/7.

"Deux professionnels de santé sur trois (66%) pensent que les technologies de santé connectées alourdiront leur charge de travail en les inondant de données inutiles, et 60% estiment que ces technologies seront anxiogènes pour les patients qui recevront une surabondance de données relatives à leur santé", a relevé Philips.

Cette transmission des données commence pourtant à rentrer dans les pratiques, 59% des professionnels de santé français interrogés déclarant avoir reçu de leurs patients des données captées par des dispositifs connectés.

Parmi eux, 65% ont constaté que ce partage de données avait incité les patients à se conformer au traitement, et 53% ont profité de ces informations pour "fixer aux patients des objectifs mesurables".

"Cette étude sera reconduite chaque année afin de mesurer les évolutions de perception et d'analyser les tendances relatives à la transformation des systèmes de santé", a annoncé Philips.

Consulter le Future Health Index 2016 réalisé par Philips et l'Ipsos (en anglais)

*Etude réalisée à partir de données quantitatives et qualitatives des systèmes de santé de chaque pays et d'"entretiens approfondis" avec les patients et professionnels de santé, menés par l'Ipsos entre le 24 février et le 8 avril 2016 par Internet et par téléphone dans la langue maternelle des personnes interrogées. Des entretiens d'une durée de 30 à 45 minutes ont également été organisés du 7 mars au 11 avril 2016 avec des professionnels de l'assurance et des responsables politiques (entre 8 et 10 interlocuteurs par pays)

rm/ab

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Acteurs

CES 2020: Sensoria Analytics recherche des débouchés pour son outil de prévention des maladies cardio-vasculaires

LAS VEGAS (TICsanté) - Au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, la start-up Sensoria Analytics recherchait des partenaires commerciaux pour Cardiosensys, son outil de prévention des maladies cardiovasculaires, a expliqué à TICsanté Slah Aridhi, son fondateur et CEO.

0 798

Acteurs

Comment Mdoloris peut mesurer la douleur grâce à l'intelligence artificielle

LILLE (TICsanté) - Fondée en 2010, la start-up lilloise Mdoloris développe un dispositif médical qui évalue la douleur chez le patient hospitalisé "afin de calibrer la dose de produits antidouleur et éviter les effets indésirables d'un sur ou sous-dosage de ces drogues", a expliqué à TICsanté le fondateur de la jeune pousse, Fabien Pagniez.

0 750
https://www.lacharente.fr/boite-a-outils/emploi/medecin-generaliste/

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
5 + 9 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/
https://esante.pharmagest.com/blog/pharmagest-diatelic-organise-son-symposium-au-congres-sfndt-le-8-octobre/

Les offres APMjob.com

https://www.dedalus-france.fr/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • JournĂ©e En avant la e-santĂ© 2020

    Le 22/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021