Quelques perturbations mineures sont prévues ce week-end, veuillez nous en excuser.

https://vieviewer.com/

SystĂšmes d'information

Modernisation des SI des Samu : l'Asip santé présente son "plan de bataille"

0 414

(Par Raphaël MOREAUX, au 10Úme congrÚs de la médecine d'urgence)

PARIS, 6 juin 2016 (TICsanté) - L'Agence des systÚmes d'information partagés de santé (Asip santé) a présenté le 2 juin son "plan de bataille" pour l'étape "construction et pilote" du programme de modernisation des systÚmes d'information (SI) et de télécommunication des services d'aide médicale urgente (Samu) à l'occasion du 10Úme congrÚs de la médecine d'urgences au Palais des congrÚs à Paris.

L'Asip santé a organisé dans le cadre du congrÚs sa "troisiÚme conférence des Samu". Elle y a dressé un bilan de l'étape d'amorçage du programme qui vient de s'achever et présenté la méthode employée pour construire une solution unique pour les SI des Samu et prévoir sa trajectoire de déploiement.

A la suite du rapport de Pierre Mardegan sur la modernisation des Samu rendu public en juillet 2010, la direction générale de l'offre de soins (DGOS) avait confié en 2011 une mission à l'Asip santé sur la modernisation des systÚmes d'information et de télécommunication des Samu, rappelle-t-on.

Ce programme, qui prĂ©voit la mise en oeuvre d'une solution unique et mutualisĂ©e, est entrĂ© dans sa phase de rĂ©alisation en septembre 2014 (voir dĂ©pĂȘche du 12 janvier 2015). Onze Samu ont Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ©s pour participer Ă  la phase pilote du programme, avant l'Ă©tape de dĂ©ploiement national (voir dĂ©pĂȘche du 27 mai 2015).

Un dĂ©cret publiĂ© en dĂ©cembre 2015 a confiĂ© sa gestion Ă  l'Asip santĂ©, qui bĂ©nĂ©ficie d'un "droit exclusif limitĂ©" pour sa mise en oeuvre (voir dĂ©pĂȘche du 21 dĂ©cembre 2015).

Le programme a reçu un "avis conforme et sans réserve" de la direction interministérielle du numérique et du systÚme d'information et de communication de l'Etat (Dinsic), a rapporté Céline Schnebelen, chargée de mission Samu à la direction générale de l'offre de soins (DGOS), présente lors de la conférence organisée par l'Asip santé.

Rattachée à Matignon, la Dinsic doit donner un avis sur tout projet informatique de l'Etat supérieur à 9 millions d'euros. Elle a évalué le coût complet du programme SI-Samu à 243 millions d'euros, a indiqué le directeur de l'Asip santé, Michel Gagneux.

"Ce projet rentre parmi les principaux projets informatiques de l'Etat de par sa complexitĂ© et son ampleur. Si bien qu'il est sur le point d'ĂȘtre inscrit sur la liste des projets dits 'sensibles' qui seront suivis par les services du Premier ministre", a-t-il poursuivi.

Cela constitue "une contrainte" car "il faudra rendre compte en permanence à une instance de haut niveau", mais également "une garantie" puisque "cela signifie que le gouvernement l'a pris en compte dans une programmation pluriannuelle", s'est-il félicité.

NOUVELLES FONCTIONNALITÉS

La Dinsic a assorti son avis de recommandations qui ont amené à "repenser la vision du déploiement" et à "changer de paradigme en nous forçant à apporter plus tÎt de la valeur métiers aux Samu", a expliqué Céline Schnebelen.

Cela s'est traduit par la décision de déployer des fonctionnalités complémentaires "en avance de phase", détaillées par Sébastien Bachem, directeur du projet à l'Asip santé.

Un "espace collaboratif" devra ĂȘtre mis Ă  disposition de tous les Samu "avant la fin 2018", a-t-il assurĂ©. Il permettra d'"informer sur l'actualitĂ© et l'avancĂ©e du programme", de "partager et d'accĂ©der Ă  des procĂ©dures et des protocoles de rĂ©gulation mĂ©dicale", et de disposer d'un outil de type "rĂ©seau social d'entreprise".

Un "portail de gestion de crise" permettant de "visualiser l'ensemble des moyens que les diffĂ©rents Samu ont mis Ă  disposition sur une zone gĂ©ographique" lors d'une situation d'urgence Ă  caractĂšre exceptionnel sera dĂ©ployĂ© Ă  tous les Samu "entre fin 2017 et mi-2018", a expliquĂ© SĂ©bastien Bachem. Un groupe de travail doit ĂȘtre mis en place afin de "rĂ©flĂ©chir avec les Samu" aux fonctionnalitĂ©s offertes par le portail, a-t-il prĂ©cisĂ©.

Un "opĂ©rateur de service tĂ©lĂ©com national" et "non intrusif pour les Samu" est prĂ©vu pour ĂȘtre dĂ©ployĂ© Ă  "au moins 40 Samu" avant "la fin de l'annĂ©e 2018", a-t-il poursuivi. Il viendra s'ajouter aux solutions dĂ©jĂ  existantes dans les diffĂ©rents Samu et permettra de "consolider les statistiques sur les donnĂ©es tĂ©lĂ©phoniques" et de "sĂ©curiser les appels en dĂ©tectant les situations de dĂ©bordements ou de coupure tĂ©lĂ©phonique".

L'Asip santé prévoit enfin de mettre à disposition "un premier bandeau téléphonique" aux Samu qui ne disposent pas d'outils de téléphonie avancée "entre 2018 et 2020" afin de superviser les flux téléphoniques et d'obtenir des statistiques détaillées sur les données de téléphonie.

"Ces fonctionnalités viennent compléter la trajectoire initiale de déploiement" prévue entre 2017 et 2020 pour les 11 Samu pilotes, a précisé Sébastien Bachem. Les autres Samu bénéficieront du déploiement progressivement entre 2020 et 2023 aprÚs évaluation de la solution mise en place.

CALENDRIER ET CRITÈRES DE DÉPLOIEMENT

La "planification" et le "cadrage" de ce déploiement constituent l'un des principaux objectifs de la nouvelle étape "construction et pilote" du programme.

Cette Ă©tape s'est ouverte en 2016 avec la publication des premiers appels d'offre de maĂźtrise d'oeuvre et d'assistance Ă  maĂźtrise d'ouvrage.

Afin de s'assurer que tous les acteurs de terrain (agences rĂ©gionales de santĂ© -ARS-, Samu, mĂ©decins libĂ©raux, etc.) puissent exprimer leurs besoins et avoir le mĂȘme niveau d'information sur le programme, l'Asip santĂ© organisera de juin Ă  novembre 2016 "13 sĂ©minaires rĂ©gionaux" d'une demi-journĂ©e.

Ces séminaires seront suivis de conférences téléphoniques avec chaque Samu, "si possible en présence de l'ARS", afin de "répondre aux interrogations résiduelles" et "mettre à jour les bilans technico-fonctionnels établis en 2013 pendant l'étude de faisabilité", détaille une planche de présentation de l'Asip santé.

Une "phase d'instruction de la trajectoire de déploiement" se tiendra d'août à décembre 2016 afin de réaliser la planification nationale du déploiement de la solution SI-Samu et des fonctionnalités proposées en avance de phase. Le positionnement de chacune des régions sur cette trajectoire sera notifié par la DGOS et des réunions de lancement en régions auront lieu au premier trimestre 2017.

Céline Schnebelen a cité des exemples de critÚres déjà retenus pour construire le calendrier de déploiement des différentes versions de la solution, dont "la non-régression fonctionnelle", c'est-à-dire l'impératif de ne pas déployer dans un Samu un systÚme qui soit moins mature fonctionnellement que le pré-existant.

Elle a cité le critÚre de "cohérence régionale" qui doit favoriser une homogénéité des solutions employées sur un territoire.

"Nous allons aussi prendre en compte le fait de déployer rapidement des Samu actuellement engagés avec des éditeurs dits 'à risque' parce que trop endettés techniquement", a ajouté Sébastien Bachem.

GÉRER LA TRANSITION INDUSTRIELLE

Le directeur du projet à l'Asip santé s'est dit "trÚs vigilant" sur la problématique de "transition industrielle", identifiée comme "un point de complexité".

Il s'agit de gérer le passage entre une situation de marché concurrentiel à "une solution construite par l'Etat et mise à disposition de l'ensemble des Samu", a-t-il expliqué, reconnaissant que cette démarche allait "faire plus ou moins disparaßtre" le marché des éditeurs de logiciels de régulation médicale (LRM).

Cette transition soulÚve selon lui une "double problématique". Du point de vue des Samu, il s'agit de s'assurer d'avoir des systÚmes qui fonctionnent en permanence jusqu'au passage à la solution unique et mutualisée.

Sébastien Bachem a rappelé sur ce point que "la solution SI Samu est une solution en devenir" et qu'elle doit "faire ses preuves". "Il est donc indispensable que vous mainteniez le niveau d'investissement nécessaire au maintien en condition opérationnelle de votre systÚme", a-t-il lancé aux responsables de Samu présents dans la salle.

"Ces dépenses vont continuer à faire vivre les éditeurs dont on a besoin pour assurer le relais jusqu'à l'arrivée du SI Samu", a-t-il fait valoir. Du cÎté des industriels, "il va falloir transformer les modÚles économiques" et "engager une réflexion de recomposition sur le long terme", a-t-il ajouté.

Il a prĂ©sentĂ© les leviers identifiĂ©s pour mener Ă  bien cette transition industrielle, parmi lesquels l'impĂ©ratif d'"Ă©clairer la trajectoire de dĂ©ploiement". "Un nombre important de Samu vont devoir continuer Ă  vivre avec leurs systĂšmes existants pendant au moins quatre ou cinq ans. Il est important de pouvoir donner cette vision du moment oĂč vous serez susceptibles d'arriver sur le programme", a-t-il soulignĂ©.

APPEL AUX EXPERTS DU SAMU

L'équipe de l'Asip santé présente au 10Úme congrÚs de la médecine d'urgence a souligné à plusieurs reprises l'importance des référents des Samu au sein de la gouvernance du programme afin d'élaborer le "cahier d'expression du besoin" qui décrit les fonctionnalités attendues du SI-Samu.

"Aujourd'hui nous faisons le constat d'un nombre insuffisant d'experts métiers mobilisés", a partagé Frédéric Berthier, responsable d'étude et expert métier en systÚmes d'information dans le domaine de la santé à l'Asip santé.

Il a lancé un "appel solennel" aux responsables des Samu, détaillant le "profil idéal" recherché: un homme ou une femme entre 35 et 50 ans, ayant au moins 10 ans d'expérience dans un Samu à moins de deux heures Paris et "qui n'est pas allergique à l'informatique".

Les référents des Samu contribuent à la gouvernance du programme au sein du comité de suivi métier médecine d'urgence (CSM-MU) et participent aux groupes de travail thématiques mis en place par l'Asip santé, rappelle-t-on.

rm/eh/ab

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

En bref

Urgences: AgnÚs Buzyn veut intégrer la vidéo à distance dans tous les Samu

La ministre des solidarités et de la santé, AgnÚs Buzyn, a présenté le 9 septembre un "pacte de refondation des urgences" pour répondre à la crise des urgences, dans lequel elle prévoit d'intégrer la vidéo à distance dans tous les Samu.

0 674

E-santé

La Sarthe parie sur la télémédecine pour faciliter l'accÚs aux soins

LE MANS (TICsanté) - L'agence régionale de santé (ARS) Pays de la Loire, les collectivités locales et les professionnels de santé de la Sarthe se mobilisent pour déployer largement la télémédecine afin d'améliorer l'accÚs aux soins des Sarthois, ont-ils fait savoir lors d'une conférence de presse organisée en juillet au centre hospitalier (CH) du Mans.

0 747
https://www.lacharente.fr/boite-a-outils/emploi/medecin-generaliste/

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
9 + 1 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • VPH 2020

    Du 24/08/2020 au 28/08/2020

  • SIDO 2020

    Du 03/09/2020 au 04/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021