https://www.nehs-digital.com

Systèmes d'information

DPI et circuit du médicament: expérience concluante au CH de Mont-de-Marsan

0 459

PARIS, 16 juin (TICsanté) - Le CH de Mont-de-Marsan (Landes) s'est lancé dans l'informatisation du dossier patient (DPI pour dossier patient informatisé) et du circuit du médicament. Lors d'une session sur "les TIC et la qualité des soins", à l’occasion du congrès européen des Systèmes d’Information de santé HIT, trois professionnels de santé de l'établissement (un cadre supérieur de santé, une pharmacienne et un informaticien) sont revenus sur cette expérience, en analysant les bénéfices de l'informatisation, les facteurs de succès, ainsi que les difficultés rencontrées tout au long de la conduite de ce projet SI.

L’informatisation du dossier patient existait au CH de Mont-de-Marsan, mais de façon insuffisante, avec des applications non interfacées. En 2006, l’établissement s'est donc doté du logiciel Crossway de McKesson, indique Nadine Capbern, cadre supérieur de santé, service qualité. Parmi les différentes fonctionnalités déployées: l'ensemble du dossier administratif, avec les mouvements et la facturation pour le dossier patient; la gestion documentaire de tous les RDV, la saisie des actes et des diagnostics au niveau des secrétariats; les observations médicales et les dossiers de spécialités pour le dossier médical des soignants; le plan de soins, les transmissions ciblées pour le dossier de soins et enfin, les prescriptions, détaille-t-elle.

A ce jour, 140 lits de médecine sont déployés pour la prescription et la production de soins, toutes les prescriptions de sortie des urgences sont faites par les urgentistes dans le logiciel Crossway, 336 lits sont réservés à la gériatrie et il existe 450 dossiers actifs avec prescription et plan de soins pour le centre pénitentiaire, cite-t-elle.

Concernant l'informatisation du circuit du médicament, Marie-Pierre Bréchet, responsable de la pharmacie, a évoqué la démarche entreprise par le CH de Mont-de-Marsan. "Nous avons élaboré un projet de sécurisation du circuit du médicament, couplant la prescription informatisée des médicaments dans un logiciel dossier patient, avec une automatisation de la dispensation et une présence accrue de l’équipe pharmaceutique dans les services", explique-t-elle. Ce projet a été institutionnalisé par l’hôpital, avec une forte implication de la direction et de l’ARH, et s'est inscrit dans le projet global d’informatisation du dossier patient. "Une démarche positive, car on se sert de la dynamique du groupe de pilotage", estime la responsable de la pharmacie.

Plusieurs déplacements dans d'autres établissements ont été nécessaires afin de trouver le bon logiciel dossier patient, se rappelle-t-elle. Une étape incontournable, selon elle, afin de rencontrer des utilisateurs, d'échanger, d'observer les difficultés sur le terrain... "Ce sont les prescripteurs qui font vivre le circuit du médicament à la source, ce sont donc eux qui choisissent le logiciel. Il faut donc s’adapter", ce d'autant plus qu'il n'existe pas de logiciel "parfait", adapté à tous les utilisateurs et que tous ont un coût, admet-elle. En outre, "plus le logiciel est riche en possibilités, plus le paramétrage est long et important", étape réussie pour le CH de Mont-de-Marsan, note-t-elle.

Avec la décision d’automatiser la dispensation, le CH de Mont-de-Marsan a dû choisir entre l'acquisition de stockeurs ou d'automates. A la suite de retours positifs d'établissements ayant utilisé des stockeurs, le CH en a commandé en 2006. Après quelques débuts difficiles et 6 mois de fonctionnement, les bénéfices sont importants. "Nous avons gagné de la place, de l'ergonomie et divisé le temps de manière phénoménale", ce qui permet au pharmacien de retrouver son coeur de métier observe-t-elle.

Avant d’installer le logiciel, le CH de Mont-de-Marsan cherchait à accéder rapidement et à tout instant au dossier patient, souhaitait l’alimenter et consulter en temps réel les informations liées au séjour des patients hospitalisés. L'établissement désirait également partager ses données administratives entre plusieurs organisations différentes, qu’elles soient administratives, cliniques ou soignantes. L'objectif du projet de SI étant d'"avoir un outil de coordination et d’intégration des processus de soins, avec la volonté de gagner en lisibilité et en traçabilité, surtout pour la prescription", indique Marie-Pierre Bréchet.

Les apports de l'informatisation du dossier patient et du circuit du médicament sont nombreux et se situent à différents niveaux: les agents d'admission ont désormais beaucoup plus de rigueur dans la gestion des identités et ont compris l’impact de leurs actions pour créer le dossier patient dès l’accueil; l’intégration du logiciel administratif et du logiciel médical permet une facturation beaucoup plus rapide; les mouvements peuvent être gérés en temps réel, avec une vue sur la disponibilité des lits performante, énumère Nadine Capbern. Le dossier patient intègre désormais tous les documents produits, assurant là encore un gain de temps pour les professionnels, qui peuvent alors le réinvestir dans la prescription informatisée. Cette dernière est libellée par le médecin et lisible, datée, signée et structurée, rapporte Marie-Pierre Bréchet. Le prescripteur bénéficie d’un accès optimisé aux éléments du dossier, le soignant a un plan de soins issu de la prescription qui va être regroupé ce qui lui permet de mieux organiser son temps de travail. Il assure la traçabilité des soins au plus près de l’action, utilise les outils de surveillance, les formulaires spécifiques et les grilles de saisie (...), ce qui responsabilise les soignants qui sont alors beaucoup plus investis, constate-t-elle.

"Ce projet a été valorisé et stratégique", indique-t-elle. Il a été marqué par une implication des équipes avec des référents issus des soins, un appui médical constant pour maintenir la continuité du projet et un travail de qualité, malgré les difficultés rencontrées, détaille-t-elle.

Hugues Alegria, informaticien au CH de Mont-de-Marsan insiste néanmoins sur le fait que "si le SI n’a pas une certaine qualité, le découragement et la démotivation peuvent apparaître rapidement". Il recommande donc que le SI soit d’un accès facile, qu'il y ait suffisamment de postes pour les utilisateurs (pour supporter des pannes éventuelles dans les services) et que certains d'entre eux soient mobiles, afin de répondre au mieux aux besoins des professionnels. En outre, il faut que l’utilisation du logiciel soit facile et adaptée à chacun (soignant, médecin, pharmacien), résume-t-il./eg/ajr

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

Les modifications du référentiel "Identifiant national de santé" approuvées par arrêté

PARIS (TICsanté) - Un arrêté publié le 8 juin au Journal officiel a approuvé les modifications apportées au référentiel "Identifiant national de santé" (INS) V2, qui encadre l'utilisation du numéro d'inscription au répertoire national d'identification des personnes physiques (dit "NIR" ou numéro de sécurité sociale) comme identifiant national de référence dans le domaine de la santé et la sphère médico-sociale.

Systèmes d'information

Almaviva Santé adopte la solution d'échange de documents médicaux de Lifen

PARIS (TICsanté) - Le groupe de cliniques Almaviva Santé va déployer la solution d'échange de documents médicaux de Lifen, a-t-il annoncé par communiqué fin mai.

0 111

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
8 + 5 =
http://www.canyon.fr/
https://groupepsih.com/business-intelligence-en-sante-hospivision/
http://www.phast.fr/live-snomedct-medicament/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 23/09/2021 au 24/09/2021