Une opération de maintenance est prévue jeudi 22 Avril 2021 entre 13h15 et 13h45. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

https://www.nehs-digital.com

Systèmes d'information

Télémédecine et télésanté: l'importance des standards et des normes

0 510

PARIS, 10 juin (TICsanté) – Emmanuel Cordonnier, président de la société ETIAM, éditeur de logiciels spécialisé dans les produits et solutions de communication en imagerie médicale, a réaffirmé "l’importance des standards et des normes pour le développement de la télésanté", à l'occasion de la journée Télésanté 2009, organisée par le Catel la semaine dernière à Paris.

Selon Emmanuel Cordonnier, également président du groupe TICS au sein du Syndicat National de l'Industrie des Technologies Médicales (Snitem), la télémédecine s’appuie sur des standards dans différents domaines: la télécommunication, l’interaction avec le patient (imagerie médicale) et l’informatique médicale. "On peut néanmoins arriver à harmoniser l’ensemble des standards, afin qu’ils soient homogènes, même s'ils sont différents entre les établissements et du domicile à l’hôpital", mentionne-t-il.

Emmanuel Cordonnier a par ailleurs été rapporteur du volet "Santé" du rapport remis par la Fédération des industries Electriques, Electroniques et de Communication (FIEEC) au gouvernement en juin 2008. Ce rapport a insisté sur le fait que "le déploiement de la télémédecine et de la télésanté n’est possible qu’avec le développement d’une réelle interopérabilité entre les équipements et les services, basée sur l’utilisation des standards internationaux".

L’exigence d’interopérabilité n’est pourtant pas inscrite dans les textes "les plus durs" imposés aux industriels, indique-t-il. Le problème réside dans la convergence entre les différents standards. C'est, selon lui, un axe sur lequel il faut travailler afin d'assurer un meilleur fonctionnement du système. Le standard Dicom est utilisé pour les équipements en imagerie mais il l'est essentiellement à l’intérieur des établissements et il ne décrit pas comment interagir avec les images à distance en temps réel, explique-t-il. Quant à l’informatique médicale, celle-ci a de plus en plus recours au standard HL7, constate-t-il. L'assemblage de ces différentes applications est un travail à l’initiative d’IHE (Integrating the Healthcare Enterprise) avec la volonté d’aller plus loin et d’intégrer les standards de télécommunication (tel que GSM), note-t-il.

S'il n'existe pas d’harmonisation du marché, Emmanuel Cordonnier observe toutefois une volonté de coopération des différents acteurs au niveau mondial. "L'harmonisation est compliquée à mettre en oeuvre, en raison du nombre important de domaines techniques à appliquer et des différents standards existants. En outre, il est plus difficile de faire coopérer ces différents domaines d'activités industrielles que les pays entre eux", souligne-t-il.

Autour de la télémédecine et de la télésanté se pose également la question de l’organisation du système. La volonté de créer sur 10-20 ans un vrai tissu industriel leader se dégage peu à peu, évoque-t-il. Le travail doit, selon lui, être continu sur 10 ans pour "tirer notre épingle du jeu". La Commission Galien ainsi que la FIEEC ont déjà affiché leur objectif: "Ensemble, faire de la France un leader mondial de la télésanté". Luc Chatel, le secrétaire d'Etat en charge de l'industrie et de la consommation a annoncé fin mai la création d’"un comité stratégique, qui aura pour mission d’identifier les marchés porteurs (...), parmi lesquels la télésanté, et de bâtir autour d’eux une véritable stratégie de croissance à moyen terme".

Les standards sont différents mais tentent de communiquer entre eux, observe Emmanuel Cordonnier.

Le marché de la télémédecine et de la télésanté reste "un marché de niche" en France, comme aux Etats-Unis, estime-t-il. "Il faut réfléchir à la manière de rendre l’ensemble de ces marchés cohérents et de se mettre d’accord pour l’organisation d’un usage", suggère-t-il.

Le président d'ETIAM a enfin émis la possibilité d'un élargissement du marché avec l’intégration de pays émergents comme l'Afrique. C'est une problématique intéressante, commente-t-il, en précisant que ces pays ne participent pas aux travaux de normalisation, en raison des coûts trop importants. Un problème également constaté en Europe, car les industriels ne sont pas aidés sur le plan financier pour participer à des travaux à l'échelon international, conclut-il./eg/ajr

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

Victime d'une cyberattaque, la Fondation Hopale ferme son centre de vaccination Covid-19 jusqu'au 20 avril

BERCK (Pas-de-Calais) (TICsanté)) - La Fondation Hopale subit actuellement une attaque informatique qui l'oblige à fermer son centre de vaccination contre le Covid-19 de Berck jusqu'au mardi 20 avril, a-t-elle fait savoir dans un communiqué publié sur son site internet le 16 avril.

Systèmes d'information

MĂ©dico-social: l'Anap et l'ATIH changent de rĂ´les par rapport au tableau de bord de la performance

PARIS (TICsanté) - "La totalité de la gestion des campagnes annuelles" du tableau de bord de la performance que doivent remplir les établissements et services médico-sociaux (ESMS) est désormais confiée à l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH), et non plus à l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap), ont annoncé les deux agences dans un communiqué commun fin mars.

0 138

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
5 + 3 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021