Une opération de maintenance est prévue jeudi 22 Avril 2021 entre 13h15 et 13h45. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

https://www.nehs-digital.com

Systèmes d'information

Enquête TNS Sofres-Cnom: plus des deux-tiers des médecins favorables au dossier médical personnel

1 529

PARIS, 3 juin (TICsanté) - Plus des deux-tiers des médecins sont favorables à la mise en place du dossier médical personnel, selon les résultats d’une enquête, conduite par TNS Sofres et diligentée par le Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom), sur l’opinion des médecins et du grand public concernant l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) en santé.

Cette enquête a été présentée mercredi, au cours d'une conférence de presse, par le Dr Jacques Lucas, vice-président du Cnom et chargé des SIS. Elle comporte un volet consacré aux médecins, effectué par téléphone auprès d'un échantillon de 300 médecins (250 libéraux et 50 hospitaliers, dont 200 généralistes et 100 spécialistes), du 9 au 17 avril. Le deuxième volet est consacré au grand public. Il a été effectué par téléphone les 15 et 16 avril auprès d'un échantillon de 1.000 individus âgés de 18 ans et plus, avec la méthode des quotas, selon le dossier remis à la presse.

Les résultats montrent que les médecins semblent favorables au développement de nouveaux outils informatiques puisqu'ils sont environ 68% à juger "utile" (33% très utile, 35% plutôt utile) la mise en place d'un dossier médical personnel. Celui-ci est alors défini comme un "dossier informatisé, sécurisé, accessible par internet, si le patient l'autorise, par les médecins et autres professionnels de santé, regroupant l'ensemble des informations médicales utiles à la coordination des soins".

Les médecins de moins de 50 ans adhèrent plus volontiers à la mise en place d'un tel dossier, 85% la jugeant utile, a précisé le Dr Jacques Lucas. Interrogés sur le développement d'une messagerie professionnelle spécifique aux médecins, construite sur le mode "@medecin.fr", étendue par la suite aux autres professionnels de santé, les médecins jugent l'initiative utile à 68% (19% très utile, 43% plutôt utile).

Les médecins semblent globalement bien équipés en outils informatiques. Environ 68% des médecins ont indiqué qu'ils se servaient d'un logiciel informatique métier "pour établir, consulter, modifier et classer les dossiers" des patients, et 66% qu'ils utilisaient une messagerie internet (professionnelle ou personnelle) pour échanger des données médicales avec leurs confrères. TNS Sofres précise que 20% des médecins de l'échantillon se déclarent "non équipés" sur ce point, 27% se disant "moyennement équipés" et 53% s'estimant "bien équipés".

Sur les 68% d'utilisateurs d'un logiciel métier, 89% déclarent que l'accès aux dossiers médicaux sur leur logiciel est sécurisé par un ou plusieurs dispositifs, à commencer par le code d'accès spécifique (67%), l'utilisation de la carte de professionnel de santé (CPS, 41%) ou tout autre moyen (6%). Sur les 66% d'utilisateurs d'une messagerie, seuls 76% affirment que l'accès en est sécurisé (contre 22% de réponses négatives et 2% de non réponse), par code d'accès (59%), CPS (16%) ou tout autre moyen (13%).

Parmi les 50 médecins hospitaliers interrogés, 31 déclarent disposer d'un dossier informatisé unique par patient, accessible à l'ensemble des professionnels de santé de leur établissement (2 personnes n'ont pas répondu). Dix-neuf d'entre eux indiquent que le SI de leur établissement garde une trace des accès aux dossiers et aux informations consultées (6 médecins n'ont pas répondu).

Par ailleurs, sollicités sur les deux principaux avantages du développement des TIC en santé pour l'exercice de la médecine grâce aux deux applications citées (dossier médical informatisé et messagerie sécurisée), les médecins évoquent une "meilleure coopération" interprofessionnelle (47%), une meilleure centralisation des informations des patients (38%), une "fluidification et une accélération des échanges" entre médecins (38%), une "plus grande mutualisation des compétences" interprofessionnelle (22%) et une transmission des données médicales plus sécurisée (16%).

Selon TNS Sofres, 91% des personnes interrogées estiment que l'utilisation des outils informatiques dans la santé constitue une bonne chose pour leur suivi médical. Ils sont sensibles à la traçabilité des accès à leurs données médicales puisqu'ils jugent "important", à 78%, d'avoir la possibilité de savoir qui a eu accès à leur dossier et quelles informations ont été consultées. De la même manière, ils sont 75% à juger "important" le fait de pouvoir savoir quels sont les messages qui ont été échangés à leur sujet par des médecins ou d'autres professionnels de santé.

Interrogés sur la légitimité de l'Etat à définir les règles de sécurité pour la protection des informations médicales stockées sur support informatique, 52% considèrent que c'est son rôle, 42% pensent l'inverse tout en estimant qu'il est "important" que de telles règles existent. Environ 4% déclarent que ces règles ne sont pas nécessaires.

Sur ce point, Jacques Lucas souligne qu'un groupe de travail regroupant des représentant des patients, de l'Ordre, de l'assurance maladie, de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) et de la mission de préfiguration de l'Agence des systèmes d'information de santé partagés (Asip) réfléchissait actuellement à une solution d'unification des procédures de recueil du consentement du patient pour l'ensemble des dispositifs (DMP, dossier pharmaceutique, historique du remboursement, etc.)/vg/eg/vr

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

MĂ©dico-social: l'Anap et l'ATIH changent de rĂ´les par rapport au tableau de bord de la performance

PARIS (TICsanté) - "La totalité de la gestion des campagnes annuelles" du tableau de bord de la performance que doivent remplir les établissements et services médico-sociaux (ESMS) est désormais confiée à l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH), et non plus à l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap), ont annoncé les deux agences dans un communiqué commun fin mars.

0 129

Systèmes d'information

Un arrêté autorise l'expérimentation du Répertoire partagé des professionnels intervenant dans le système de santé élargi

PARIS (TICsanté) - Un arrêté publié fin mars au Journal officiel autorise l'Agence du numérique en santé (ANS) à conduire l'expérimentation du Répertoire partagé des professionnels intervenant dans le système de santé élargi (RPPS+) pendant 18 mois.

0 171

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (1)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
6 + 6 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021