https://vieviewer.com/

Systèmes d'information

Le CHU de Nantes entame la deuxième phase de sa transformation numérique

0 202

NANTES (Loire-Atlantique), 19 janvier 2016 (TIC Santé) - Après la bascule de 2.000 lits d'hospitalisation vers une prescription informatique multimodale en mai 2015, le CHU de Nantes poursuit le déploiement du système d'information hospitalier Cerner Millennium dans ses services de soins palliatifs, de cardiologie, de neurologie, et d'endocrinologie, ont détaillé à TIC Santé les directeurs du projet.

Le système sera mis en place pour les services d'hospitalisation en mai prochain, puis pour les consultations à partir de septembre. Cette phase actera la bascule de 500 lits supplémentaires vers les solutions logicielles de Cerner.

Le projet nantais baptisé "Ulysse" est prévu sur cinq ans (2013-18) et représente un investissement de 20 millions d'euros.

Qualifié de "big-bang numérique" par la direction du CHU, il acte l'informatisation d'un grand nombre de procédures: dossier patient, prescription multimodale, prise de rendez-vous, gestion des lits, connexion des appareils de mesure médicaux au système d'information hospitalier ou encore développement d'un portail patient.

"Nous avons fait un important effort sur le périmètre fonctionnel et créé un partenariat d'innovation afin de répondre aux besoins du CHU de Nantes. Ce niveau d'exigence était du jamais vu en France en 2013", explique à TIC Santé Pascal Dussert, directeur de projet Cerner France, qui entend faire du centre nantais une "vitrine" de ce que sa société propose aux établissements de santé de l'Hexagone.

En mai 2015, 32 services de soins, impliquant 2.000 lits et 1.600 professionnels de santé, étaient passés à la prescription informatique de médicaments, d'imagerie, d'examens biologiques, d'actes médicaux et de soins paramédicaux.

Une bascule "unique à cette échelle en Europe", selon Thomas Lechevallier, directeur du projet Ulysse chargé de la maîtrise d'oeuvre et responsable du département applications et projets de la direction des services numériques (DSN) du CHU de Nantes.

En amont du déploiement, les logiciels ont dû être paramétrés pour l'établissement. Au-delà des paramétrages propres à chaque spécialité, les schémas de prescription ont fait l'objet de configurations précises qui proposent aux professionnels des posologies et des dosages "standards" conformes aux bonnes pratiques.

"Nous en sommes à plusieurs milliers de schémas thérapeutiques de paramétrage", estime Thomas Lechevallier.

"J'ai mobilisé deux tiers de mes équipes sur ce déploiement, renforcés par des référents métiers (infirmières, anesthésistes, pharmacien, etc.) pour faire le lien entre l'utilisateur final et les informaticiens", détaille-t-il. Soit un total de 30 personnes.

"Nous n'avons pas eu de problème majeur sur l'aspect technologique du logiciel. Le vrai souci a été l'adoption de la solution par les professionnels de santé: comment on les forme, et à quel point ils acceptent de passer du papier à l'informatique", ajoute-t-il.

Il s'agit d'un changement culturel délicat, confirmé côté maîtrise d'ouvrage par la directrice médicale du projet Ulysse, le Dr Joanna Rome-Saulnier, qui dirige et anime à plein temps une équipe de 200 personnes réparties en groupes de travail thématiques et représentatifs du terrain: "Il faut réussir à anticiper les changements organisationnels, et amener les utilisateurs du système à changer leurs pratiques".

"Il ne faut pas se faire d'illusions, ce genre de projets est toujours difficile dans les six premiers mois", reconnaît-elle.

Aidée par huit autres coordinateurs des groupes de travail réunis au sein d'un "comité de transformation clinique", le Dr Rome-Saulnier porte une attention particulière aux retours d'expérience des utilisateurs et veille à la constante amélioration du système d'information.

"Nous avons mis en place une dynamique d'évaluation des gains apportés par le projet, afin de montrer qu'il ne s'agit pas d'informatiser pour informatiser, mais que l'on améliore concrètement la qualité, la sécurité des soins et le quotidien des utilisateurs", assure-t-elle.

ATOUT POUR LA RECHERCHE MEDICALE

Fin 2016, le projet Ulysse étendra ses fonctionnalités sur la recherche médicale.

Il doit notamment faciliter l'inclusion clinique des patients, en avertissant les professionnels que le profil d'un malade répond aux critères d'éligibilité d'une étude clinique grâce aux informations contenues dans son dossier patient informatisé (DPI).

En accumulant des informations dans les bases de données du CHU, le projet Ulysse permettra aussi d'effectuer des recherches a posteriori sur le traitement d'une pathologie et d'avoir recours à de l'analyse prédictive.

"Plus on aura de données structurées dans le logiciel, plus on pourra faire de la recherche et contribuer à l'émergence d'un big data européen en santé", espère Thomas Lechevallier.

La dernière phase du projet Ulysse portera sur le recueil des actes et le programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) du CHU.

L'informatisation des procédures au CHU de Nantes s'inscrit dans le projet de construction du futur "hôpital numérique" sur l'île de Nantes, qui regroupera à l'horizon 2023-25 le CHU Hôtel-Dieu, le CHU Nord Laennec, l'Institut de cancérologie de l'Ouest (ICO) et le futur institut de recherche en santé.

Un nouvel hôpital que le directeur général actuel du CHU de Nantes, Philippe Sudreau, veut "moderne, évolutif, numérique, et respectueux de l'environnement".

rm/ab

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

Les établissements de santé sont devenus "addicts des systèmes d'information"

PARIS (TICsanté) - Transformés en "gigantesques plateformes logistiques", les établissements de santé deviennent "addicts des systèmes d'information" mais font face à des outils informatiques trop peu intégrés et peu ergonomiques, a déclaré Jean-Patrick Lajonchère, directeur général du groupe hospitalier Paris-Saint-Joseph, le 22 janvier.

1 386

Systèmes d'information

Medasys dévoile l'avenir "modulaire" du dossier patient informatisé DxCare

PARIS (TICsanté) - L'éditeur Medasys va lancer cette année le dossier patient informatisé (DPI) DxCare Evo, une "évolution modulaire" de DxCare qui doit offrir aux établissements de santé plus de souplesse dans le déploiement des différentes fonctionnalités de l'outil, a expliqué le 22 janvier Frédéric Vaillant, président du directoire de Medasys, à l'occasion de journées organisées par l'éditeur à Paris.

0 544

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
7 + 4 =
http://www.canyon.fr/
http://www.mediane.tm.fr/mediane-planning-sanitaire/

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • CyberCamp Santé

    Le 05/02/2020

  • Hacking Health Camp 2020

    Du 20/03/2020 au 22/03/2020

  • 8e congrès de l'Apssis

    Du 31/03/2020 au 02/04/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 12/05/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 26/05/2020 au 28/05/2020