https://vieviewer.com/
https://openbi.org/covid19-suivi-du-covid-19/

Systèmes d'information

Constitution d’un GCS e-santé pour développer la plateforme régionale de télésanté en Paca

0 211

PARIS, 27 mai (TICsanté) - Le GCS e-santé Paca, constitué depuis le 5 janvier 2009, vise à mutualiser les ressources et les compétences au bénéfice des membres et des professionnels de santé. Précisions de Laurent Simon, chargé de mission SIH à l’Agence régionale de l'hospitalisation Provence-Alpes-Côte d'Azur (ARH Paca), également directeur du Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) e-santé Paca, dans un entretien accordé à TICsanté.

Le GCS e-santé Paca a pour objectif de porter administrativement la plateforme régionale de télésanté, explique Laurent Simon. "Il s’agit de recruter des équipes nécessaires à l’accompagnement de cette plateforme et de fédérer les différents acteurs: établissements publics et privés, MCO, SSR, HAD, structures psychiatriques, membres des différents réseaux qui existent dans la région, établissements médico-sociaux, médecins libéraux, ainsi que tous les organismes contribuant au système de santé en région Paca", énumère-t-il. "Notre volonté est d’accompagner tous les membres dans la réalisation des grandes réformes en termes d’échange d’informations et de sécurité des données", poursuit-il.

Ce GCS a vocation d'être "la maîtrise d’ouvrage des objectifs fixés à la plateforme régionale", relatifs à la gestion et la diffusion d’une charte d’interopérabilité, à la mise en oeuvre d’échanges sécurisés et dématérialisés, à la mise à disposition d’un premier niveau de services mutualisés et interopérables (avec les annuaires régionaux, le ROR, les référentiels de protocoles médicaux...). Il doit également permettre de faciliter l’accès à l’activité sanitaire régionale et à une veille documentaire, souligne Laurent Simon.

Le GCS e-santé Paca compte actuellement 24 membres de droit, soit une trentaine d’établissements géographiques (pour la majorité publics), ainsi que six membres honoraires (ARH, FHP, FHF, Fehap, Urcam et URML). "Nous espérons une adhésion forte des réseaux car nous savons qu’il existe beaucoup d’attente en termes de coordination des outils SI", précise-t-il. D’ici la fin de l’année 2009, le GCS souhaite compter 15 à 20 établissements supplémentaires et une vingtaine de réseaux.

Dans un esprit de mutualisation, le GCS s’est rapproché de l’Observatoire régional des Urgences (ORU) Paca dont les missions sont complémentaires à l’échelle de la région. L’ORU Paca développe actuellement le répertoire opérationnel des ressources pour les urgences (ROR), qui sera l’un des services hébergés par la plateforme télésanté au bénéfice des professionnels de santé.

Les appels d’offres ont été lancés en février. "On est actuellement dans la phase de soutenance", précise le directeur du GCS. Le choix des candidats retenus devrait être rendu public d’ici fin mai et la première réunion de lancement est prévue pour début juin, ajoute-t-il. "Mon souhait, commente-t-il, est que les choses évoluent assez vite tout en restant prudent dans la stratégie et conforme au plan de relance du DMP". Il s’agit de travailler en étroite collaboration avec l’Agence des systèmes d'informations de santé partagés (Asip) et de s’appuyer sur ses recommandations, afin de ne pas commettre d’erreurs stratégiques, assure-t-il.

Les différents marchés sont relatifs à une infrastructure technique (hébergement avec un degré de sécurité très haut et une notion de criticité). Trois seuils de criticité ont été définis et les industriels se sont engagés à rétablir le service le plus vite possible suivant ces seuils, explique le directeur du GCS. Le deuxième marché concerne l’infrastructure logicielle avec un lot "sécurité et authentification" permettant l’accès au portail et des échanges sécurisés. Le troisième concerne la messagerie sécurisée et le quatrième la maîtrise d’oeuvre globale, afin d’orchestrer les trois premiers marchés, détaille-t-il.

Techniquement, ces différents projets sont réalisables, affirme Laurent Simon. "Il faut, en revanche, veiller à ce que notre attention soit portée sur les attentes des établissements et les difficultés qu’ils sont susceptibles de rencontrer face aux solutions mises en oeuvre", estime-t-il. "Nous souhaitons pouvoir renforcer les équipes 'maîtrise d’ouvrage' du GCS, afin d’accompagner au mieux les différents membres", déclare-t-il.

La plateforme devrait être "sur les rails de sa réalisation" à la fin du premier semestre 2009, puis opérationnelle pour le dernier semestre, informe le directeur du GCS.

Il est prévu que la première année (2009) soit majoritairement financée par l’ARH. Les membres du GCS déjà présents participeront également et il est question d’un financement du Fonds d'intervention pour la qualité et la coordination des soins (Fiqcs), qui se fera à travers les réseaux adhérents, indique Laurent Simon. D'ici 2012, grâce à l'augmentation des demandes d'adhésion, la participation financière de l’ARH devrait baisser au profit de celle des membres, avance-t-il. En 2011, il se pourrait que le volume des cotisations occupe la plus grande part du financement et que celle de l’ARH devienne alors symbolique. "On se donne trois ans pour inverser la tendance", espère-t-il. Avec l’arrivée des ENRS (espaces numériques régionaux de santé), les modes de financement pourraient être différents, signale-t-il. Le budget est de l'ordre de 850.000 euros par an sur trois ans. Il sera consacré, la première année, à la mise en fonctionnement des services et concernera la maintenance et le recrutement pour les deux années suivantes./eg/ajr

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

GHU Paris psychiatrie & neurosciences: la convergence des SI comme levier de la fusion

PARIS (TICsanté) - Cinq mois après la naissance du groupe hospitalier universitaire (GHU) Paris psychiatrie & neurosciences, Stéphane Pierrefitte et Thomas Legras, responsables de la nouvelle direction des systèmes d'information (DSI) sont revenus sur "le succès de la convergence des systèmes d’information (SI) des trois établissements fusionnés", étape clé de la création du GHU.

0 620

Systèmes d'information

L'ATIH poursuit la refonte de ses outils de remontée des données pour le PMSI

PARIS (TICsanté) - Un an après le lancement du programme Druides, l'Agence technique de l'information sur l'hospitalisation (ATIH) a fait un point sur cette refonte des outils de remontée des données du programme de médicalisation du système d'information (PMSI) destinée à "libérer les départements de l’information médicale" (DIM).

0 855

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
8 + 3 =
http://www.canyon.fr/
https://www.enovacom.fr/plan-blanc-et-situation-sanitaire-exceptionnelle-sse

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • HealthTech Innovation Days

    Du 22/06/2020 au 23/06/2020

  • SIDO 2020

    Du 03/09/2020 au 04/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 13/04/2021