Une opération de maintenance est prévue jeudi 28 Mai 2020 entre 13h00 et 13h30. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

https://vieviewer.com/
https://openbi.org/covid19-suivi-du-covid-19/

E-santé

Numérique en santé: "L'important, c'est l'intelligence du soin" (Christian Saout)

0 212

PARIS, 5 novembre 2015 (TICsanté) – De vifs débats sur les enjeux sociétaux induits par le développement du numérique en santé ont opposé des représentants des patients ou de l'industrie et des professionnels de santé, lundi lors d'une table ronde organisée à l'Institut Pasteur par la société GreenFlex.

GreenFlex, société de conseil en développement durable, a organisé la conférence "Anticiper et intégrer les attentes sociétales de l'e-santé" après avoir observé que "la révolution de notre modèle de santé est en marche" mais que "les questions de l’appartenance des données, de l’exploitation qui en est faite, ou encore du respect de la vie privée pourraient conduire à un blocage sociétal voire compromettre le développement de ce secteur".

Pour les différents intervenants à la table ronde, l'e-santé n'est pas "le futur", mais bien "le présent" de la médecine. "Ceux qui doutent de la place du numérique en santé ont 15 ans de retard", a estimé Patrick Errard, le président du Leem (Les entreprises du médicament). Il a comparé le numérique en santé à "la question de l'informatisation dans les années 1970".

Guy Vallancien, chirurgien urologue et auteur de La médecine sans médecin (Gallimard), a lui noté que "depuis des années, des parents discutent en ligne avec leurs enfants installés à Singapour ou New-York; pourquoi ils ne le feraient pas avec leur médecin?" Il estime que les "freins" à la numérisation viennent des professionnels, pas des patients. "Le patient qui vit dans l'Ariège est très content d'avoir pu parler à un professeur parisien sans avoir à s'y rendre", a-t-il assuré.

"Il y a une forte attractivité des patients", a confirmé Christian Saout, secrétaire général délégué du Collectif inter-associatif sur la santé (Ciss). "Quand une thérapie est accompagnée par le numérique, elle est plus facile à comprendre" et "gagner l'échelon de la compréhension, c'est gagner l'acception du traitement et donc la guérison", a-t-il dit.

Christian Saout estime néanmoins "que ça ne va pas assez loin". Il n'y a "pas de raison d'être émerveillé par l'informatique s'il y a toujours autant d'actes inutiles", a-t-il insisté. Notant qu'il y a dans certains départements "quatre fois plus d'opérations de la prostate" que dans d'autres, il estime que le numérique devrait surtout servir "à savoir s'il faut intervenir ou non".

"L'important, c'est l'intelligence du soin, c'est moderniser l'offre, améliorer la relation médicale", a-t-il résumé. Simplement réagir en termes d'économies est "un peu triste", a-t-il réagi après des propos de Patrick Errard. Ce dernier venait de dire que "le système de soins est asphyxié par des considérations comptables" et qu'il "faut utiliser l'e-santé pour l'améliorer".

Les deux hommes n'étaient pas non plus d'accord sur le développement du "quantified self" (mesure de soi). "On va créer une génération d'hypocondriaques", a craint Patrick Errard, estimant "qu'il a tellement mieux à faire avec l'e-santé" et que "mesurer son pouls n'est pas une priorité".

"Le savoir sur soi est inextinguible; on a tous besoin de savoir pour arbitrer ses choix", a de son côté estimé Christian Saout.

Sur la question des données de santé, Thomas Braschi, directeur associé de GreenFlex, a fait part de son inquiétude. Rappelant que des e-mails du chef de la CIA et d'Hillary Clinton ont récemment été publiés par des pirates, il a estimé qu'il "y aura un jour un scandale de fuite de données de santé".

"Il faut arrêter le délire", lui a répondu Guy Vallancien: "les banques, par exemple, ont des systèmes de sécurité de leurs données très bien faits".

Présent comme "grand témoin" de la table ronde, l'écrivain Erik Orsenna, qui occupe le fauteuil de Louis Pasteur à l'Académie française et vient de publier La vie, la mort, la vie (Fayard), a noté à quel point "il est intéressant de voir de nouveaux acteurs s'inviter dans la santé".

"C'est comme si la décentralisation que permet le numérique ouvrait les portes du secteur à tout le monde", a-t-il dit. Il a toutefois noté que les Français "ont la vision que ce qu'ils ont connu durera toujours" et "détestent les réformes"... jusqu'à ce qu'ils soient forcés de les adopter lors de "remises en causes fondamentales", comme les révolutions.

mb/ab

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

La FHF et la Cnil planchent sur un "code de conduite" dans l'application du RGPD

PARIS (TICsanté) - Le comité des délégués à la protection des données (DPO) de la Fédération hospitalière de France (FHF) travaille actuellement avec la Cnil à l'élaboration d'un "code de conduite" pour aider les établissements sanitaires et médico-sociaux à appliquer le règlement général européen relatif à la protection des données personnelles (RGPD), a-t-on appris le 22 mai lors de la Paris Healthcare Week.

0 692

E-santé

Publication du décret relatif à l'expérimentation d'une "e-carte Vitale"

PARIS (TICsanté) - Le décret permettant l'expérimentation, pour 12 mois, d'une carte Vitale dématérialisée ou "eCarte d'assurance maladie" est paru mercredi 29 mai au Journal officiel.

0 713

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
7 + 9 =
http://www.canyon.fr/
https://www.enovacom.fr/plan-blanc-et-situation-sanitaire-exceptionnelle-sse

Les offres APMjob.com

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • HealthTech Innovation Days

    Du 22/06/2020 au 23/06/2020

  • SIDO 2020

    Du 03/09/2020 au 04/09/2020

  • Sant'Expo 2020 (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 07/10/2020 au 09/10/2020

  • 6e Journées des start-up innovantes du dispositif médical

    Le 13/04/2021