https://global.agfahealthcare.com/france/systemes-informations/srd_restauration/
https://vieviewer.com/

Systèmes d'information

Dossier pharmaceutique: premiers résultats positifs pour l'expérimentation chez les médecins hospitaliers

1 86

PARIS, 7 juillet 2014 (TICsanté) - L'expérimentation de consultation du dossier pharmaceutique (DP) par les médecins hospitaliers est globalement satisfaisante, selon les premiers résultats dévoilés lundi dernier par le conseil national de l'ordre des pharmaciens (Cnop) à l'occasion d'un colloque au ministère des affaires sociales et de la santé.

Rendue possible par un décret daté du 9 janvier 2013, cette expérimentation pilotée par l'ordre avec la direction générale de l'offre de soins (DGOS) permet de donner accès au DP aux médecins hospitaliers travaillant dans les services d'urgence, d'anesthésie-réanimation et de gériatrie. Elle doit durer jusqu'au 29 décembre.

Selon les premiers chiffres du Cnop, 10.000 consultations par des médecins hospitaliers ont été recensées de janvier à juin. Sur l'ensemble des cas étudiés, un patient hospitalisé sur deux en moyenne possédait un DP. Dans les établissements participant à l'expérimentation, les médecins hospitaliers sont plus nombreux que les pharmaciens officiant en pharmacie à usage intérieur (PUI) à solliciter ces données.

Selon les médecins, les résultats, obtenus après enquêtes de satisfaction, sont encourageants. "Le DP nous permet de retrouver des traitements en cours que les patients, notamment les personnes âgées, oublient de mentionner", a expliqué Albert Trinh-Duc, médecin urgentiste au centre hospitalier d'Agen.

"Je me suis aperçu grâce au DP que plus de 10% de mes patients omettaient de me dire un certain nombre de leurs traitements", a ajouté Thierry Morvan, anesthésiste-réanimateur et président de la commission médicale d'établissement (CME) de la clinique de la Côte-Basque (Saint-Jean-de-Luz, Pyrénées-Atlantique).

"Le DP est un outil qui permet aux pharmaciens de contribuer à l'amélioration de la coordination, de la qualité des soins, en luttant contre la iatrogénie médicamenteuse et d'éviter les redondances", a rappelé la présidente du Cnop, Isabelle Adenot.

PROBLEMES DE LOGICIELS

En revanche, de nombreux praticiens ont fait part lundi des problèmes techniques qu'ils rencontraient dans la mise en place des logiciels permettant d'accéder au DP.

"S'il est vrai que les éditeurs manquent de visibilité concernant l'utilisation de leurs logiciels dans les hôpitaux, ils doivent faire beaucoup plus d'efforts pour adapter leur produit aux changements induits par la mise en place du DP", a estimé auprès de l'APM Isabelle Adenot.

Les officinaux, les pharmaciens en PUI et les médecins hospitaliers peuvent également utiliser l'accès Fast (fourniture d'un accès sécurisé aux traitements) à partir d'un poste avec navigateur web, rappelle-t-on.

Pour éviter que ces difficultés techniques aient trop d'impact sur les résultats finaux, l'ordre des pharmaciens souhaite demander au ministère de la santé un prolongement de l'expérimentation du DP en milieu hospitalier.

Pour conclure, la présidente du Cnop a affirmé que conformément à la loi, le DP pourrait devenir accessible à d'autres praticiens, notamment les médecins libéraux. "D'un point de vue technique, c'est faisable et cela représenterait une charge financière de 2 euros par mois et par médecin", a-t-elle affirmé. "Si c'est possible, nous ne nous opposerons pas non plus à ce que ces données soient reversées dans le dossier médical personnel (DMP)", a-t-elle ajouté. /mcr/gb/eh

La Rédaction
redaction@ticsante.com

http://www.axigate-france.fr/welcome.html

Systèmes d'information

Le Cnom aide les médecins à veiller sur leur réputation numérique

PARIS, 18 octobre 2018 (TICsanté) - Le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) a publié le 10 octobre un guide et un tutoriel interactif afin d'aider les médecins à préserver leur réputation numérique, ou e-réputation.

0 181

Systèmes d'information

Hébergement de données de santé: un projet de décret précise les activités soumises à agrément du ministère de la culture

PARIS, 17 octobre 2018 (TICsanté) - Un projet de décret soumis à consultation auprès de la Commission européenne précise les activités d'hébergement de données de santé à caractère personnel qui doivent faire l'objet d'un agrément du ministère chargé de la culture dans le cadre des services d'archivage électronique (SAE).

0 264

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (1)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://www.groupepsih.com/decouvrez-hospivision/?utm_source=ticsante&utm_medium=banner&utm_campaign=Hospivison%20juin%2019
http://imaging.evolucare.com/Evolucare_aux_JFR_1.html?utm_source=ticsante&utm_medium=banniere&utm_campaign=jfr2019

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

Découvrir le site

événements

  • E-Health World Monaco

    Du 15/10/2019 au 17/10/2019

  • 4èmes Rencontres hospitalo-universitaires de santé connectée

    Le 17/10/2019

  • 2ème SOPHI.A Summit

    Du 20/11/2019 au 22/11/2019