https://vieviewer.com/

E-santé

Apnée du sommeil: les associations de patients font monter la pression contre la téléobservance obligatoire

2 304

PARIS, 9 mai 2014 (TICsanté) - Plusieurs associations de patients veulent négocier avec le Comité économique des produits de santé (CEPS) pour faire évoluer le système conditionnant le remboursement du traitement de l'apnée du sommeil par pression positive continue (PPC) à la télé-observance des patients, lors d'un colloque organisé par l'Alliance des acteurs de la PPC fin avril.

Le Conseil d'Etat a suspendu en référé à la mi-février l'exécution de l'arrêté du 22 octobre 2013 précisant l'organisation de la télé-observance de la PPC, encadrée par un prestataire de santé à domicile, à la suite d'un recours de la Fédération française des associations et amicales de malades, insuffisants ou handicapés respiratoires (FFAAIR) et du Syndicat national des associations d'assistance à domicile (Snadom).

"On a complètement ignoré les patients sur le sujet", a déclaré jeudi le président de la FFAAIR, Alain Murez, corroborant l'analyse du secrétaire général de la Fédération française des diabétiques (AFD), Gérard Raymond. "Nous sommes pour le dialogue, nous ne sommes pas jusqu'au-boutistes [...]. Il faut se mettre autour d'une table et négocier des choses acceptables", a-t-il ajouté.

Alain Murez s'est dit favorable au télésuivi mais "pas à n'importe quel prix". "Les patients sont incontournables [dans le processus décisionnel] pour éviter les blocages comme celui que l'on connaît aujourd'hui", a-t-il martelé.

En réponse, le vice-président du CEPS en charge des dispositifs médicaux, André Tanti, a réfuté les accusations du président de l'association de patients, assurant qu'il l'a reçu en juillet 2012 et lui a fait parvenir "comme aux autres acteurs" les textes réglementaires.

Il a ajouté qu'Alain Murez a été entendu par la Commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (Cnedimts) de la Haute autorité de santé (HAS).

"Les patients ont eu le même temps de concertation que les prestataires et les industriels", a déclaré André Tanti, signalant que ce temps était "peut-être trop court" pour les associations. "Pas de problème pour négocier avec les associations, mais il faut le faire dans les temps impartis. On m'avait fixé un objectif sur la PPC, le système devait être prêt pour la fin de l'année 2012", a-t-il indiqué.

Egalement présente lors du colloque, la présidente du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss), Claude Rambaud, a estimé que le système n'était "pas centré sur la possibilité pour le prestataire [de santé à domicile] d'améliorer l'éducation" des malades mais "seulement sur l'argent du patient".

Rappelant que les prix de la PPC étaient plus élevés en France, elle a considéré que le conditionnement du remboursement à la télé-observance était une "incitation négative" peu pertinente et qu'il était possible de "trouver quelques milliards [d'euros] ailleurs".

Elle a appelé à l'intégration des médecins dans l'observance des patients, à un partage des risques entre les différents acteurs et à la mise en place d'incitations en direction des industriels afin d'encourager le développement d'alternatives à la PPC.

DES PROPOS "HORRIBLES" ET "INADMISSIBLES"

Jugeant les propos de Claude Rambaud "horribles" et "inadmissibles", André Tanti s'est employé avec vigueur à défendre la PPC à la française qui, du fait des prestations et de l'aide apportées au patient, coûte plus cher que dans les autres pays européens.

Il a rappelé que, par souci d'économies, les tarifs avaient été revus à la baisse à partir de février 2013 en contrepartie d'un engagement des prestataires dans la mise en place du télésuivi. "On a mis la pression non pas sur le patient, mais sur le prestataire", a-t-il souligné.

André Tanti a assuré que la condition de l'observance n'était pas synonyme de déremboursement mais de prise en charge encadrée, rappelant que la PPC coûte 400 millions d'euros par an à l'assurance maladie (550 millions avec les complémentaires) et la non-observance 80 millions (environ 20% des patients).

"L'objectif est de réduire le prix du patient non observant" et de "concentrer les efforts" sur ceux pour qui le traitement est "efficace et nécessaire", a-t-il noté.

Dans un communiqué diffusé à l'issue du colloque, le groupe interassociatif Traitements et recherche thérapeutique (TRT5) a demandé l'"abrogation définitive" de l'arrêté du 22 octobre, qui contiendrait "en germe une remise en cause des principes fondamentaux de notre système de solidarité".

Le TRT5 a critiqué une "pratique punitive du comportement individuel" imposée par un système qualifié d'"assurance maladie conditionnelle", qui pourrait être appliqué à d'autres pathologies.

gb/

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Le Hacking Health Camp prépare son édition 2020 sur le terrain

STRASBOURG (TICsanté) - En amont de la 7e édition du Hacking Health Camp de Strasbourg, l'un des plus grands hackathons européens dans le domaine de la santé, qui se tiendra du 20 au 22 mars, la société organisatrice Health Factory a animé des ateliers dans cinq villes de France pour "faire se rencontrer les acteurs de terrain" et préparer l'événement, a expliqué à TICsanté Sébastien Letélié.

0 1214

E-santé

Plus de 12.000 e-prescriptions transmises Ă  l'assurance maladie en 7 mois

PARIS (TICsanté) - Après sept mois d'expérimentation dans les départements du Maine-et-Loire, de la Saône-et-Loire et du Val-de-Marne, la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) a reçu "plus de 12.000 délivrances d'e-prescriptions", a-t-on appris le 28 février dans un document bilan dont APMnews (site du groupe APM International dont fait partie TICsanté) a eu copie.

0 1027

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (2)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
5 + 1 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • WebconfĂ©rence "Les grandes tendances de la e-santĂ© en 2021"

    A partir du 26/01/2021

  • SANTEXPO LIVE

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021