https://vieviewer.com/
https://www.enovacom.fr/guide-tout-savoir-sur-linteroperabilite-biomedicale-chez-enovacom.html

Systèmes d'information

Parc informatique: le groupe hospitalier Le Creusot-Montceau a adopté le Raspberry Pi

1 275

GRENOBLE (Isère), 25 octobre 2013 (TICsanté) – Le groupement hospitalier Le Creusot-Montceau (Saône-et-Loire) a remplacé une partie de ses ordinateurs par des "clients légers" à bas coût, en parallèle d'une virtualisation de ses applications. Les bénéfices de cette solution ont été présentés lors des journées Athos de la communication hospitalière, il y a une semaine à Grenoble.

En proie à des difficultés financières persistantes, l'hôpital a dû "trouver une solution pour remplacer économiquement le parc informatique, tout en garantissant un outil performant pour les utilisateurs", a déclaré Sylvie Ducharme, directrice du système d'information du groupement hospitalier Le Creusot-Montceau, lors d'un atelier de retour d'expérience sur le thème "système d'informations et développement durable" aux journées Athos.

L'établissement a fait le choix du Raspberry Pi, un nano-ordinateur de la taille d'une carte de crédit, qui permet l'exécution de plusieurs variantes du système d'exploitation libre GNU/Linux et des logiciels compatibles. Il est fourni nu (sans boîtier, alimentation, clavier, souris ni écran) dans l'objectif de diminuer les coûts et de permettre l'utilisation de matériel de récupération. Sa consommation est de 2W, contre 120W au minimum pour un ordinateur classique.

Le prix de vente est de 40 euros. "En ajoutant la connectique et de grands écrans HDMI, le coût de chaque poste a été de 150 euros pour l'établissement", a précisé Sylvie Ducharme. C'est loin des 400 à 500 euros d'un ordinateur classique, d'autant que les frais d'entretien du Raspberry Pi sont quasiment inexistants.

Le service des urgences a été entièrement équipé en premier. Les autres services suivent, au fur et à mesure que le matériel doit être remplacé.

Pour l'hôpital, l'installation de cette technologie correspond aux directives du ministère de la santé qui encourage l'utilisation des logiciels et solutions libres à faible coût et permet de "sortir du diktat des éditeurs comme Microsoft", avait déclaré en juillet à l'APM Jean-Dominique Marquier, secrétaire général du groupement. Il observait alors qu'après trois mois de test, le bilan était positif. Le seul inconvénient est la compatibilité limitée avec le système Microsoft, précisait-il.

L'ordinateur dispose de 512 Mo de mĂ©moire vive et d'un processeur puissant. C'est suffisant pour faire tourner la plupart des logiciels, mais l'hĂ´pital a nĂ©anmoins choisit de dĂ©ployer une solution de centralisation et de virtualisation des postes de travail. "Cela permet de rĂ©pondre aux problĂ©matiques de mobilitĂ© : les soignants passent d'un poste Ă  l'autre, sortent de l'Ă©tablissement, etc.", a expliquĂ© Xavier Hameroux, directeur commercial de Systancia, Ă©diteur de logiciel de virtualisation de postes de travail et d’applications qui a accompagnĂ© le groupement hospitalier.

Cette centralisation permet Ă  tout le parc informatique de bĂ©nĂ©ficier en temps rĂ©el des Ă©volutions logicielles. Un avantage valable aussi pour les postes les plus anciens : puisque les logiciels sont virtualisĂ©s et tournent sur des serveurs, la puissance des ordinateurs n'est plus un problème.

La virtualisation des postes de travail rend ceux-ci administrables à distance, ce qui limite de façon importante les déplacements et permet des temps d'intervention plus courts pour les services informatiques, a ajouté Xavier Hameroux.

Le groupement hospitalier continue quand même d'acheter des ordinateurs classiques, en particulier pour ses développeurs et ses salles de formation. Un "client lourd évolutif" onéreux, mais qui représente moins de 10% du parc.

Raspberry Pi a aussi une dimension éthique mise en avant par l'établissement. Les bénéfices de la fondation Raspberry grâce aux ventes de son ordinateur lui permettent de mettre en œuvre des actions humanitaires dans les pays en voie de développement. /mb

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

Comment Maincare s’appuie sur ses plateformes territoriales pour rester leader du marché de l’informatique hospitalière

PARIS (TICsanté) - Après avoir enregistré un chiffre d’affaires en hausse en 2019, l'éditeur Maincare Solutions compte sur sa présence dans les GHT et ses plateformes territoriales pour "continuer à s’imposer dans un marché de l'informatique hospitalière en pleine restructuration", a expliqué à TICsanté son président, Christophe Boutin.

0 1374

Systèmes d'information

La Cour des comptes appelle Ă  "faciliter l'usage" du dossier pharmaceutique

PARIS (TICsanté) - La Cour des comptes dresse un état des lieux du dossier pharmaceutique (DP) et formule sept recommandations pour en "faciliter l'usage" et pour "développer et conforter les fonctionnalités les plus récentes" dans son rapport annuel 2020 rendu public le 25 janvier.

0 1707

Vos réactions

Afficher/Masquer les commentaires (1)

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
8 + 8 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • WebconfĂ©rence "Les grandes tendances de la e-santĂ© en 2021"

    A partir du 26/01/2021

  • SANTEXPO LIVE

    Du 09/03/2021 au 11/03/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021