https://www.nehs-digital.com

Systèmes d'information

La télémédecine, pour sauver les petits hôpitaux...

0 696

PARIS, 22 octobre (TICsanté) - Parmi les propositions du troisième livre blanc édité par l'association des petites villes de France (APVF), visant à pérenniser les petits hôpitaux, figure le développement de la télémédecine. Explications de Martin Malvy, président de l'association.

L'APVF a publié son troisième livre blanc sur les hôpitaux quelques semaines avant que la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, présente ce mercredi son projet de loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST) en conseil des ministres, où il a été adopté.

Dans ce document, l'APVF indique qu'elle s'inscrit dans la perspective de la réforme hospitalière. Cependant, l'avenir des petits hôpitaux dans la nouvelle organisation prévue suscite des inquiétudes. C'est pourquoi, l'association propose un plan national de développement de la télémédecine qui garantirait la proximité des soins et le maintien voire le développement des hôpitaux des petites villes.

Qu'il s'agisse de téléconsultation ou de télé-expertise, de télédiagnostic ou de téléchirurgie, la télémédecine permet aux professionnels d'échanger des avis et de pratiquer totalement ou exclusivement à distance un acte médical.

"Ces applications multiples rapprochent la médecine des territoires, en autorisant à dispenser des soins de qualité au plus près de la population", souligne Martin Malvy en prenant comme exemple le réseau de télémédecine de la région Midi-Pyrénées, dont il préside le Conseil régional.

"Ce réseau compte aujourd'hui 49 établissements de santé. En dehors de son action centrée sur le soin et alliant qualité et sécurité, il facilite les actions de prévention et d'éducation à la santé, ainsi que la coordination des programmes de recherche clinique", explique-t-il.

La télémédecine rompt avec cette logique erronée qui veut que les petits hôpitaux ne dispensent que des soins de base, peu élaborés, et que la technicité augmente avec la taille de l'hôpital, estime-t-il.

Néanmoins, il existe des obstacles à son développement. Les principaux concernent l'expertise technique assurant la mise en place d'un réseau, ainsi que la formation du personnel de l'hôpital (soignant comme non soignant) à l'utilisation des nouveaux instruments de télémédecine, reconnait le président de l'APVF.

Selon lui, il faut que les petites structures bénéficient des projets d'informatisation prévus dans le cadre du plan hôpital 2012, en vue d'une utilisation systématique des techniques de télémédecine. Les futures communautés hospitalières de territoire (CHT) qui vont être mises en place devront également développer un réseau de télémédecine qui intègrera tous les hôpitaux de la CHT, suggère-t-il.

L'APVF compte près de 1.000 adhérents et réunit les petites villes de 3.000 à 20.000 habitants.

Dans une interview accordée à l'Express, la semaine dernière, Roselyne Bachelot avait déclaré que les petits hôpitaux n'étaient pas menacés. "Nous devons les accompagner dans leurs transformations. Ils doivent répondre à un enjeu majeur, le vieillissement de la population. A ce propos, une vingtaine d'opérations retenues dans le cadre du plan Hôpital 2012 concernent la gériatrie", avait indiqué la ministre.

Selon un communiqué diffusé mardi, l'APVF rappelle sa position à l'égard du projet de loi HPST et demande des garanties ainsi que des moyens spécifiques pour les petits hôpitaux./eg/ajr

La RĂ©daction
redaction@ticsante.com

http://www.computer-engineering.fr/

Systèmes d'information

Ségur: l'ANS informe les éditeurs sur l'éligibilité de leurs solutions numériques aux financements

PARIS (TICsanté) - L'Agence du numérique en santé (ANS) a publié le 30 avril une note d'information, à destination des éditeurs de solutions informatiques de santé, sur les dossiers spécifiques de labellisation et les référentiels associés éligibles aux financements prévus par le Ségur de la santé.

0 411

Systèmes d'information

Paiement différé par le patient à l'hôpital: les modalités du projet Diapason détaillées dans une note d'information

PARIS (TICsanté) - Une note d'information de la direction générale de l'offre de soins (DGOS) publiée en avril au Bulletin officiel détaille les modalités de participation et d'accompagnement des établissements de santé publics et privés à but non lucratif au projet Diapason (Débit intervenant après le parcours de soins), qui doit permettre aux patients de payer leur facture d'hôpital par un encaissement automatique différé.

0 465

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 5 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

https://www.universite-esante.com/visiter/