https://www.nehs-digital.com

Politique

Le ministère lance un tour de France "Réussir ensemble mon espace santé"

0 259

PARIS (TICsanté) - Afin de "mobiliser les communautés de la santé et de l'e-santé" et recueillir leurs contributions pour préparer l'arrivée de l'Espace numérique de santé (ENS), rebaptisé "Mon espace santé", la délégation ministérielle du numérique en santé (DNS), la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) et l'Agence du numérique en santé (ANS) ont annoncé le 29 avril l'organisation d'un "tour de France".

Cette annonce a été faite par Dominique Pon, responsable ministériel de la DNS et Thomas Fatôme, directeur général de la Cnam, réunis le 29 avril lors d'une conférence de presse virtuelle à laquelle participait également Gérard Raymond, président de France Assos Santé.

"Nous allons lancer un grand tour de France, qui va s'appeler 'Réussir ensemble Mon espace santé', pour expliquer, dialoguer et faire participer l'ensemble de l'écosystème à la construction de cette grande plateforme numérique nationale", a annoncé Dominique Pon.

Action n°16 de la feuille de route pour le numérique en santé, "Mon espace santé" (ex-ENS) s'articulera autour de quatre "briques": le dossier médical partagé (DMP), l'agenda de santé, la messagerie sécurisée et le catalogue d'applications référencées, rappelle-t-on.

"Dès à présent, l'ensemble des acteurs de la santé sont coresponsables de la réussite de 'Mon espace santé'", a martelé le responsable de la DNS, qui appelle à la mobilisation des "pouvoirs publics", "industriels, éditeurs et start-up" et "professionnels de santé".

Pour créer "les conditions d'une réussite collective", la délégation ministérielle a d'ores et déjà prévu plusieurs étapes virtuelles, crise sanitaire oblige, à son tour de France. Ainsi, une série de webinaires pour présenter "Mon espace santé" est programmée sur le site reussirmonespacesante.fr.

crédit : ANS
Chaque webinaire sera "interactif" et se déroulera en cinq grandes séquences: présentation de la feuille de route du numérique en santé; présentation des services socles et programmes au service des professionnels; présentation de "Mon espace santé"; présentation de la plateforme "Participez!", destinée à recueillir les avis et session d'échanges avec le public virtuel.

Cinq sessions sont déjà prévues entre le mercredi 12 et le vendredi 21 mai.

Les inscriptions sont ouvertes pour la première session programmée le 12 mai entre 14h et 15h30 (cf calendrier ci-contre). Elle cible notamment les agences régionales de santé (ARS) et les groupements régionaux d'appui au développement de l'e-santé (Grades), même si les inscriptions restent "ouvertes à tous".

En outre, la DNS et la Cnam proposent aux acteurs de santé qui le souhaitent d'organiser eux-mêmes une session. Pour cela, il leur suffit d'envoyer un mail à .

"Ces sessions de webinaires seront l’occasion de recueillir et partager les contributions de tous, les bonnes idées et les bonnes pratiques pour réussir ensemble 'Mon espace santé' en se connectant sur la plateforme participez.esante.gouv.fr", a fait valoir la délégation ministérielle.

Les prochaines étapes avant la généralisation

Avant la généralisation de "Mon espace santé" le 1er janvier 2022, plusieurs étapes réglementaires et techniques attendent encore la DNS, l'ANS et la Cnam.

Un décret, pris en application de la loi du 24 juillet 2019, dite "Ma santé 2022", va rendre possible l'ouverture automatique de cet espace à partir de l'été 2021, sauf refus de la personne, qui pourra s'y opposer dans un délai d'un mois.

Pour tenir les délais annoncés et généraliser la plateforme au 1er janvier 2022, les pouvoirs publics ont invité les acteurs privés à prendre part aux travaux et cela, dès la réalisation de ce service, dont le marché a été attribué à Atos et à Octo Technology fin décembre 2020. Les deux entreprises sont accompagnées par les sociétés Accenture et Maincare, a-t-on appris le 29 avril.

Composante majeure de "Mon espace santé", le catalogue d'applications est très attendu. Il regroupera les applications mobiles ou de sites web référencés sur la base d’une procédure définie par la puissance publique.

Afin de tester le processus de référencement et de coconstruire avec les pouvoirs publics la connexion au catalogue, 30 industriels ont été retenus en février, à l'issue d'un appel à projets lancé par le ministère.

Par ailleurs, la Cnam, engagée dans la réalisation du futur espace, travaille également "en lien très étroit avec les citoyens assurés et les professionnels de santé", a fait savoir son directeur général, Thomas Fatôme, le 29 avril.

"Nous voulons absolument que cet espace santé soit coconstruit parce que c'est l'une des conditions de son succès. A chaque étape, il faut interagir avec des usagers, tester, expérimenter, voir si ça répond à un besoin et si l'ergonomie est adaptée. C'est dans ce sens-là que nous travaillons et dans les premiers moments de sa construction, nous avons testé l'ergonomie de l'espace avec une cinquantaine d'usagers", a-t-il complété.

"Le succès de 'Mon espace santé' dépendra de la capacité des citoyens et des acteurs de l'écosystème à s'en saisir, et notamment à alimenter le dossier médical partagé (DMP) qui en constitue la pierre angulaire", a aussi souligné le patron de l'assurance maladie, alors que le nombre d'ouvertures du DMP stagne à "près de 10 millions" depuis près d'un an.

crédit : ministère des solidarités et de la santé
L'assurance maladie va également piloter une expérimentation de "Mon espace santé" dans les départements de Loire-Atlantique, Haute-Garonne et Somme à partir du 1er juillet. Seuls le DMP et la messagerie sécurisée de santé (MSsanté) seront testés lors de cette phase pilote "qui concernera 4 millions d'usagers", a souligné Thomas Fatôme.

"En procédant ainsi, l'État et la Cnam pourront intégrer les retours des utilisateurs avant la phase de généralisation qui aura lieu à partir de janvier 2022 pour les 69 millions d'assurés, qui auront accès à l'ensemble des services de 'Mon espace santé'."

Toujours dans le cadre de la démarche inclusive voulue par les pouvoirs publics, un "comité de surveillance citoyen" avait été annoncé par Dominique Pon le 14 avril dernier. Le responsable ministériel du numérique en santé a précisé ses contours le 29 avril.

"Ce comité va être installé en juin pour suivre et accompagner les évolutions de l'espace, et toujours avoir un regard citoyen sur nos actions", a-t-il annoncé. "Il sera composé de citoyens tirés au sort et des associations de patients qui vont travailler avec nous au long cours."

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

E-santé

Télésurveillance: peu d'aggravation clinique parmi les patients Covid+ suivis en ambulatoire avec Covidom

PARIS, LONDRES (TICsanté) - Seulement 4% des plus de 43.000 patients suivis en ambulatoire avec une suspicion ou un diagnostic confirmé de Covid-19 à l'aide du dispositif de télésurveillance Covidom se sont cliniquement aggravés et seulement 0,1% sont décédés, selon des données publiées dans Clinical Microbiology and Infection.

En bref

Les Hospices civils de Lyon certifiés hébergeur de données de santé

Les Hospices civils de Lyon (HCL) ont obtenu les certifications hébergeur de données de santé (HDS) et ISO 27001 le 20 avril, ont-ils annoncé dans un communiqué le 3 mai.

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 2 =
http://www.canyon.fr/
https://mailchi.mp/groupepsih.com/hospivision-offre-resah

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • L'UniversitĂ© d'Ă©tĂ© de la e-santĂ© 2021

    Du 22/06/2021 au 23/06/2021

  • SIDO 2021

    Du 22/09/2021 au 23/09/2021

https://www.universite-esante.com/visiter/