https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniere_gif_ticsante_octobre&utm_term=&utm_content=

Acteurs

La FHF demande un coup de pouce pour soutenir le développement des systèmes d’information et d’organisation populationnels

0 253

PARIS (TICsanté) - La Fédération hospitalière de France (FHF) a souligné la nécessité d'accompagner financièrement le développement des systèmes d’information et d’organisation populationnels pour permettre le succès de l'expérimentation de responsabilité populationnelle lancée en 2018 dans 5 territoires, a appris APMnews/TICsanté fin septembre lors d'un entretien avec Antoine Malone, responsable du pôle "prospective", et Cyril Politi, conseiller numérique de la FHF.

Le concept de responsabilité populationnelle, importé du Québec, veut amener l'ensemble des acteurs et des professionnels de santé d'un territoire à s'organiser en réseau, en se responsabilisant de l'amélioration de la prise en charge et de la santé de la population.

Depuis 2018, la fédération a lancé une expérimentation de responsabilité populationnelle dans cinq territoires (Deux-Sèvres, Cornouailles, Douaisis, Haute-Saône et Aube), concernant deux types de population: les personnes atteintes ou à risque de diabète de type 2 et les personnes atteintes ou à risque d’insuffisance cardiaque (IC), rappelle-t-on.

"On vise un triple objectif", a développé Antoine Malone, responsable du pôle "prospective" de la FHF, joint le 21 septembre par APMnews/TICsanté: "La santé de la population, la prise en charge de certains patients au sein de cette population, et le juste coût".

Pour ces deux types de population, la FHF a développé une méthodologie identique pour l'ensemble des territoires expérimentateurs, sur l’animation des réunions, les données suivies, en laissant cependant à chaque groupe de professionnels la liberté de choisir son modèle organisationnel.

Depuis près de six mois, les acteurs de terrain et les usagers de ces territoires ont lancé des cycles de réunions pour développer des modèles cliniques en identifiant et stratifiant la population concernée, en appliquant des logigrammes pour chaque profil clinique et des processus pour les mettre en oeuvre.

Des logiciels inadaptés à l'exploitation de la donnée clinique

Ces programmes cliniques sont "basés sur une exploitation intensive de la donnée", a souligné Antoine Malone, "pour chaque strate, une stratégie clinique et un algorithme de prise en charge".

Le suivi des paramètres cliniques identifiés pour chaque pathologie doit être intégré au sein d'un système d’information et d’organisation populationnel (Siop), non seulement pour éviter de répéter des prises de mesures déjà effectuées mais surtout pour éviter une dégradation de l’état de santé de la personne suivie.

Cette exploitation des données issues en majorité du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) doit permettre d'améliorer non seulement l'état de santé des patients déjà pris en charge, mais également de développer une prévention ciblée au niveau des habitants du territoire présentant des facteurs de risque.

"Cela implique un accès en temps réel à certaines données cliniques, pour l’ensemble des participants à l’équipe de soins", a souligné la FHF dans un dossier de presse publié en amont d'une journée de travail consacrée au Siop vendredi. "Le Siop doit être suffisamment flexible pour intégrer un très grand nombre de professionnels et pour permettre une coordination très légère."

"On a déjà des bases de données importantes avec énormément d’informations", a rapporté de son côté Cyril Politi, également joint le 21 septembre par APMnews/TICsanté. Le conseiller numérique de la FHF a pointé cependant que les solutions informatiques dont disposaient les professionnels des territoires permettaient une "coordination" de l'exercice, "mais pas d’exploitation de la donnée clinique".

L'expérimentation lancée par la FHF bénéficie d'un crédit d'amorçage de 100.000 euros par territoire, dans le cadre de l’article 51 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) 2018, quand les besoins d'investissement pour les Siop sont estimés par la fédération à 15 millions d'euros pour les cinq territoires expérimentateurs.

Dans son dossier de presse consacré au Siop, la fédération estimait que la responsabilité populationnelle impliquait de "changer de focale, passant de systèmes conçus pour prendre en charge de petites cohortes de patients coûteux et complexes à des systèmes orientés vers la prévention et le maintien en santé de grandes cohortes de personnes et de patients peu complexes, pour éviter la dégradation de leur état de santé".

"Ce qu'on attend, c'est un accompagnement financier et technologique sur les 5 territoires", a indiqué Cyril Politi. "Sur les 1,4 milliard [d'euros] annoncés pour les SI [systèmes d'information, dans le cadre du Ségur de la santé], on peut espérer un peu de programme Hop'EN [hôpital numérique ouvert sur son environnement], un peu de crédits assurance maladie via les CPTS [communautés professionnelles territoriales de santé], et un peu de e-Parcours par les ARS [agences régionales de santé]."

Un moment décisif pour les territoires expérimentateurs

"On commence l'inclusion de patients, mais on ne pourra pas survivre avec des tableurs Excel*", a prévenu Antoine Malone, en assurant que deux des cinq territoires expérimentateurs pourraient arriver à mettre en place un système fonctionnel "dans l’année": l'Aube et Sézannais (Troyes) et la Haute-Saône (Vesoul).

Lors d'une conférence de presse organisée le 18 septembre pour l'ouverture de la journée de travail consacrée aux Siop, Francis Mambrini, président de la Fédération des éditeurs d'informatique médicale et paramédicale ambulatoire (Feima), avait souligné qu'un des prérequis à l'engagement des professionnels dans la démarche d'expérimentation était de leur "apporter une réponse en termes d'intégration des données structurées".

A contrario, Francis Mambrini avait pointé comme des "freins majeurs [...] le manque de temps sur la saisie des données, comme sur la capacité des professionnels de santé à s’engager dans des démarches de prévention encore trop peu valorisées".

Un constat partagé par le Dr Anne Mohn, endocrinologue au sein du groupe hospitalier de la Haute-Saône (GH70, Vesoul) lors de cette conférence de presse, en faisant état de "difficultés à transmettre les données hospitalières aux professionnels de santé en ville, sans réaliser de double saisie" et de "difficultés de communication entre monde libéral et hospitalier" de façon générale.

Pour la responsable médicale du diabète du GH70, la mise en oeuvre du principe de responsabilité populationnelle en Haute-Saône a cependant permis une "meilleure coopération et de meilleurs liens entre les acteurs", ainsi qu'un "meilleur accès aux soins entre acteurs de santé d'un territoire".

De son côté, André Bernay, le directeur du groupement régional d'appui au développement de l'e-santé (Grades) du Grand Est, Pulsy, a mis en garde sur la nécessité de ne pas rajouter un outil supplémentaire aux outils existants: "Leur première demande, c’est 'partez déjà de notre environnement'".

Geoffroy Lang

http://www.computer-engineering.fr/

Acteurs

Cybersécurité: priorité à la formation et à la sensibilisation des acteurs de santé

PARIS (TICsanté) - En matière de cybersécurité, "il faut former et sensibiliser les acteurs de santé à la sécurité des données, et provoquer un changement culturel", a prôné Gilles Castéran, directeur exécutif d'Accenture Security France, lors d'une table ronde organisée par le think tank Renaissance numérique et l'éditeur de logiciels antivirus Kaspersky le 25 octobre.

0 1042

Acteurs

Withings lance sa division "Med Pro" pour les professionnels de santé

PARIS (TICsanté) - La société française Withings (ex-Nokia Health) a annoncé le 28 octobre dans un communiqué le lancement de sa division Withings Med Pro avec deux solutions destinées aux professionnels.

0 1134

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
5 + 7 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

https://www.dedalus-france.fr/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • HDI Day

    Le 18/11/2020

  • SantExpo Live (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 15/12/2020 au 17/12/2020

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021