https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniere_gif_ticsante_octobre&utm_term=&utm_content=

Politique

Covid-19: plus de 1,1 million de cas contacts tracés par l'assurance maladie

0 292

PARIS (TICsanté) - Le téléservice Contact Covid, élaboré par la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam), a tracé 1,144 million de cas contacts "pour 390.000 patients testés positifs au Covid-19", depuis son lancement le 13 mai, a fait savoir le 29 septembre Thomas Fatome, directeur général de la Cnam, lors d'une audition organisée dans le cadre de la commission d’enquête Covid-19 de l'Assemblée nationale.

La loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire et complétant ses dispositions, publiée le 12 mai dernier au Journal officiel, a autorisé "l’adaptation et la création de traitements de données à caractère personnel destinées à permettre l’identification des chaînes de contamination du virus Covid-19 et assurer le suivi et l’accompagnement des personnes", rappelle-t-on.

Contact Covid permet aux médecins et aux biologistes de signaler les cas contacts via Ameli Pro.

Son objectif est de collecter les données des enquêtes sur les personnes qui ont été en contact avec une personne infectée par le Covid-19 pour le contact tracing.

"La raison d'être du tracing est à relier directement à la logique du déconfinement puisque nous sommes passés d'un système de confinement qui visait à protéger la population de la propagation du virus à un déconfinement, qui nous a amenés à rentrer dans une logique d'identification la plus rapide possible des patients positifs et à 'tracer, dépister, isoler' leur cas contacts", a réexpliqué le 29 septembre Thomas Fatome, devant la commission d’enquête Covid-19 de l'Assemblée nationale.

"Nous réussissons à mettre en œuvre ces contacts à hauteur de 90%, cela signifie qu'aujourd'hui 1,144 million de cas contacts pour 390.000 patients testés positifs au Covid-19 ont été contactés depuis le début du dispositif", a-t-il complété.

"L'épidémie circule au-delà des cas contacts que nous identifions, ce qui témoigne que notre activité de tracing ne couvre pas la totalité des sources de contamination mais cela ne fait que renforcer notre détermination à être les plus rapides et efficaces possible", a-t-il poursuivi.

Interrogé Boris Vallaud, député socialiste des Landes, sur la mise en œuvre concrète du dispositif, le directeur général de la Cnam a précisé qu'un appel adressé à un patient Covid+ durait "en moyenne 30 minutes" et qu'un appel destiné à un cas contact durait, lui, 20 minutes.

"Nous avons travaillé avec Santé publique France (SPF), qui est venu sur nos plateformes en double écoute et a participé à la formation de nos enquêteurs. Les nouveaux arrivants sont formés en 48 heures mais ils sont ensuite tutorés par ceux qui font ça depuis plusieurs mois avant d'opérer de façon autonome. Ce sont plus de 8.000 équivalents temps plein qui assurent cette mission 7 jours sur 7", a-t-il détaillé.

"Lorsque nous contactons les personnes cas contact, nous les invitons à s'isoler et nous leur donnons tous les éléments pour pouvoir bénéficier de masques pharmacie et d'un test à J+7. Nous les interrogeons également de façon approfondie sur leurs besoins en termes d'accompagnement et de gestion de l'isolement mais malgré les efforts que nous faisons, peu de personnes demandent un accompagnement", a regretté Thomas Fatome.

Des débats sur la téléconsultation

Entré en vigueur le 15 septembre 2018, conformément aux dispositions prévues par l'avenant n°6 à la convention médicale et par la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2018, le remboursement de la téléconsultation par l'assurance maladie n'avait d'abord pas offert le "boom" attendu... jusqu'à l'épidémie de Covid-19.

Dans le cadre de la lutte contre l'épidémie, le gouvernement a temporairement assoupli début mars les conditions de réalisation de la téléconsultation.

Si le nombre de téléconsultations remboursées a diminué une fois le confinement levé, il a explosé pendant cette période. Pour rappel, seulement 40.000 téléconsultations ont été remboursées en février, contre 4,5 millions en avril, 1,9 million en juin et 650.000 en août.

"La crise a démontré une augmentation significative du recours à la téléconsultation qui nous interroge sur le cadre peut-être un peu trop rigide qui préexistait à la crise", a expliqué Thomas Fatome.

Pour rappel, l'avenant n°6 à la convention médicale impose notamment la nécessité de respecter le parcours de soins coordonnés et d'avoir eu un rendez-vous "en présentiel" dans les 12 derniers mois avec le médecin qui pratique la téléconsultation.

"Je crois que l'essor de la téléconsultation nous invite à revisiter ces contraintes. Pour les spécialistes, par exemple, la condition du rendez-vous physique dans les 12 derniers mois est-elle nécessaire?", s'est interrogé le directeur général de la Cnam, précisant être "attaché à maintenir un lien" pour la médecine générale.

"Des négociations conventionnelles sont en cours et des voies d'assouplissement sont en cours de discussion", a-t-il indiqué.

Thomas Fatome a également fait savoir que la prise en charge à 100% de la téléconsultation a représenté "un surcoût de l'ordre de 70 millions d'euros".

Pour rappel, l'avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2021 prévoit de prolonger la prise en charge intégrale de la téléconsultation "jusqu'au 31 décembre 2022".

Enfin, questionné par le député LR des Vosges Jean-Jacques Gaultier sur le dossier médical partagé (DMP) et le rôle qu'il aurait pu jouer pendant la crise sanitaire, le directeur général de l'assurance maladie a souligné "l'enjeu de passer d'une logique d'ouverture à celle du remplissage pour en faire un objet plus utile demain et plus vivant qu'aujourd'hui".

"Il faudrait déjà atteindre un nombre suffisant d'ouvertures. Nous en sommes à un peu plus de 10 millions de dossiers ouverts aujourd'hui et l'exigence d'information entre les professionnels de santé et les assurés pendant la crise nous montre à quel point l'outil est important", a-t-il complété.

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Politique

PLFSS 2021: la prise en charge intégrale de la téléconsultation prolongée pendant 2 ans

PARIS (TICsanté) - L'avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2021 prévoit de prolonger la prise en charge intégrale de la téléconsultation "jusqu'au 31 décembre 2022".

0 305

Politique

Télésanté: les négociations conventionnelles seront engagées "dès la fin de l'été"

PARIS (TICsanté) - Olivier Véran a missionné Thomas Fatome, directeur général de l'Uncam, afin qu'il engage des négociations conventionnelles "dès la fin de l'été" sur plusieurs volets, dont la télésanté, selon une lettre de mission.

0 452

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 5 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

https://www.dedalus-france.fr/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • HDI Day

    Le 18/11/2020

  • SantExpo Live (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 15/12/2020 au 17/12/2020

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021