https://vieviewer.com/
https://www.sham.fr/vos-donnees?utm_source=site_web&utm_medium=banner&utm_campaign=banniere_gif_ticsante_octobre&utm_term=&utm_content=

Acteurs

PsychoPharma.fr: l'application qui veut simplifier les prescriptions en psychiatrie

0 319

LILLE (TICsanté) - Créée à l'initiative de l'association P-Sciences, destinée à promouvoir les nouvelles technologies en santé mentale, l'application web progressive (PWA) PsychoPharma.fr est en ligne depuis le 15 septembre et ambitionne de "simplifier les prescriptions en psychiatrie", a expliqué à TICsanté son fondateur, Thomas Cantaloup.

AdressĂ©e "aux professionnels de santĂ©, et particulièrement [aux] jeunes psychiatres et gĂ©nĂ©ralistes qui nĂ©cessitent davantage d'accompagnement dans l'ajustement des traitements", l'application web PsychoPharma.fr  a nĂ©cessitĂ© près d'un an de dĂ©veloppement.

L'association nordiste P-Sciences est à l'origine du projet et l'équipe dévolue à PsychoPharma.fr compte: Thomas Cantaloup, Arnaud Bugnet, Emmanuel Azougui, Nadjib Benramdane et Sophia Himdi, internes en psychiatrie au CHU de Lille; Ali Amad, maître de conférences des universités-praticien hospitalier (MCU-PH) en psychiatrie au CHU de Lille; Maxime Bonnafous, infirmier diplômé d’Etat; Margaux Fenouillet, interne en cardiologie au CHU de Lille et Loïc Blanchant, interne en pharmacie au CHU de Lille.

"L'aventure a commencé en juin 2019 avec la création de P-Sciences. En décembre 2019, nous avons été retenus par Bpifrance dans le cadre de son programme FrenchTech Tremplin et nous avons bénéficié d'un financement de 20.000 euros pour travailler sur ce projet", a expliqué à TICsanté Thomas Canteloup.

"PsychoPharma.fr est né d'un constat simple: nous ne savons pas vraiment quoi prescrire en psychiatrie, nous suivons souvent des dogmes ou des habitudes transmises par les chefs de service sans savoir ce que nous faisons. Et à la question 'comment comparer les traitements et savoir quoi prescrire?', on nous répondait: 'allez sur Google, il y a des tableaux', or ceux-ci n'existaient pas", a détaillé le fondateur de l'application.

Bien décidés à créer un support pour référencer ces informations, les membres de l'association P-Sciences souhaitent alors "faciliter le travail de [leurs] confrères internes en psychiatrie mais aussi celui des généralistes, des infirmiers ou des pharmaciens" et, plus globalement, mettre un outil au service de l'ensemble des soignants qui "sont face à un patient qui a besoin de soins en psychiatrie".

Capture d'Ă©cran

"Notre travail a essentiellement porté sur la constitution de la base de données scientifiques, nous avons récolté ces données et nous les avons rassemblés sous forme de tableaux. Le travail de codage et le développement de l'application web ont été confiés à une agence spécialisée à Lille, que nous avons pu financer grâce aux fonds de Bpifrance", a raconté Thomas Cantaloup.

Ces données sont, concrètement, des recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) ou des informations contenues dans la base de données de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) tels les résumés des caractéristiques du produit (RCP).

"La recommandation sur les antidépresseurs fait 300 pages, nous allons donc la compiler et optimiser son affichage sur l'application pour savoir en trois clics quel antidépresseur prescrire à une femme enceinte, par exemple", a illustré l'interne en psychiatrie.

"Nous proposons aussi des outils comme des calculettes de conversion ou d'équivalence entre médicaments et à chaque fois, là encore, nous travaillons avec des sources publiques que nous affichons, par souci de transparence. Nous n'avons pas la légitimité de sélectionner les sources ou de préférer tel ou tel auteur."

Capture d'Ă©cran
Pour rendre leur site le plus complet possible, les équipes de PsychoPharma.fr ont mis au point un outil de recherche par indications: âge, type de trouble psychiatrique, autre pathologie (insuffisance cardiaque, respiratoire, rénale etc,), patiente enceinte ou non, allaitante ou non, patient porteur de troubles du rythme cardiaque ou encore "si le traitement peut provoquer une somnolence ou une prise de poids".

Cette dernière question est posée "pour prescrire un traitement qui limite la prise de poids, s'il pose problème au patient et éviter la perte d'observance par la suite", a expliqué Thomas Cantaloup.

Un modèle économique basé sur le don et le mécénat

L'application est 100% gratuite pour les utilisateurs et "le restera", a affirmé Thomas Cantaloup.

"Nous avons suffisamment de financements pour les prochains mois et nous avons assez de visibilité. Notre business model est basé sur le don et le mécénat."

"Le site est en ligne depuis le 15 septembre, ce sera plus facile pour nous maintenant d'aller voir des mécènes ou de répondre à des appels d'offres de fondations pour poursuivre notre projet. Nous n'avons pas besoin d'énormément d'argent pour pérenniser notre projet mais malgré tout, nous aurons besoin de quelques centaines d'euros pour faire fonctionner le site", a précisé l'interne en psychiatrie.

Pour lancer PsychoPharma.fr, les membres de l'association P-Sciences a pu compter sur les dons de ses membres et le financement de 20.000 euros de Bpifrance.

"Pour l'instant, nous tournons toujours grâce à ces dons, les fonds de Bpifrance ont servi à développer l'outil. Cependant, si nous voulons continuer à participer à des congrès et à apporter des améliorations sur l'application, nous allons avoir besoin de dons."

Le site n'héberge aucune donnée de santé et n'a donc "pas besoin d'être hébergé auprès d'un hébergeur agréé données de santé (HDS)", a fait savoir son fondateur.

Régulièrement, le comité scientifique de P-Sciences est chargé -"par roulements"- de mettre à jour les données permettant au site de fonctionner. "Chaque information est relue deux fois avant d'être mise en ligne", a précisé Thomas Cantaloup.

L'association qui ne collabore, pour l'heure, avec aucun établissement de santé, bénéficie du soutien institutionnel de la fédération Santé mentale des Hauts-de-France et espère bientôt compter sur celui de l'UFR de pharmacie de l'université de Lille, dont elle va rencontrer le doyen.

En attendant, les équipes de PsychoPharma.fr seront présentes dans plusieurs salons et congrès dans les prochains mois pour mettre en lumière leur solution. Ils participeront ainsi au Congrès national des internes de psychiatrie (Cnipsy) qui aura lieu à Grenoble les 15 et 16 octobre 2020, au Congrès français de psychiatrie (CFP) de Strasbourg qui se tiendra du 25 au 28 novembre prochains et au congrès de l'Encéphale prévu du 20 au 22 janvier 2021 au Palais des congrès de Paris.

Wassinia Zirar
Wassinia.Zirar@apmnews.com

http://www.computer-engineering.fr/

Acteurs

Cybersécurité: priorité à la formation et à la sensibilisation des acteurs de santé

PARIS (TICsanté) - En matière de cybersécurité, "il faut former et sensibiliser les acteurs de santé à la sécurité des données, et provoquer un changement culturel", a prôné Gilles Castéran, directeur exécutif d'Accenture Security France, lors d'une table ronde organisée par le think tank Renaissance numérique et l'éditeur de logiciels antivirus Kaspersky le 25 octobre.

0 1042

Acteurs

Withings lance sa division "Med Pro" pour les professionnels de santé

PARIS (TICsanté) - La société française Withings (ex-Nokia Health) a annoncé le 28 octobre dans un communiqué le lancement de sa division Withings Med Pro avec deux solutions destinées aux professionnels.

0 1134

Vos réactions

Anti-spam : Veuillez saisir le résultat de ce calcul S.V.P
2 + 6 =
http://www.canyon.fr/
https://openbi.org/

Les offres APMjob.com

https://www.dedalus-france.fr/

TICpharma.com

Découvrez le site de référence sur la transformation numérique des industries de santé

DĂ©couvrir le site

événements

  • HDI Day

    Le 18/11/2020

  • SantExpo Live (ex-Paris Healthcare Week)

    Du 15/12/2020 au 17/12/2020

  • Consumer Electronics Show (CES) 2021

    Du 11/01/2021 au 14/01/2021

  • 6e JournĂ©es des start-up innovantes du dispositif mĂ©dical

    Le 13/04/2021